Urgent-Touré Ahmed Bouah le 8 juin 2020 devant le tribunal d’Abidjan: les chefs des grandes familles d’Ebimpé chargent encore dans le litige foncier avec Sophia SA à Ebimpé

5 min read
63 / 100

Grosse colère

« sommes-nous dans un État de droits ou non ! Au point où l’on attribue le bien foncier d’un village entier à l’entreprise d’un individu qui a un passif d’entrepreneur avec ce même village ? »

TOURE BOUAH
C’est la multiplication des rencontres avec les médias en Côte d’ivoire autour du litige foncier à M’bimpé à quelques kilomètres de la capitale économique  ivoirienne. C’est que les acteurs dans la crise  ont décidé de passer par voie de presse pour lever toutes les voiles autour de cette crise née sous le régime de Laurent Gbagbo alors au pouvoir et ce, dans son souci de garantir un toit à chaque force de défense  ou simplement corps habillé ivoiriens à la fin de sa carrière. Mais, voilà que les choses ne se simplifient pas au fil des années pour le retour au calme dans le dossier, avec la purge des droits coutumiers des propriétaires terriens. Un rendez-vous est pris pour, le 8 juin 2020 au tribunal d’AbidjanMercredi 13 mai 2020 au foyer des jeunes du village Ebimpé, Les chefs des grandes familles dudit village étaient face aux journalistes. Les chefs des familles impactés par les projets du fonds de prévoyance militaire et Akwaba City de l’aménageur agréé Sophia SA ont ainsi réagi à la conférence de presse du camp « Affa Dominique », groupement de propriétaires terriens également impactés.La guerre de communication bat son plein présentement entre Sophia SA et ses propriétaires terriens et les chefs des grandes familles du village d’Ebimpé. À la suite, d’une conférence de presse du camp «Affa Dominique», le samedi 9 mai 2020 à Ebimpé, reconnu comme les véritables propriétaires terriens par la société Sophia SA, les chefs des grandes familles du village d’Ebimpé ont organisé à leur tour un point presse, ce mercredi 13 mai 2020 pour battre en brèche les allégations d’Affa Dominique qui a affirmé que Sophia SA est dans ses droits.Il a renchérit en disant que la société Sophia SA s’est réellement adressée aux propriétaires terriens des terres impactées par les différents projets de Sophia SA. Et une enveloppe de 5 milliards FCFA est en cours de décaissement par Sophia SA pour la purge des droits coutumiers des propriétaires terriens qu’ils sont dont une enveloppe de 822 millions FCFA serait disponible à l’heure actuelle à l’étude de maître Nanou Christine.

La grosse colère des chefs des  grandes familles d’Ebimpé

TOURE BOUAH 1
«Nous, chefs des grandes familles d’Ebimpé, tenons, aujourd’hui, ce point de presse pour éclairer l’opinion nationale et internationale. Le village d’Ebimpé, dont le lotissement a été fait en 1976 puis approuvé le 20 janvier 1998, a une partie de ses terres d’une superficie d’au moins 194 hectares englobés dans le « projet terrains nus » du fonds de prévoyance militaire que revendique Sophia SA pour son projet Akwaba City », commence le porte-parole des chefs des grandes familles d’Ebimpé, Ada Doffou Jonas. Et de poursuivre :« Nous rappelons que dans la foulée d’une opération foncière en faveur du fonds de prévoyance militaire mal ficelée par la société Sophia Immobilier de Touré Ahmed Bouah d’alors, le président Laurent Gbagbo a anticipé la remise d’un ACD au fonds de prévoyance militaire afin de calmer les corps habillés qui avaient souscrit à ce projet d’acquisition de terrains nus ».«Cependant, éclaire-t-il, l’enquête de commodo et d’incommodo ayant été biaisée et ajoutées à cela, les vices de procédure dans les démarches de purge des droits coutumiers, l’opération foncière du FPM s’est finalement soldé par un échec. Par conséquent, les propriétaires terriens impactés d’Ebimpé n’ont reçu aucun centime du FPM ni de l’État de Côte d’Ivoire. Après la chute du régime du Président Laurent Gbagbo, à notre grande surprise, on apprend encore que notre patrimoine foncier d’une superficie de 1000 hectares est classé Zone d’Aménagement Différé (ZAD) sans notre consentement ». Et de révéler :
TOURE BOUAH
«Pis, l’État de Côte d’Ivoire a remis ce patrimoine foncier à Sophia SA pour un projet dénommé Akwaba City sans consulter la chefferie. Alors, sommes-nous dans un État de droits ou non ! Au point où l’on attribue le bien foncier d’un village entier à l’entreprise d’un individu qui a un passif d’entrepreneur avec ce même village ? Nous voudrions comprendre, car les chefs des grandes familles ici présents n’ont jamais vendu une seule portion de terres à Sophia SA de Touré Ahmed Bouah». Et voici leur invite :«Nous demandons un débat télévisé si nécessaire pour une confrontation publique afin que la vérité se manifeste. Nous savons que Monsieur Touré Ahmed Bouah utilise le Sieur et frère Affa Dominique contre son propre village, Ebimpé, pour faire croire à l’opinion nationale et internationale que les responsables des grandes familles d’Ebimpé actuellement à ce point de presse ne sont pas propriétaires terriens et que lui, Touré Ahmed Bouah reconnait que ceux qui détiennent un titre de propriété qu’il soit d’une grande famille d’Ebimpé ou pas ».Et au porte-parole des chefs des grandes familles d’Ebimpé, Ada Doffou Jonas d’asséner tout net : « Nous voudrions lui dire, à ce stade de nos propos, que nous lui donnons rendez-vous le 8 juin 2020 au tribunal d’Abidjan. En conclusion, c’est à nous que l’État doit rétrocéder l’ACD du fonds de prévoyance militaire et non à Sophia SA de Touré Ahmed Bouah». Une affaire qui va enrhumer l’Etat ?Ledebativoirien.netH.K.

© 2020 – 2024, redaction. All rights reserved.

Du même auteur