FIF et CAF-gestion du foot : parlons-en (décryptage Yacouba Doumbia)

4 min read
69 / 100

FIF : une  mission au-delà de la contre-performance de l’équipe nationale

d caf dirsiss

 Suite à la récente contre-performance de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire face à la Guinée Équatoriale, une vague de mécontentement a traversé les rangs de certains supporters.

Toutefois, il convient de prendre du recul et d’évaluer la situation avec discernement, notamment en ce qui concerne le rôle de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) et la position de son président actuel, Yacine Idriss Diallo.

La mission de la FIF est complexe et étendue, et il est crucial de souligner que parmi ses responsabilités, il n’est pas explicitement stipulé que le président doit garantir les victoires de l’équipe nationale dans les compétitions internationales.

Bien que la responsabilité morale du président de la FIF soit engagée, notamment en raison de ses réactions face aux critiques durant la sélection de l’entraîneur Jean-Louis Gasset, exiger sa démission est, à mon avis, une réaction disproportionnée.

La Fédération Ivoirienne de Football est chargée de plusieurs fonctions vitales pour le développement du sport dans le pays notamment :

d cafs

– Elle organise, développe et supervise l’enseignement et la pratique du football à tous les niveaux et dans toutes ses formes pour les joueurs de divers statuts en Côte d’Ivoire.

– Elle établit et entretient un lien solide entre ses membres individuels, les clubs affiliés, ses districts et ses ligues régionales, ainsi qu’avec la Ligue de football amateur (LFA) et la Ligue de football professionnel (LFP).

– Elle protège les intérêts moraux et matériels du football en Côte d’Ivoire, affirmant ainsi son engagement envers le sport.

– Elle maintient des relations bénéfiques avec les associations étrangères affiliées à la FIFA, les organismes sportifs nationaux et les pouvoirs publics, contribuant au rayonnement international du football ivoirien.

Dans cet esprit, le jugement du président de la FIF devrait être basé sur une évaluation complète et mesurée de sa contribution au football ivoirien, et non uniquement sur les résultats de l’équipe nationale.

La CAF, parlons-en: e sentiment d’iniquité

La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) est sans aucun doute l’un des événements sportifs les plus passionnants et les plus suivis sur le continent africain. Cependant, cette édition semble être entachée de controverses et de frustrations pour la Côte d’Ivoire, pays hôte.

d caf

Les supporters ivoiriens expriment leur mécontentement face à ce qu’ils perçoivent comme un traitement injuste de la part de la Confédération Africaine de Football (CAF).

La question de l’arbitrage a été au cœur des préoccupations, avec des décisions contestées lors des matchs impliquant la Côte d’Ivoire, notamment un penalty accordé au Nigeria et un autre refusé à la Côte d’Ivoire. Ces décisions ont alimenté un sentiment d’injustice parmi les supporters et les observateurs du football ivoiriens, qui estiment que leur équipe a été désavantagée.

En dehors du terrain, la gestion de la billetterie a également suscité des critiques acerbes. Des rapports font état de difficultés pour obtenir des billets, malgré la présence de nombreux sièges vides dans les stades. Cette situation a alimenté des accusations de malhonnêteté et de manque de transparence de la part de la CAF, ce qui a nui à l’expérience des supporters désireux de soutenir leur équipe.

CAF et FIF gestion ledebativoirien.net

Enfin, les sanctions infligées au coach du Maroc ont également attiré l’attention sur ce qui est perçu comme une application arbitraire des règles par la CAF, ce qui a renforcé le sentiment d’iniquité parmi les équipes participantes et leurs supporters.

Yacouba DOUMBIA- Journaliste / Observateur averti

Ledebativoirien.net

© 2024, redaction. All rights reserved.

Du même auteur