Côte d’Ivoire-la colère  monte: voici ce qui  irrite la coalition des syndicats du secteur du public- Pacôme Attaby hausse le ton

3 min read
64 / 100

 

«Il n’existe aucun document autorisant la FESACI-cg à accompagner un projet de prélèvement»

 

La coalition des syndicats du secteur public de Côte d'Ivoire « Les fonctionnaires rejettent le projet de prélèvement sans leur autorisation préalable» , ATTABY ledebativoirien.net«Pour qu’une organisation syndicale puisse obtenir un prélèvement sur le revenu d’un de ses syndiqués qui est un travailleur, la loi dit qu’il faut que cet individu donne son accord préalable et formel». Ce sont en ces propos que Pacôme Attaby, président de la coalition des syndicats du secteur public de Côte d’Ivoire dénonce, ce samedi 11 novembre 2022 au siège de ladite structure la ponction de 3 pourcent sur le salaire des fonctionnaires.

Plusieurs organisations membres de la trêve sociale ont décidé le 08 octobre 2022 de prélever 3,33 % sur les revenus des fonctionnaires de la Côte d’Ivoire avec  l’obtention d’une prime annuelle faisant partie des nouvelles mesures prises par le président de la République, lors de son discours à la nation le 06 août 2022 .

 LIRE AUSSI:https://www.ledebativoirien.net/2022/08/abidjan-equipement-et-entretien-routier-les-agents-du-ministere-damedee-kouakou-reveillent-la-question-des-primes-leur-derniere-decision/

SYNDICATS ET TR7VE SOCIAL? PRIMES LEDEBATIVOIRIEN.NETCette prime annuelle, une grande première dans l’histoire du fonctionnaire ivoirien qui doit être précomptée selon les organisations signataires de la nouvelle trêve sociale. Mais à peine annoncer que des voix s’élèvent dans le milieu des travailleurs pour y opposer un refus catégorique. C’est le cas de la CSSP-Ci, l’une des organisations qui rejettent le projet de prélèvement des fonctionnaires sans leur autorisation préalable.

Pour Pacôme Attaby, président de cette organisation, les fonctionnaires rejettent le projet de prélèvement sans leur autorisation préalable. «Pour qu’une organisation puisse obtenir un prélèvement sur le revenu d’un de ses syndiqués qui est un travailleur la loi dit que cet individu donne son accord préalable et formelle. En réalité l’action syndicale repose sur la légalité et la légitimité »,  s’insurge-t-il.

La coalition des syndicats du secteur public de Côte d'Ivoire « Les fonctionnaires rejettent le projet de prélèvement sans leur autorisation préalable» , ATTABY ledebativoirien.netPoursuivant son intervention, il indique aussi, que toute décision prise par une organisation pour avoir une chance d’aboutir doit être soutenue par la majorité des militants de cette organisation.  Le leader syndical a fait savoir qu’il parle en qualité de  président  de la CSSP-CI et non en tant que secrétaire général confédéral de la FESACI-cg.

«En tant que syndicaliste, je n’ai pas à ma connaissance un document autorisant la FESACI-cg à accompagner le projet de prélèvement et qui soit signé du premier responsable de cette centrale. Si demain c’est le cas on avisera, il faut ce débat cesse».  Il invite alors les initiateurs de cette trêve sociale à surseoir à ce projet, car « cela  ne repose sur aucune base juridique. Et donc la CSSP-ci ne saurait les accompagner dans une inégalité et illégalité».

ledebativoirien.net

Martial Tahou

© 2022 – 2024, redaction. All rights reserved.

Du même auteur