Procès àAbidjan ce vendredi 4 novembre: Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques

17 min read

   

kbL’honorable député Kakou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky tous les deux ex ténors  de la Fesci devant le tribunal correctionnel d’Abidjan, ce vendredi 4 novembre 2022 à 8 heures. Ils  y répondront des faits de menaces de mort, de tentative d’enlèvement et d’assassinat sur  le plaignant Charles KOFFI, qui réitère au président de l’assemblée nationale sa demande relative à la levée de l’immunité parlementaire de l’élu Kacou Brou.

Par acte de Commissaire de Justice en date du 4 avril 2022, le Tribunal correctionnel d’Abidjan-Plateau a été saisi par monsieur Charles KOFFI, Président du Réseau National Pour la Défense des Droits des Victimes des Déchets Toxiques de Côte d’Ivoire dite RENADVIDET-CI, d’une citation suivie de dénonciation au Procureur de la République contre les nommés KACOU Brou et SORO Doh, respectivement Député d’Ayamé, Sous-Préfecture de Sahounkro par ailleurs, Lieutenant-Colonel de la Police Maritime et le dernier cité, Commandant de la Douane ivoirienne. L’audience de cette affaire a été originairement prévue devant ledit Tribunal le 29 avril 2022 à 8 heures. Finalement, elle a été renvoyée au vendredi 4 novembre 2022, toujours à 8 heures.

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netAvant l’entame de cette audience, le plaignant déplore que suite à sa saisine en date du 28 février 2022, du Président de l’Assemblée Nationale, relative la levée de l’immunité parlementaire de l’Honorable KACOU Brou dit Maréchal KB de la FESCI, que ledit Président  n’ait pas encore donné de suite à sa requête. Pour lui, cette situation qui s’apparente à aucune caution de l’impunité par cette institution étatique, pourrait constituer un obstacle à l’instruction de cette affaire à l’égard de ce Député.

Les faits remontent en 2009

Selon le plaignant Charles Koffi, dans le cadre du processus d’indemnisation à l’initiative de l’Etat de Côte d’Ivoire, Gohourou Claude impliqué dans ledit processus, courant mars 2009, par monsieur KALOU Emmanuel, alors Trésorier Payeur Général du Trésor en charge de ce processus ‘‘commettait des malversations sur l’indemnisation des victimes ambulatoires des déchets toxiques. La liste des 95 mille victimes concernées par ce processus contenait des centaines de cas d’homonymies, c’est-à-dire des personnes qui avaient les mêmes nom et prénoms’’.

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netLe seul document demandé à ces victimes par Gohourou Claude et Danon Komé Aristide, Agent-Comptable du Trésor d’Abidjan-Sud au moment desdits faits, était soit la photocopie de leur carte nationale d’identité  ou attestation d’identité pour les victimes majeures de nationalité ivoirienne, soit l’extrait de naissance et l’attestation de puissance paternelle pour les victimes mineures ou bien encore la photocopie de la carte consulaire pour les victimes de nationalité étrangère.

Muni du bordereau de paiement comportant toutes les informations concernant ces victimes, ils reportaient ces informations concernant chacune de ces victimes sur sa pièce et administrative et s’appropriaient la totalité de ses 200 mille F CFA.

Lorsque ces victimes revenaient suite au rendez-vous à leur donné par ceux-ci dans l’espoir de rentrer en possession de leur indemnisation, ils leur remettaient la copie de leur pièce administrative sur laquelle aucune mention n’était portée par eux, et leur disaient qu’ils ne s’agissaient pas d’elles mais plutôt d’autres victimes qui avaient les mêmes nom et prénoms qu’elles.

D’autres victimes plus chanceuses, après plusieurs allées et venues onéreuses se voyaient accoster par un groupe d’éléments de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire dite FESCI alors dirigée par MIAN Augustin,  Secrétaire Général National de cette structure. Ces éléments travaillaient à la solde des nommés GOHOUROU Claude et KACOU Brou. Sur la base du même motif d’homonymie, ils faisaient croire à ces victimes, qu’il ne s’agissait  pas elles, mais qu’ils pouvaient les aider à rentrer en possession de la moitié de cette indemnisation, soit 100 mille F CFA. Proposition que la plupart d’entre-elles acceptaient dans le but d’éviter de payer des frais exorbitants de transport résultant de  plusieurs allées et venues de leur part.

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netMonsieur Charles KOFFI, au moment des faits, Secrétaire National de la Fédération Nationale des Victimes des Déchets Toxiques de Côte d’Ivoire dite FENADVIDET-CI, saisi par les victimes sur le détournement de leur indemnisation, avait joint  téléphoniquement le nommé GOHOUROU Claude, à l’effet de savoir davantage sur lesdites accusations.

Suite à sa réfutation de celles-ci, il  décidait de se rendre au Trésor d’Abidjan-Sud dans le but de se voir mettre à disposition, la liste des victimes supposées avoir été indemnisées par le susnommé. Il s’agissait pour lui, d’appeler téléphoniquement chacune d’elles pour procéder audit contrôle, c’était courant avril 2009.

Grande était sa surprise de constater que le vigile dudit lieu avait reçu des instructions de messieurs Gohourou Claude et Danon Komé Aristide aux fins de lui en empêcher l’accès. Suite à l’échauffourée intervenue entre eux, monsieur Charles KOFFI avait  appelé le nommé YAO Pipira Denis, alors Président de la FENADVIDET-CI, pour lui demander de prendre rendez-vous avec monsieur KALOU Emmanuel. Ce dernier leur avait donné rendez-vous, le jour suivant cette scène à 10 heures.

Au jour susdit, arrivé au Trésor d’Abidjan-Nord où exerçait monsieur Kalou Emmanuel, YAO Pipira Denis était venu à sa rencontre pour l’informer du fait que Gohourou Claude, le Maréchal KB de la FESCI, SOROH Doh alias National DOSKY de la FESCI et MIAN Augustin étaient déjà dans le bureau de monsieur KALOU Emmanuel. Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.net

Il avait ajouté, que ceux-ci y étaient  pour  présenter GOHOUROU Claude au Trésorier Payeur Général comme étant leur filleul, en somme et de façon familière, comme leur «bon petit». L’objectif de leur présence était de positionner  GOHOUROU Claude comme étant le seul interlocuteur valable  desdites victimes.

Après leur passage, KALOU Emmanuel avait refusé de recevoir messieurs YAO Pipira Denis et Charles KOFFI.

Etonné de la présence de la FESCI, ès qualité de structure qui n’était ni de près ni de loin impliquée dans l’affaire des déchets toxiques, qui n’avait créé aucune association à cette fin dans le but de ne pas mettre mal à l’aise leur mentor, monsieur Laurent GBAGBO sous le régime duquel ces déchets avaient été déversés, monsieur Charles KOFFI s’était rendu à la Cité Rouge de Cocody ou logeaient ces responsables, à l’effet de prendre langue avec le Maréchal KB de la FESCI.

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netSuite à leur échange, ce dernier lui avait demandé de se mettre en rapport avec  National DOSKY à qui, il avait délégué tous pouvoirs dans le cadre de la gestion de cette affaire. Lors de l’échange eu entre monsieur Charles KOFFI et  National DOSKY de la FESCI, ce dernier lui avait dit, qu’il n’avait rien à craindre dans la mesure où les documents administratifs de ces victimes ne portaient pas sa signature mais plutôt celles du nommé GOHOUROU Claude. Il avait poursuivi pour souligner, qu’en cas de plaintes desdites victimes, c’est GOHOUROU seul qui y répondrait.

Suite à ces explications, monsieur Charles KOFFI note qu’il lui avait fait noter, qu’il se méprenait gravement dans son analyse. Il avait affirmé, que s’il est vrai que sa culpabilité ne serait pas établie, il n’en demeure pas moins que sa responsabilité serait engagée aussi bien celle de YAO Pipira Denis et pour cause : la raison, était que c’est suite à une conférence de presse co-animée par eux trois  à la faveur de laquelle, ils avaient dénoncé la rétention indue de la somme de 50 mille F CFA dans les 200 mille F CFA alloués à chacune des victimes par les Agents du Trésor, que monsieur KALOU Emmanuel avait décidé d’impliquer la FENADVIDET-CI dans ledit processus. L’objectif de cette structure consistait à veiller au bon déroulement de celui-ci.

Le nommé SORO Doh avait pris acte de sa préoccupation et l’avait rassuré de mettre un terme à ce détournement

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netContre toute attente, constatant que désormais, c’est la FESCI et GOHOUROU Claude qui géraient ce processus au Trésor d’Abidjan-Sud et suite aux plaintes récurrentes des victimes relatives au détournement de leur indemnisation, monsieur Charles KOFFI, pour éviter que  le combat des victimes contre ces individus ne glisse à tort sur le terrain politique, avait rencontré messieurs DAMANA Pickas et KONATE Navigué, respectivement Assistant de monsieur GOHOUROU Parfait à l’ex Directeur de la Décentralisation, et le dernier cité, Directeur des Affaires Politiques de feu Désiré TAGRO, alors Ministre de l’Intérieur.

Il s’agissait selon lui, de lever toute équivoque sur ledit combat. Ces deux personnes étaient étonnées qu’outre les griefs portés contre le nommé KACOU Brou concernant les sous-locations de chambres dans les résidences universitaires, il était aussi impliqué dans cette affaire relative au détournement des fonds destinés à l’indemnisation victimes des déchets toxiques.

Les menaces

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netSuite à son passage à leur bureau, le surnommé Maréchal KB de la FESCI l’avait dit-il joint téléphoniquement pour le menacer en ces termes : « Charly, j’ai appris que tu veux faire des tracts sur moi et MIAN Augustin. Si tu les fais, tu auras affaire à moi et à la FESCI ». En réponse, Monsieur Charles KOFFI dit lui avait rétorqué, qu’il le croyait assez courageux pour l’affronter seul. Et de lui faire constater, qu’il est bien dommage qu’il compte sur la FESCI pour assouvir ses basses besognes. Séance tenante, il avait mis fin à cette communication.  

A la suite de ces échanges, et constatant que les fonds détournés par ceux-ci étaient chaque soir à leur descente dudit Trésor partagés entre la FESCI, des Commissaires de Police et les consorts GOHOUROU Claude,  il avait organisé les victimes et déposé devant le Procureur de la République, une plainte contre ces personnes portant sur ledit détournement. Le traitement de celle-ci avait été confié par ledit Procureur à la Brigade de Recherches du Plateau. Il avait donc, le 14 août 2009, animé une conférence de presse, à l’effet d’informer l’opinion sur ce vol organisé et commis  en réunion par ces derniers sur l’indemnisation des victimes.

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netSuite à la parution de cette plainte à la UNE du journal « L’INTER » en date du 17 août 2009, lequel titrait : «Un agent du Trésor et un président de Collectif  accusés de détournement », ce processus était, ce même jour, arrêté  définitivement  par la Directrice Générale du Trésor, madame MAMA DJEDJE Adèle, laissant pour compte, au moins 35 mille victimes ambulatoires pour une manne financière de 7 milliards de F CFA indument retenus à ce jour par le Trésor Public. L’actuel Directeur Général du Trésor, monsieur ASSAHORE K ONAN Jacques, au moment des faits, Directeur Général Adjoint de cette structure, connait très bien ce dossier ce, pour avoir reçu monsieur Charles KOFFI qui lui avait demandé en vain de remettre ces fonds à leur bénéficiaire.

LIRE AUSSI : https://www.ledebativoirien.net/2022/03/exclusif-plainte-contre-le-lt-colonel-kacou-brou-kb-et-le-commandant-soro-doh-pour-menace-de-mort-tentative-denlevement-et-dassassinat-sur-un-president-dassoc/

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netAussi, monsieur Charles KOFFI, a-t-il tenu à préciser qu’en cette période, le Maréchal KB de la FESCI était Commandant de la Police Maritime. Lorsqu’il était allé accompagner les victimes, à l’effet de faire leur déposition à la Brigade de Recherches, il avait été écroué dans les geôles dudit lieu par monsieur ETTE, Commandant de ladite Brigade de 9H à 18 H. Ce dernier qui avait des affinités ethniques avec le nommé KACOU Brou aurait agi à la demande de ce dernier. Au sortir dudit geôle, cette plainte lui avait été jetée à la figure par ledit Commandant.

Eu égard à cet état de fait, le Procureur de la République  saisi à nouveau par ces victimes avait déféré l’enquête préliminaire de cette procédure à la Police Criminelle. Malheureusement, selon toujours monsieur Charles KOFFI, cette plainte aurait été rangée dans les placards de cette institution policière par le Commissaire de Police Judiciaire, monsieur GOGOUA Maxime, à l’époque des faits, Sous-Directeur des enquêtes  de la Police Criminelle, l’un des parrains du nommé GOHOUROU Claude.

D’autre part, d’autres victimes des déchets toxiques avaient constitué, courant novembre 2006, un cabinet d’Avocats anglais dénommé LEIGH DAY & CO aux fins de poursuivre la société TRAFIGURA devant les Juridictions de Londres. L’objet de cette procédure était d’obtenir sa condamnation à leur payer une indemnité pour les divers préjudices qu’elles avaient subis et ce, Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netpour avoir été,

de manière prolongée, exposées aux émanations dégagées par les déchets pétroliers transportés par le bateau Probo-Koala affrété par la société TRAFIGURA au port autonome d’Abidjan dans la nuit du 19 au 20 août 2009. En août 2009, un accord amiable portant sur la somme de 22.500 milliards de F CFA avait été conclu entre cette société et ledit cabinet, mandataire des 29.624 victimes parties dans cette autre procédure internationale d’indemnisation.

 22.500 milliards de F CFA-TRAFIGURA- LEIGH DAY & CO-SGCI

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netSuite à l’accord unanime donné par ces victimes à ladite offre, TRAFIGURA faisait transférer le 24 septembre 2009, les 22.500 milliards de F CFA sur le compte des victimes ouvert par le cabinet LEIGH DAY & CO dans les livres de la SGCI. 

Au moment où ledit cabinet s’organisait pour procéder à leur indemnisation, à raison de 750 mille F CFA par victime, une association sortie de nulle part, une association imaginaire et fictive créée dans la même période de cette indemnisation, soit le 1er septembre 2009, association dénommée Coordination Nationale des Victimes des Déchets Toxiques de Côte d’Ivoire et présidée par GOHOUROU Claude,

faisait intrusion dans cette procédure pour demander que la totalité de cette indemnisation fût mise à sa disposition afin d’indemniser ces victimes desquelles, il prétendait avoir reçu mandat. Curieusement, avec l’aide de certains de ses soutiens politiques et de la FESCI, il avait obtenu, le 21 octobre 2009, une ordonnance de séquestre sur lesdits fonds. Et il était prévu que cette somme fût transférée par décision de justice sur le compte de son  association fictive le 06 novembre 2009.

Pour faire échouer cette forfaiture judiciaire en gestation, Charles KOFFI avait mobilisé le 6 novembre 2009, des milliers de victimes devant le palais de justice du Plateau pour protester vigoureusement contre cette imposture criante du nommé GOHOUROU Claude. Eu égard à cette situation, son association était déboutée pour défaut de capacité juridique. En d’autres termes, son association imaginaire ne remplissait pas les conditions légales requises par la loi, à l’’effet d’intenter une action en justice.

plainte contre KB ledebativoirien.netSuite à cette victoire, les victimes avaient exulté de joie et avaient porté monsieur Charles KOFFI comme un trophée. Après quoi, nombres d’entre-elles étaient rentrées chez elles. C’était à partir de ce moment, qu’il avait été pris à partie au niveau de l’arrêt du bus du CCIA où il s’apprêtait à aller prendre part aux oraux d’un concours administratif, par des centaines d’éléments de la FESCI. Ceux-ci, sur ordre du Maréchal KB, étaient venus le chercher pour le conduire à la cité rouge de Cocody ou ce dernier résidait.

Grâce à quelques victimes qui avaient suivi cette scène horrible au cours de laquelle, il avait reçu plusieurs coups violents sur instruction du National DOSKY qui demandait à ses pairs de le tuer, ces dernières avaient alerté les forces de l’ordre postées devant le palais de justice dudit lieu. Celles-ci y étaient  en vue de la sécurisation de cette manifestation. Eu égard à leur opposition de le laisser, ces dernières l’avaient arraché de force de leurs mains pour le conduire à la Préfecture de Police. Audit lieu, dans sa déposition, il avait déposé une plainte régulière contre le nommé KACOU Brou et autres pour tentative d’enlèvement et d’assassinat.

Tribunal d’Abidjan ce vendredi 4 novembre Kakou Brou alias Marechal KB et Soro Doh dit National Dosky devant le tribunal correctionnel dans  le dossier déchets toxiques  ledebativoirien.netDans cette déposition, il avait rappelé sa plainte en date du 19 octobre 2009 par soit-transmis N°545/CF/PR-AP/TPI en date du 18 novembre 2019 du Procureur de la République TCHIMOU Raymond et ce, suite aux menaces sus visées du nommé KACOU Brou contre sa personne.

Charles Koffi a tenu à préciser aussi, qu’il s’est vu dans l’obligation de réactiver ces différentes plaintes devant le Tribunal Correctionnel, lesquelles avaient fait l’objet d’instruction sous le régime politique précédent, tout simplement parce que les menaces de mort contre sa personne demeurent actuelles.

A preuve, il a fait noter, qu’après le délibéré intervenu le 18 mai 2022, devant la Première Chambre Correctionnelle de la Cour d’Appel du Plateau, dans l’affaire relative au blanchiment de capitaux contre le nommé Gohourou Claude, les personnes qui l’accompagnaient notamment Tyson, Blindé et autres étaient les hommes de mains de KB qui avaient tenté d’attenter à sa vie le 6 novembre 2009 au niveau du palais de Justice du Plateau.

kb et charles koffi plainte 1Ces derniers, au sortir de ladite audience, avaient encore essayé de l’agresser. Il avait dû être exfiltré par les forces de l’ordre du palais de Justice au nombre desquelles figurait le Commandant dudit palais qui avait été injurié par GOHOUROU Claude au prétexte d’avoir pris son parti.

Se considérant dans un Etat de droit, il a déposé une nouvelle plainte contre ces personnes sus citées. En outre, il a fait observer que le 9 octobre  2009, lors du partage à l’hôtel Pulman par le cabinet LEIGH DAY &CO, des 3% devant revenir aux  associations des victimes des déchets toxiques, messieurs GNEGNE Seydou et BANZE Mamadi partis à la demande de monsieur Charles KOFFI, chercher la part de leur association, avaient été molestés, bastonnés et laissés pour mort par le National DOSKY et ses amis. Après quoi, ils avaient pris en otage les membres du cabinet anglais et récupéré les 16 millions de F CFA qui devaient leur revenir.

plainte contre KB ledebativoirien.netLa plainte de ces victimes pour coups et blessures volontaires portée contre les consorts SORO Doh dit National DOSCY de la FESCI et autres, par soit-transmis du Procureur de la République N°4873/D/PR-AP/TPI en date du 09 octobre 2009, et  dont l’enquête préliminaire avait été  déférée par ledit Procureur à la Police Criminelle, avait été aussi rangée dans les placards de cette Police par le même Commissaire GOGOUA Maxime. A la veille de  l’audience, Charles Koffi déclare réitérer sa confiance en la Justice. «Nous espérons que justice sera rendue,  afin de mettre désormais fin à l’impunité dans notre pays », termine-t-il.

ledebativoirien.net   

© 2022, redaction. All rights reserved.

Du même auteur