Côte d’Ivoire : retour sur la belle réconciation retrouvée à Audoin Assandin  (reportage)

26 min read
67 / 100

Le vendredi 28 avril 2023 à 14 heures 30 minutes, un moment fort pour le village Audoin-Assandin dans la commune de Songon située entre les communes de Yopougon et Dabou. Une forte dose de fin de crise à la chefferie avec la remise de l’Arrêté Préfectoral au chef Alain Jean François d’Assise Ackou. Il aura fallu un long chemin jonché de conflits passant par une consultation publique conduite par le Sous-Préfet de Songon, Stéphane Fouéhi Guiriga.

Des moments retenant toutes les énergies dans ce village bordé par la lagune ébrié, au nord, par le village d’Audoin-Beugreto, à l’est, par l’océan atlantique, au sud, par les villages d’Abebi et N’djêm à l’ouest, avant d’aboutir à un arrêté qui met fin à la tension. Retour sur une longue marche à la recherche de la paix. Suivez avec Le Debat Ivoirien.

Un pouvoir dans le vif

audoin assandin

Dans la nuit du samedi 2 septembre 2017, à 3 heures 30 minutes, une prise du pouvoir est opérée par la génération Tchagba et constatée par tout le village d’Audoin-Assandin. C’est dans la sous-préfecture de Songon.

Un village entre la commune de Yopougon (Abidjan) et celle de Dabou, au sud de la Côte d’Ivoire. Une prise de pouvoir qui fait suite à l’empressement du chef, Logon Théophile au pouvoir de 2002 à 2017 avec 15 ans de règne au compteur, à vouloir demeurer à son poste. Alors que toutes les âmes dans le village s’accordent, pour soutenir que, la fin de règne des Dougbo (une génération) a été rangée au placard, depuis le 12 mars 2017.

Audoin-Assandin, ce village séparé de celui d’Abadjin-Doumé par la lagune qu’il faut traverser à la pinasse avant d’y accéder, a donc une nouvelle génération au pouvoir et qui disposait de fait, de six mois depuis septembre 2017 à l’effet de désigner un nouveau chef en son sein, avec la chute des Dougbo. Début d’une longue crise d’installation du chef désigné par la génération Tchagba qui accède au pouvoir.

Un processus stoppé par un autre élan dit-on piloté par les anciens tenants du pouvoir. Et là, le Sous-préfet de Songon, depuis le 21 juillet 2022, date de sa consultation populaire pour une issue à la crise était dans une profonde réflexion. Ce jour du 21 juillet 2022, jour de consultation populaire, le représentant du Préfet des Lagunes inconfortablement assis, face à lui, deux prétendants au fauteuil du chef du village d’Audoin-Assandé. Un pari risqué qui aura payé en fin des comptes, le vendredi 28 avril 2023 à 14 heures 30. Qu’est-ce qui  a pesé pour obtenir cet Arrêté longtemps introuvable sur la table du Préfet des Lagunes et du Sous-Préfet de Songon ?

Une pinasse à moteur et retour sur le 21 juillet 2022, date mémorable au bourg d’Audoin-Assandé

Une consultation publique conduite par le Sous-Préfet de Songon, Stéphane Fouéhi Guiriga retient toutes les énergies dans ce village bordé par la lagune ébrié, au nord, par le village d’Audoin-Beugreto, à l’est, par l’océan atlantique, au sud, par les villages d’Abebi et N’djêm à l’ouest. Un village qui fait partie des 5 villages Abia: Abia Koumassi, Abia Gnambo, Abia Abety, Abia Kouedo (Audoin Beugreto) et Abia Kouédo (Audoin-Assandin).

Ses principales activités économiques sont faites d’activités agricoles: le coco, l’hévéa, le manioc et la pèche. Mais, attention, il y a aussi quelques parcelles de terres, objet d’une convoitise morbide de puissants opérateurs immobiliers. De quoi perturber durablement la quiétude du village.

image 1

Dans  une attention  particulière, l’équipe de Ledebatioirien.net suit le récit de l’ex-chef du village, Gnado Djeket Martin portant sur la succession à la chefferie : «La constitution des Dougbo, alors au pouvoir prévoit un mandat de 15 ans non renouvelable Cependant, cette génération a refusé de quitter le pouvoir. Ses membres refusent de s’assoir avec leurs dauphins, les

Tchagba devant accéder au pouvoir partout en pays Atchan, (peuple lagunaire au sud de la Côte d’Ivoire) pour régler les problèmes fonciers du village matérialisés par des travaux de lotissement initiés par des opérateurs immobiliers sur les terres du village. Les terres de nos ancêtres, donc nos terres. Les mêmes parcelles sont attribuées à plusieurs acquéreurs et opérateurs. C’est ainsi qu’un passage en force a été opéré par la génération montante, les Tchagba, afin de désigner un nouveau chef pour le village…».

Ce qui s’opéra dans la nuit du 2 septembre 2017. Après cette nui, une vague de violence est constatée dans le village. La menace de fermeture de l’unique école primaire publique du village a lieu au cours de la rentrée 2017-2018. Toutefois, une grande majorité des populations semble adhérer à la prise du pouvoir par les Tchagba à travers l’opération ‘‘Andin Propre’’. Le village Audoin-Assandin va dès lors recevoir d’incessantes visites des forces de l’ordre, notamment, la brigade de la gendarmerie de Songon.

Et là, pour faire constater l’absence d’un chef du village et de l’inexistence de chef de terre au village. Mais pour la population que Ledebativoirien.net interroge, l’absence de chef du village n’est pas synonyme de l’inexistence de chef de terre. «Il s’agit bien de Mambey Ledja Jean Arnaud avec comme prédécesseur Abognon germain. Une équipe intérimaire sera installée jusqu’à la désignation d’un nouveau chef ». Elle est conduite par le doyen de la génération Tchagba, Aaron Djeket.

Début d’une crise

C’est en 2015 que les populations de village d’Audoin-Assandin décident, après les obsèques du doyen Mambé Jean-Baptiste, d’organiser les festivités du Fatchué, dite ‘‘cérémonie de la maturité’’. Cette phase importante de la vie d’une génération en pays Atchan est annoncée à une semaine de la cérémonie de la chefferie Dougbo qui, auparavant donne son accord. La génération a comme chef, Logon Théophile qui prend le soin de cosigner les différents courriers échangés avec le comité d’organisation de la cérémonie à venir.

Coup de théâtre, à quelques jours de la cérémonie de la génération montante (Tchagba), le village constate l’annulation du ‘‘Fatchué’’. Motif avancé: dès la ténue de ladite cérémonie, la génération Tchagba prendrait immédiatement le pouvoir traditionnel, ce que refuse la génération sortante. Une campagne du boycott du Fatchué est lancée par la chefferie Dougbo. L’on notera que quelques membres de la génération Tchagba de la catégorie Donga rejoindront le boycott, soutiennent des témoins interrogés, le 21 juillet dernier à Audoin-Assandé.

Le doyen de la génération Tchagba, Aaron Djeket met alors en mission, deux délégations auprès du chef de terre Mambey Ledja Jean Arnaud et le doyen d’âge du village, Assike Jean. Le doyen d’âge après l’avis du chef de terre convoque les anciens, les Gnando. Au cours de cette rencontre, il ne manque pas de fustiger l’attitude de la chefferie Dougbo en donnant l’autorisation d’organiser les festivités du Fatchué de la génération Tchagba.

Du choix du chef dans sa génération

Selon les témoignages recueillis au village Audoin-Assandin, les Us et Coutumes Atchan, peuple lagunaire, indiquent que le choix du futur chef du village est une exclusivité de sa génération. Celle qui accède au pouvoir, après la cérémonie du Fatchué, de la maturité. Ce choix est fait au cours d’une assemblée générale extraordinaire convoquée par le doyen d’âge de ladite génération, y compris les doyens des différentes catégories que sont les, Djéhou, Dongba et Assoukrou.

Le choix de la génération Tchagba d’Audoin-Assandé se portera au regard de la procédure sus-indiquée, sur Ackou Alain Jean François-d’Assisise, le 16 décembre 2017 en présence de la majorité des membres de sa génération et des doyens de catégories. Suivra l’étape de la démarche envers les parents du retenu. Il est revenu au doyen de la génération accédant au pouvoir, Djkeket Aaron de conduire cette étape auprès des parents du membre de la génération Tchagba d’Audoin-Assandé choisi.

Ce sont le père, Gnaba Beugré Henri et la mère, Niava Koko Marie. La scène se déroule, le 10 janvier 2018. Il leur annonce, le choix de leur fils Ackou Alain Jean François d’Assisise comme le futur chef du village d’Audoin-Assandé. Ils acceptent, c’est dire qu’ils donnent leur accord et bénédiction. Passée cette étape, il reviendra au messager Ledja Okpo Gabriel de porter la nouvelle au chef de terre, le doyen et à la doyenne de terre du village, le 25 janvier 2018, la nouvelle du choix opéré par la génération Tchagba d’Audoin-Assandé. Ce qui est fait selon l’ordre établit.

Présentation officielle du ‘’choix de la génération’’

Côte d’Ivoire-Songon Audoin Assandin : exclusive longue marche vers la paix (dossier) ledebativoirien.net

Passées ces formalités d’usage, la présentation officielle à toute la communauté villageoise se fera, le 31 mars 2018 sur la place publique dudit village. Toutes les entités seront présentes ce jour-là, ainsi que toutes les générations et catégories. Au rythme des danses guerrières, elles feront allégeance au nouveau chef désigné, Ackou Alain Jean François-d’Assisise. A la date du 31 mars 2018 dès 8 heures à la rue principale du village d’Audoin-Assandin, outre les autorités administratives et militaires qui ont été informées et invitées à la cérémonie de présentation officielle du nouveau chef, s’y trouvaient aussi la génération Tchagba des autres villages ébrié.

La présence d’une délégation du village d’Audoin-Beugreto, un village contigu à Audoin-Assandin est enregistrée. A 10 heures démarre la présentation du nouveau chef du village d’Audoin-Assandin entre parades, danses avec bandeaux rouges, parce que, la génération accède au pouvoir. La joie immense se lisait sur tous les visages des membres de la génération, mais aussi des habitants du village.

Le doyen de la génération Aaron Djeket saisit la main du nouveau chef Ackou Alain Jean François d’Assise, la soulève, il s’ensuit des cris de joie dans la foule, des chants danses des embrassades et félicitations. Le nouveau chef reçoit les bénédictions des parents, du doyen et de la doyenne du village. A 11 heures 30 la cérémonie prend fin.

Les souvenir sont encore vivaces lors de notre passage, comme le soutient  le témoignage des populations rencontrées. Une demande d’Arrêté auprès du préfet de Région, Région des Lagunes est alors introduite, comme le veut la procédure administrative, à l’effet d’endosser le choix du village.

L’intronisation du nouveau chef

Le 31 décembre 2019, à l’instar de tous les villages Atchan du district d’Abidjan, où la génération Dougbo tenait le pouvoir, depuis 15 ans, celle d’Audoin-Assandin est invitée à s’engager dans le processus généralisé de passage à témoin. Le 7 janvier 2020, l’ex-chef du village Logon Théophile Blanchard est saisi par la génération Tchagba pour la passation des charges entre la génération Dougbo et les Tchagba d’Audoin-Assandin à l’effet de l’intronisation du chef du village, le 25 janvier 2020 de 9 heures.

Ce choix sera réaffirmé le 1er  janvier 2020. Le 25 janvier 2020 de 9 heures à 15 heures, l’intronisation du chef du village à la place publique du village en présence de toute la population et des invités, le chef de terre Mambé Ledja JeanArnaud selon les témoignages recueillis donnera son accord pour l’intronisation du nouveau chef du village d’Audoin-Assandin, Ackou Alain Jean François-d’Assisise. Une chaise royale est alors installée sur laquelle le représentant du doyen d’âge du village, Djako Abraham conformément à la tradition ‘‘Atchan’’ prend place, à la grande joie des populations.

Il fera par la suite assoir le nouveau chef à trois reprises sur ses genoux en signe de remise du pouvoir. Puis procède à l’investiture officielle du chef Ackou Alain Jean François d’Assise sur la chaise royale. Il sera aidé en cela par la doyenne du village Latta N’guessan Jeanne et du doyen d’âge de la génération Tchagba, Djeket Djiro Aaron. Le nouveau chef est ainsi intronisé. Séance tenante, il désigne le Secrétaire Général et le Chef du Cabinet de la chefferie du village d’Audoin-Assandin, ainsi que les membres dudit cabinet. Lesquels sont présentés aussitôt au public.

C’est dire que tout est bien préparé. Le nouveau chef recevra ce jour-là, les félicitations de ses pairs dont celui d’Anono village, le chef Djorogo Nanguy Sévérin, de la députée de Jacqueville Yacé Laurette épouse Demel, du représentant du parrain, le maire du Plateau, Jacques Ehouo en la personne de Zalo David. La séance prendra fin à 16 heures 30 minutes sous les cris de joie des habitants du village qui croit retrouver enfin une administration. L’intronisation a été faite en présence du chef de terre Mambety Ledja Jean Arnaud, en présence des filles et fils du village d’Audoin-Assandin. Le village va-t-il enfin retrouver la paix ? La suite le dira.

Audoin-Assandin ne sait pas qu’il n’était pas encore sorti de l’auberge

Le 29  Janvier 2020, le doyen de la génération Tchagba Aaron Djeket passé les acclamations et joie, du 25 janvier relance pour la deuxième fois, la demande de l’Arrêté Préfectoral au profit du nouveau chef Ackou Alain Jean François d’Assise désigné le 16 décembre 2017, présenté à la population le 31 mars 2018 et intronisé le 25 janvier 2020. Le temps s’écoule et les esprits commencent à surchauffer entre les membres de la génération Tchagba et Dougbo dans le village. Le temps passe, passe et passe, pas de nouvelle de la part du Préfet.

audouin assandin djeket

Le chef de terre Membey Ledja Jean Arnaud, garant des us et coutumes du village, depuis le décès de l’ex chef de terre Abagnon Bessi Germain, décide, le 23 juin 2021 selon les témoignages recueillis d’alerter le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité sur la situation délétère qui s’installe peu à peu dans le village d’Audoin-Assandé.

Faits et actes dénoncés

Les témoignages indiquent, en 2002, l’accession de la génération Dougbo au pouvoir se fait dans la violence dans le village d’Audoin-Assandin. Elle renverse les Gnando du pouvoir. Une fois au pouvoir, la génération Dougbo, en 2006 décide de limiter le mandat à 15 ans non renouvelable à compter de la date de la prise du pouvoir, là où il était illimité parfois ou à 25 ans. La décision est saluée de tous.

Arrive 2017, année de la fin du mandat des Dougbo en respect des 5 ans de pouvoir fixés par la génération au pouvoir elle-même. Et là, elle refuse de partir! Le samedi 2 septembre 2017, les Tchagba opèrent un coup de force, comme si l’histoire de l’accession au pouvoir des Dougbo se répétait.

En fin des comptes, le 31 décembre 2020 officiellement, la génération Tchagba parvient à mettre fin au pouvoir des Dougbo. Le nouveau chef est intronisé publiquement par le chef de terre comme l’exige les us et coutumes Atchan en présence de toutes les couches des communautés, comme souligné plus haut.

Chemin faisant, les populations constatent que les Dougbo ne s’avouent pas vaincus. Ils procèderont à quelques petites manipulations du doyen d’âge Assoké Bragahi Basile. Certains membres de la génération Tchagba au pouvoir seront utilisés pour y arriver. « Ils parviennent à entrainer le village dans une vague de violence sanctionnée par l’arrestation et détention en mai 2021 du chef du village et deux de ses collaborateurs dont le doyen de la génération Tchagba, Djeket Aaron », expliquent les villageois interrogés. Un temps du non-retour à la réconciliation est décrété.

Déstabilisation du nouveau chef intronisé

Selon les us et coutumes, la génération montante sous la présidence du doyen d’âge de la génération désigne la personne jugée apte d’assumer la fonction de chef du village en son sein le chef. Le processus est arrivé à son terme à avec l’intronisation du nouveau chef dudit village. Soit le 16 décembre 2017 désignation, le 31 mars présentation, le 25 janvier 2022 intronisation et le 1er janvier 2021 réaffirmation de son pouvoir devant toute la communauté villageoise et des autorités administratives.

consultation

Alors que le nouveau chef, toujours dans l’attente de son Arrêté dont la demande est constamment renouvelée, par des actions inavouées, les anciens au pouvoir hier, selon les témoignages recueillis parviendront à déstabiliser le nouveau chef. «Avec la désignation de Djako Djeket Jonas Eloi comme membre de la génération au pouvoir, les tchagba ». Ayant obtenu la caution du doyen d’âge du village, une tentative de sa présentation officielle le 3 juillet 2021 sera infructueuse. Dès lors, ce village ne retrouvera plus la paix recherchée à prix d’or.

Le 17 août 2021, les familles Akouédo d’Audoin Assandin et Abia Koumassi, représentées respectivement par les chefs de famille Djako Koutouan Abraham et Dioulo Asso Lambert, dénoncent cette nouvelle situation dans le village auprès du Préfet de Région des Lagunes. Le lundi 9 août 2021 de 19 heures à 21 heures, une rencontre des familles d’Akouédo se tiendra au domicile des parents du choix de la génération sortie; «au détriment de toute la procédure déjà terminée et sanctionnée par le choix du chef du village qui a été intronisé», confient avec amertume, des villageois interrogés, le 21 juillet 2022.

Cette rencontre ne produira aucun effet positif, car deux blocs seront désormais en face-à-face dans le village. Deux chefs de la même génération, désignés différemment. La tension est palpable et haute au village d’Audoin Assandin Sous-préfecture de Songon. Toutes les requêtes en direction des autorités à l’effet de mettre fin à la situation resteront sans suite.

Une consultation populaire dans une ambiance folle au village d’Audoin Assandin

Le conflit à la chefferie du village d’Audoin-Assandin dans la Sous-préfecture de Songon, entre Dabou et Yopougon sera en perpétuelle recherche de solution, depuis 2017. Le jeudi 21 juillet 2022, une consultation populaire à la place publique dudit village a rassemblé devant le Sous-préfet de Songon, le commandant Stéphane Fouéhi Guiriga, la notabilité conduite par le doyen d’âge Aaron Djeket, chef intérimaire et la population en deux blocs.

Autour des deux prétendants au poste de chef du village. Particularité, tous les deux sont de la même génération devant accéder au pouvoir. Tous les deux soutiennent avoir été choisis par les membres de la génération des Tchagba, au pouvoir. Cependant, l’un, à l’observation a été choisi à la majorité des membres de la génération ayant accédé au pouvoir. Et l’autre par les doyens de la génération sortie parvenant à diviser la génération au pouvoir.

Des documents administratifs, courriers, constat d’huissier, images montrant des cérémonies de la présentation officielle à la population à la place publique, ainsi que celles de son intronisation toujours à la même place publique du choix du village sont exhibés. Mais depuis plus deux ans, il dans l’attente de son arrêté préfectoral. L’autre choix des doyens de la génération sortie, à l’observation, en témoigne les faits, le 21 juillet 2021, membre de la génération Tchagba aussi semble ne pas bénéficier d’une forte audience au sein de sa génération.

Cependant, il a la caution des anciens de la génération passée, ayant géré le pouvoir, et aussi bénéficie du soutien fort du doyen du village, le ‘‘Nanan’’. C’est selon lui, celui-ci qui l’aurait oint ou béni pour diriger le village. Est-ce selon les Us et Coutumes ! Ce jour du 21 juillet 2022, le Sous-Préfet Stéphane Fouéhi Guiriga dans un jeu magistral d’appréhender le conflit autour de la désignation du chef a réussi, à faire réagir, tour à tour, tous les protagonistes autour du choix qui lui a été communiqué par le doyen d’âge du village.

Il s’agit de Djeket Jonas Eloi. Et non celui qui aurait été désigné par la génération au pouvoir, Ackou Alain Jean François d’Assise. Le Sous-Préfet pousse alors le doyen du village à décrire le processus de la désignation du chef du village d’Audoin-Assandin. A la question : ‘‘Le nom qui m’a été communiqué a-t-il respecté ledit processus ?’’. La réponse à l’affirmative du doyen d’âge n’aura pas totalement séduit le Sous-Préfet.

Etant donné qu’il parviendra lui-même à la conclusion que la désignation de Djeket Jonas par le Nanan ne rencontre pas l’assentiment des membres de sa génération à qui, il revient de désigner selon les règles en vigueur, dans le village, leur chef et futur chef du village d’Audoin-Assandin. Cette consultation populaire aura tourné autour de la contestation du choix porté à la connaissance des autorités, par les anciens du village.

Avec un bloc soutenant Ackou Alain Jean-François d’Assise, celui désigné comme chef légal émanant de la génération Tchagba ayant accédé au pouvoir selon la tradition dudit village; et l’autre bloc appuyant Djeket Jonas, avec à ses côtés les anciens de la génération sortie, les Djougbos, soutenu par le doyen du village. Le Sous-Préfet conclue sa consultation : « Rassurez-vous, je rendrai fidèlement compte au Préfet. C’est lui qui signe les Arrêtés et non le Sous-Préfet, contrairement à ce que les uns et les autres pensent…». Rideau !

L’attente se fait longue et lassante Audoin-Assandin….

Des mois passent, depuis la date de la consultation publique et les populations constatent que le Sous-Préfet freine des quatre fers dans la transmission de son rapport au Préfet à l’effet de la signature de l’Arrêté de leur chef du village d’Audoin-Assandin, parmi les deux prétendants. La Curiosité est encore poussée, sur ce qui empêche la décision de l’autorité administrative.

…et le temps des médiations

La tension est plus que palpable dans ce village. Au grand dam du ministère de l’Intérieur ? Tous les regards sont toujours tournés vers les bureaux du Préfet des Lagunes qui attend le Sous-préfet de Songon. Plus le temps passe, des médiations souterraines ont cours apprend-t-on.

Audouin-Assandin, ce village de la commune de Songon commence à retrouver son calme et certainement le beau vivre qui lui est reconnu. Et ce, depuis le passage d’un conseiller du chef de l’Etat ivoirien au sein de la chambre des rois de Côte d’Ivoire, le 20 septembre 2022. Ce village de près de 5000 âmes, une île paradisiaque, très convoitée qui fait l’objet de conflit de succession à la chefferie.

Depuis plusieurs années, il est dirigé par deux clans de la génération Tchagba au pouvoir. D’un côté, Ackou Jean François d’Assise, désigné depuis 2017 et soutenu par la majorité des villageois et qui est reconnu, le chef légal dans la hiérarchie de sa génération. De l’autre côté, Djeket Jonas, un autre chef résidant en Europe (en Italie) soutenu par des anciens de la génération sortante, les Djougbos.

Une situation qui a plombé la renaissance du village, un site touristique. Une consultation populaire le 21 juillet 2022 conduite par le Sous-préfet de Songon qui tarde à produire de solution devant aboutir à la signature d’un arrêté du chef légal ! Une médiation recommandée par le président Alassane Ouattara apprend-t-on est alors menée.

honorabloe 1

Sur cette instruction l’honorable Sako Mamadou (un des conseillers du chef de l’Etat) conduira une médiation dans ce village ébrié, le mardi 20 septembre 2022. Elle se soldera par un succès. Car les plus hautes autorités du pays souhaitent le respect scrupuleux de la coutume Atchan dans le règlement des conflits sur la question de la chefferie traditionnelle chez le peuple Ebrié.

Ce qui va aboutir ce 20 septembre 2022 àla reprise de la consultation populaire. En présence de toutes les partie, elle rétablit Ackou Jean Alain François-d’Assise dans ses attributs de chef. Le 15è dans la hiérarchie du village d’Audouin-Assandin. Il reçoit ce jour-là, un exemplaire de la Loi portant composition, attributions et fonctionnement de la chambre nationale des rois et chefs coutumiers traditionnels de Côte d’Ivoire.

Le médiateur l’honorable Sako Mamadou, avant de se retirer rassure la population qu’il transmettra un rapport aux autorités. Il ne manquera pas d’exhorter la population à prier pour la paix dans le village. C’est donc avec joie que les filles et fils dudit village parlent au passé, de la crise de chefferie à Audoin-Assandin, car elle a connu fin pour eux, le mardi 20 septembre 2022.

Vendredi 28 avril 2023 et samedi 6 mai : jours choisis pour la paix et réconciliation

Audouin-Assandin, attendait depuis des temps l’heure de la grande cérémonie de la réconciliation qui sera célébrée avec faste. La présentation officielle à la Côte d’ivoire de son chef, Ackou Jean François d’Assise, 15è chef du village d’Audouin-Assandin. Arrive donc, le vendredi 28 avril 2023.

Il est 14 heures 30 minutes, moment de la remise officielle de l’Arrêté Préfectoral au chef Alain Jean François d’Assise Ackou. C’est fait, il est désormais le chef légal. La joie traverse toutes les familles extra limites du village. Le temps de paix rassurant.

Le samedi 6 mai 2023, il est 12 heures quand le chef du village d’Audoin Assandin Akou Alain Jean François d’Assise, tenant son arrêté administratif en main peut s’exprimer tranquillement face aux populations. Il est l’heure de la réconciliation et à la cohésion dans ce beau village insulaire. Après cet exercice, le chef désormais reconnu par tous, peut remercier les autorités qui ont permis d’obtenir ‘‘son Arrêté’’. Notamment ‘‘le président de la République Alassane Ouattara’’, dira-t-il.

Il ne manquera pas de remercier l’Honorable Sako Mamadou député à l’Assemblée nationale, médiateur dans cette crise de chefferie et feu le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le président de l’Assemblée Nationale Adama Bictogo et le ministre de la sécurité Vagondo Diomandé, le Préfet d’Abidjan, le Collectif des chefs Atchans, les religieux et religieuses. « Mais aussi toutes les personnes qui dans l’ombre ont œuvré pour la stabilité dans ce village ».

audouin assandin chef arrete 2

En dénonçant le comportement de certains anciens du village dont  l’’attitude tendait à nuire à la quiétude des habitants d’Audoin Assandé, il tendra la main de la paix et de la réconciliation. Il annonce la fin de la crise de la chefferie à Audoin Assandin avec toute la place faite à la réconciliation et à la cohésion sociale.

Débutée le 2 septembre 2017, cette crise aussi a été longue que la marche de l’accession au pouvoir des Tchagbas d’Audoin Assandin couronnée le vendredi 28 avril 2023 à 14 heures 30 par la remise de l’Arrêté Préfectoral au chef Alain Jean François d’Assise Ackou. La remise de cet Arrêté au chef du village marque la fin de la crise de chefferie dans ce village.

La réconciliation prend désormais toute la place après plusieurs années de fractures sociales. « Nous devons travailler au retour de la cohésion sociale et de la paix définitive. Cela passe obligatoirement par une main tendue et sincère de notre part. C’est pour cela je saisis cette occasion pour demander à tous nos frères et sœurs de se joindre à nous pour conduire la destinée de notre village.

Nous savons tous qu’il ne peut avoir de développement sans préalablement de paix. Dans cette crise, il n’y a ni vaincu ni vainqueur. Seule la génération Tchagba a gagné. J’appelle tout le monde à tourner la page afin de donner une place à la réconciliation vraie », indique aujourd’hui, le chef Alain Jean François d’Assise Ackou.

Audoin-Assandin, ce village que l’équipe de Ledebativoirien.net a visité avec son air naturel pur peut maintenant retrouver ses principales activités de culture du Coco, l’hévéa, le manioc et la pèche en chantant avec son chef Ackou.

C’est aussi, la grande famille des cinq (5) villages Abia: Abia Koumassi, Abia Gnambo, Abia Abety, Abia Akouedo (Audouin Beugreto) et Abia Kouedo qui hume l’air de la paix et de la réconciliation avec Audoin-Assandé. Fin de crise qui aura tenu en haleine toute une  population qui n’a jamais renoncé à la paix, à la réconciliation et à la cohésion sociale, avec son chef Ackou Jean-François d’assise qui retrouve ses attributs.

LEDEBATIVOIRIEN.NET

HERVE MAKRE-Envoyé spécial à Audoin-Assandin

© 2023, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur