Pdci Rda-ambiance électorale: le gros déchainement de Marius Konan porte-parole de Maurice Kakou Guikahué  (partie 2)

15 min read
71 / 100

Le Professeur Maurice Kacou Guikahué, Vice-Président du PDCI-RDA, Secrétaire Exécutif en Chef, qui totalise trente-deux (32) années de présence au Bureau Politique du PDCI-RDA sans discontinuité est candidat à la succession du Président défunt Henri Konan Bédié. Il a été le plus  proche collaborateur ces trois dernière décennies des deux Présidents du PDCI RDA, Félix Houphouët-Boigny et Henri Koanan Bédié. Mais ce que  l’on ne sait pas encore trop, c’est la force d’arguments développée par son équipe de campagne.

Cette partie ici est consacrée aux réactions et explications du Député Marius Konan, membre du Bureau Politique du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire-PDCI, Porte-parole du professeur  Maurice Kakou Guikahué candidat, faces aux critiques et observations soulevées dans la masse. Le dimanche 26 novembre 2023, il était d’une autre dimension devant les micros et autres projecteurs des médias. Suivez-le plutôt avec Ledebativoirien.net.

Marius  Konan porte-parole du candidat MKG répond aux  préoccupations des médias

 »Président et candidat du Parti »

 «(…) Le Pdci  a connu deux  hommes forts qui,  plus que des chefs politiques étaient des  pères de familles. Si vous interrogez l’histoire, vous verrez que Félix Houphouët-Boigny, Président du Parti était chef de famille ; après le Président Houphouët-Boigny, le Président  Henri Konan Bédié s’est comporté en chef de famille. Nous étions dans  un Parti où la plus part des questions étaient traitées par le  Président et avec son engagement, le temps  qu’il avait. Nous pensions qu’à un certain moment,  il ne fallait pas le bousculer. Donc c’est tout naturellement que  nous voulions que  le Président du Parti devienne candidat du  Parti.

PDCI MKG PP3

Vous savez que  nous avons été victimes d’un coup d’Etat en  1999. Moi ,c’est  à partir du  coup d’Etat de 1999, au lycée 4 de Daloa que j’ai décidé de m’engager fortement. Parce que  je voulais  faire de  la politique après. Et quand  j’ai vu le coup d’Etat de  1999, j’ai dit, mais si les armes restent sur  la scène politique, c’est cuit pour nous. On n’aura pas d’espace d’expression. Donc, nous avions une revanche à prendre sur  le temps. A dire NON!

En  2002, quand  on a été  informé que  le Président du  Parti Henri Konan Bédié devrait être notre candidat du  Parti, nulle part dans les texte, il n’est écrit que  le  président du parti est  le candidat du Parti, c’est la première des chose.

Secundo, même en 2020 on eut annoncé que le Président Henri Konan Bédié du parti, Bédié du candidat  du Parti, on a eu la candidature de Henri Konan Bédié, le Président de la jeunesse. Nous sommes allés à la Convention et  nous avons élu le  Président Bédié comme notre candidat. Mais ce que  nous disons était  un souhait de nos ainés.  Mais ce souhait était  obligé d’être confronté  à la réalité. C’est la raison  pour  laquelle  il y a toujours eu  une Convention.

Retenez ceci : le Président du Pdci Rda est choisi  à  un Congrès. Le candidat du Pdci Rda est choisi  à  une Convention. Même président du Pdci Rda, le  président Henri Konan Bédié allait  à des Conventions  pour se faire élire, candidat du PDCI RDA. Donc  pour  nous, ce n’est pas  un  problème. Aujourd’hui, le Professeur  Maurice Kakou Guikahué,  lors de sa déclaration a dit :

PDCI MKG campagne1

‘‘Nous voulons  construire  un parti fort qui repose sur son histoire et sur des valeurs. Un parti indépendant et autonome du pouvoir ‘’ ; c’est-à-dire, un Parti qui peut vivre même quand il n’est pas au pouvoir. Un Parti indépendant des hommes, c’est-à-dire,  un Parti qui n’a pas besoin d’avoir un homme fort financièrement  pour pouvoir vivre.  Mais un Parti qui peut compter sur les  militants qui comprennent ensemble qu’en mutualisant les efforts, nous  pouvons conduire notre destin commun. Voici le nouvel engagement que prend le Professeur Maurice Kakou Guikahué en se portant qu’candidat.

Et puis, quand il dit qu’il ne veut qu’être le Président du PDCI RDA,  il a décrit dans sa déclaration de candidatur. Il dit, avec l’expérience qu’il a et le temps qui reste, il est convaincu que, si quelqu’un cherche  à  être Président du Parti pour se donner les chances d’être candidat du  Parti, nous  militants on doit être convaincus que la personne cherche à nous faire gérer par procuration. Parce que prendre le temps d’aller faire élire des présidents de comités, élire des secrétaires généraux, avant de revenir mettre des délégations en place, ça vous prend énormément du temps. Il a dit, le travail du parti est prenant.

Et puis à côté de cela, il y a l’engagement pour la présidence de la République, lequel engagement  est exigeant. Donc à moins de deux ans de l’élection, tu ne peux  pas faire ces deux choses à la fois. C’est la raison pour laquelle, il nous a invités et nous sommes allés le voir. Il nous a dit : ‘‘ En homme d’expérience, je comprends, donc je me concentrerai sur  le Parti, et quand le moment viendra, le Parti désignera quelqu’un à  la Convention. Mais nous tous, nous allons soutenir cette personne pour l’envoyer aller gagner les élections de 2025’’.

La question du Président  par intérim.

« Depuis jeudi (23 novembre 2023) alors que nous préparions sereinement en connaisseurs du Parti, les prochaines activités de campagne, nous avons été surpris par un courrier qui circulait sur les réseaux sociaux et un peu partout. Une décision qui a même été notifiée à la direction de campagne plus tard, de ce que, le doyen d’âge des vice-présidents, Président par intérim, à la rencontre qu’il a eue avec  les candidats, il y a quelques jours avait demandé que  les candidats se mettent en congé et qu’il avait reçu deux documents de deux candidats qui avaient décidé eux, de se mettre en congé. Qu’il appelait les autres à en faire autant.

Mais ce que le courrier en question ne dit pas, c’est que mon candidat  à cette rencontre a rappelé au Président  par intérim qu’il ne doit pas excéder six mois, que, il n’était pas concerné par ce qu’il disait. Parce que  de mémoire, on a eu  en 2002 un Congrès où le Président Henri Konan Bédié était en compétion avec le Secrétaire général du PDCI RDA, monsieur Laurent Dona Fologo. Aucun des deux  n’a eu besoin de se  mettre en congé.

En 2013 notre regretté Président Henri Konan Bédié était opposé à  son Secrétaire général qui était Alphonse Djédjé  Mady et  à son président de la jeunesse (Kouadio Konan Bertin). Aucun des deux n’a eu besoin  de se mettre en congé. Mais curieusement, au moment  où le  Président décède, alors que  nous espérions que le Président par intérim se comporte  en bon père de famille, il décide curieusement que des candidats devraient se mettre en congé, pour promouvoir, ce qu’il appelle lui-même, l’égalité des chances.

Mais on est un peu étonné, parce que nous sommes des politiques. Moi qui vous  parle, certes je suis jeune,  mais il y a longtemps que je suis un observateur de la vie politique. J’ai fait mes petits pas dans les sections universitaires pour arriver aux sections  du Parti, avant d’être Député et plus tard délégué.

PDCI MKG campagne

Mais attendez, on va à un congrès, aucun document, aucune disposition de nos statuts  ne  permet au Président par intérim de demander au Secrétaire Exécutif  en chef du secrétariat exécutif de se mettre en congé.

Lisons l’Article 43 des Statut  et Règlements  Intérieurs du Pdci :’’ En cas de décès, de démission ou empêchement absolu du Président du Parti, l’intérim est assuré par le Doyen d’âge des vice-présidents.

Le Secrétariat Exécutif reste en place.

L’intérim ne peut excéder six mois, sauf si la durée du mandat restant à courir est inférieur ou égal à un an. Avant la fin de la période d’intérim, il est procédé à l’l’élection d’un nouveau Président du parti,  à  l’occasion d’un congrès extraordinaire convoqué et organisé par le bureau  politique ».

Le Secrétariat Exécutif reste en place, mais curieusement, le Président par intérim que nous espérions voir comme un bon père de famille, comme il nous l’a promis en présence de certains de nos ainés, devant le général Ouassénan paix  à son âme ; a mis en place  un certain  nombre d’outils pour organiser le prochain Congrès. Il a créé un Comité de Supervision et de l’organisation du 8è Congrès extraordinaire du 16 décembre 2023. Il a créé un Comité électoral. Il a créé un Collège de conciliation et de recherche de consensus. Il a créé un Comité d’homologation et de contrôle de la liste électorale, il a créé un Comité de finance du 8è congrès extraordinaire. Le Secrétaire Exécutif numéro 2 du Parti ne figure dans aucun de ces comités.

Dans quel Parti peut-on créer toutes ces instances où le numéro 2, le plus proche du Président Bédié n’est pas et puis, on va dire qu’il peut avoir une mainmise sur l’organisation du congrès. Nous estimons que cette façon de faire cache le parti pris des personnes qui sont autour du Président et qui tentent de  l’induire en erreur, et nous dénonçons cela ».

Guikahué: pas Baoulé, pas d’argent

PDCI MKG campagne1

« (…) Malheureusement, la reconnaissance qui est une vertu importante, depuis  quelques semaines tend  à être oubliée par certains qui commencent  à se comporter comme des gens qui ont des mémoires sélectives, hélas ! Dieu merci, il y a encore des gens  pour reconnaitre la valeur, le travail fait pour  nous conduire, là où nous sommes.

Ne vous inquiétez pas, moi qui vous  parle, je suis baoulé, je viens de Yamoussoukro Attégouakro. Je suis Député depuis 2016  de cette circonspection et je suis avec  Maurice Kakou Guikahué. Son directeur de campagne s’appelle Adi Kouamé Isaac,  il est baoulé, il est le Député-Maire de Prikro. Pour nous, la Côte d’Ivoire est belle quand elle permet à toutes les ethnies de vivre ensemble et nous nous sommes pour cette façon de  voir.

(…) Sur la question de l’argent, on va a dit que ‘‘Guikahué n’a pas  l’argent’’, mais on ne va pas continuer  à  avoir un Parti qui va compter sur une seul personne. Les gens disaient? mais  pourquoi c’est  toujours  le Président Bédié qu’on prend, mais c’est  lui qui donnait l’argent…Quand il y avait des difficultés….

On ne peut plus continuer comme ça !  On  a de l’expérience, on a déjà vécu cela et on sait  à quoi ça nous limite… On a envie de construire un nouveau Parti qui va conduire les générations nouvelles au centenaire, en  2046. Mais en travaillant sur tous les éléments qui peuvent permettre son autonomie, pour ne pas qu’il soit lié  à la poche d’un individu, pour ne pas qu’il soit directement lié au pouvoir.

Donc l’argument qui tend à  dire que Guikahué n’a pas d’argent, ça ne compte pas. D’ailleurs, moi  à  la JPDCI on m’a appris que l’action politique génère les moyens de son propre financement…Donc pour  nous? l’argent  n’est pas  un frein…. « .

Consensus autour d’un candidats d’argent

 …(…) Mon candidat Maurice Kakou Guikahué totalise 32 ans de Bureau politique sans discontinuer. C’est-à-dire, depuis 1991 à chaque fois qu’on renouvelle la liste du bureau politique, Maurice Kakou Guikahué  est sur la liste. Ce n’est pas tout le monde qui se retrouve sur la liste. Parce que  tu peux être sur la liste aujourd’hui et demain ne pas se retrouver sur la liste. Toutes les décisions de nomination de membres du bureau politique comportent généralement 3 articles.

ledebatv violation de larticle 4

Article 1 : ‘‘Les personnes dont les noms suivent sont nommées  membres du Bureau  politique du Pdci Rda. Ce sont : 1 Henri Konan Bédié ; 2- soit Maurice Kakou Guikahué ou quelqu’un d’autre.  Article 2 : ‘‘Cette décision qui abroge toute décision antérieure sera mise en application par le Secrétaire exécutif’’. Et l’article 3 c’est des questions d’affichages et autres….

Donc à chaque fois qu’il y a eu une liste de bureau politique, elle a annulé la liste précédente du bureau  politique. Si vous prenez la dernière  décision de nomination au bureau politique, vous verrez qu’elle a annulée les autres décisions de  nominations au bureau politique. Si quelqu’un anciennement était au bureau  politique et sur cette décision qui est sortie, le 5 mai 2023, il n’y est plus, alors, il n’est  plus membre du bureau politique.

Donc  nous qui totalisons autant d’années dans la maison, témoins de l’histoire récente de ces trois dernières décennies du Pdci Rda : président du MEECI (Mouvement des élève et étudiants de Côte d’Ivoire), Secrétaire national chargé de la mobilisation, Secrétaire général chargé à l’Organisation et de la mobilisation, Secrétaire Exécutif en Chef et Vice-président,  quand on a fait ce parcours, on ne peut pas dire qu’on n’est pas imprégné des valeurs qui ont fait la grandeur de la maison et qui y font qu’on parle d’un parti résiliant.

Donc si éventuellement des candidats veulent qu’il y ait un attelage, mon candidat reste ouvert. Ça ne nous dérange point. Mais pour nous aujourd’hui à l’état actuel de la situation, il faut un Président qui s’attelle à construire le Parti, à l’organiser, à le remobiliser pour le mettre à la disposition  de celui qu’on va choisir pout être le candidat.

Donc dans l’attelage, il peut y avoir un Président du parti qui travaille en confiance avec le candidat  du  Parti, c’est la seule condition pour que nous puissions gagner les élections en 2025. On n’a aucun problème avec l’attelage. Quand j’ai été reçu par le professeur MAURICE KAKOU GUIKAHUE, il me l’a exprimé clairement. Il dit:  »Je me consacre à tel point pour le reste, j’ai envoyé des messages à certaines  personnes qui sont  annoncées, pour dire que je reste disponible ». Voilà… ». Explications, du Député Marius Konan,  Porte-parole du candidat Maurice Kakou Guikahué, candidat  à  la présidence du PDCI RDA— (A suivre partie 3).

Ledebativoirien.net

H. MAKRE

© 2023, redaction. All rights reserved.

Du même auteur