Face  à l’échec de la  politique de logement social en Côte d’Ivoire: l’Etat ne veut  plus construire, mais crée 2 structures pour renforcer les capacités du Secrétariat d’Etat en charge du Logement Social

3 min read

Au lendemain de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le président Félix Houphouët-Boigny a lancé des programmes des logements sociaux en mettant en place des structures telles que la Sicogi et la Sogefiha. Il y a eu environ 400.000 logements qui ont été construits dans plusieurs communes. Cela a permis à des Ivoiriens d’acquérir des logements. Malheureusement, la conjoncture économique des années 80 a entraîné des ajustements structurels, bouleversant  l’équilibre socioéconomique.

sicogiLa Banque mondiale, le Fonds Monétaire International (FMI) et les institutions de Bretton Woods ont exigé à l’État de se désengager de ses sociétés. C’est ainsi que le secteur privé a pris le relais. A quel  risque ! Le système a fonctionné pendant trois décennies mais n’a pas répondu à l’attente des populations. Après son accession à la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire en 2011, le président Alassane Ouattara conscient du manque crucial de 500.000 logements pour un besoin annuel de 50.000 logements a mis en place le programme présidentiel du logement social.

Dix ans après le lancement de ce programme d’envergure, le gouvernement ivoirien par décret en conseil des ministres du 08 décembre 2021 portant Transformation de la Sicogi, crée une société dénommée l’Agence de l’Habitat (ANAH) et un autre décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Fonds du Logement Social (FGLS). L’Agence nationale de l’Habitat sera chargée de la mise en œuvre de la politique nationale de l’habitat.

Ainsi est créée l’Agence nationale de l’Habitat, en remplacement de la Sicogi, avec pour mission de favoriser l’accès aux logements à des coûts d’acquisition ou de location compétitifs à tous les ménages et de veiller à l’amélioration et à l’entretien du cadre de vie. A ce titre, et contrairement à l’ex-Sicogi, l’ANAH n’est pas une société publique de construction et de promotion immobilière, mais un instrument technique au centre du secteur de l’Habitat, chargé d’assurer la coordination et la supervision des activités des promoteurs immobiliers privés agréés dans le cadre du programme présidentiel en cours.

construction logement1Créé en appui aux activités de l’ANAH, le Fonds de Garantie du Logement Social (FGLS) qui sera alimenté par la parafiscalité est chargé de financier les activités de l’agence, de faciliter les conditions d’accession au crédit-acquéreur aux couches sociales les plus défavorisées et de contribuer au financement de toutes les actions favorisant le développement de l’habitat social. A cet effet, il intègre les missions et le patrimoine de tous les mécanismes nationaux de financement de l’habitat.

Une mise au point s’impose: avec la création de l’ANAH, certains ivoiriens pensent à la disparition du Secrétariat d’État en charge des logements sociaux parce que pensent-ils qu’il est vidé de sa substance et devient une coquille vide. Ces deux structures, à savoir l’Agence nationale de l’habitat et le fonds de garantie du logement social viennent renforcer les potentialités du Secrétariat d’État, à la mise en œuvre de l’ambitieux programme du président de la République d’offrir l’occasion aux Ivoiriens d’acquérir des logements à des coûts raisonnables. Pour être clair, l’ANAH et le FGLS viennent renforcer les capacités du Secrétariat d’Etat en charge des logements sociaux. Mais  l’Eta ne construira  plus de  logement s pour  les  populations. Fin des opérations types, Sogefiha et Sicogi.

FORD RAYMOND GUEI

Ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur