Côte d’Ivoire-alerte Santé : une tueuse à Kpo-Kahankro Bouaké sous contrôle ? Déjà 16 morts dans le village

10 min read
72 / 100

 

Dans une de ses  publications Linfodrome annonçait déjà en décembre qu’à  »Bouaké, une épidémie tue 5 enfants dans un village, 15 autres luttent contre la mort au CHU ». Mais le  ministre rassure devant  la peur  grandissante au sein des  populations. Guidés par Adolphe Angoua, journaliste dudit média, suivons avec  ledebativoirien.net, le  parcours de cette tueuse. Hors de contrôle ?

Côte d’Ivoire-alerte Santé : une tueuse à Kpo-Kahankro Bouaké sous contrôle ? Déjà 16 morts dans le village ledebativoirien.net

Premiers signaux mystérieux à Kpo-Kahankro-étape 1

Dans la nuit du jeudi 1er  au vendredi 2 décembre 2022, une étrange épidémie a fait son apparition à Kpo-Kahankro, village situé à 7 km sur l’axe Bouaké-Djebonoua, emportant 5 enfants. Une étrange épidémie sévit à Kpo-Kahankro, village situé à 7 kilomètres de Bouaké, sur l’axe Bouaké-Djebonoua, dans la Région du Gbêkê. Elle a fait son apparition dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 décembre 2022, au moment où les populations de ce paisible village étaient plongées dans les bras de Morphée.

20 victimes dont 5 décédées

Selon Kouassi Paul, le président des jeunes de Kpo-Kahankro, contacté par Linfodrome dans la matinée de ce lundi 5 décembre 2022, le bilan sanitaire fait état de 20 victimes dont 5 enfants décédés. Linfodrome a appris par une autre source qu’il s’agit de 3 garçons et 2 filles âgés de 1 à 6 ans qui ont été emportés par l’épidémie. Les 15 autres sont dans un état critique et ils ont été évacués au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Bouaké.

BOUAKE EPIDEMIE23A en croire la même source, cette pathologie se manifeste par une poussée de fièvre, de diarrhée et des vomissements. Selon le président des jeunes Kouassi Paul, des réunions ont été tenues avec les autorités, en vue d’endiguer l’avancée de cette mystérieuse maladie.

« On ne sait pas d’où vient cette maladie. On n’a pas encore trouvé la maladie. Nous sommes en train de vaquer à nos occupations. Mais il y a la peur. On va faire comment ? Chacun de nous se méfie. Pour l’instant, les victimes sont les enfants. On ne sait pas d’où vient cette maladie. Mais on se côtoie quand même».

Les autorités militaires, sanitaires et administratives ont été saisies et des délégations se sont rendues à Kpo-Kahankro pour comprendre l’origine de cette mystérieuse pathologie qui continue d’endeuiller les familles. A Kpo-Kahankro, si certains évoquent la thèse d’une intoxication alimentaire, d’autres penchent plutôt pour un mauvais sort. En tout cas, les supputations vont bon train et la psychose est bien réelle dans ce village.

La mystérieuse refait surface à Kpo-Kahankro, 9 enfants décédés, 13 malades au CHU- étape 2

BOUAKE EPIDEMIE 8Une semaine après la réapparition de l’épidémie mystérieuse ayant fait 6 morts en décembre 2022 à Kpo-Kahankro, 9 enfants ont été emportés par la maladie tandis que 13 autres luttent contre la mort au CHU de Bouaké.

L’épidémie mystérieuse qui a emporté plusieurs enfants au début de décembre 2022, à Kpo-Kahankro, village situé à 7 kilomètres sur l’axe Bouaké-Djebonoua a refait surface, le vendredi 20 janvier 2023. A la date du jeudi 26 janvier 2023, cette maladie avait fait 22 victimes dont 6 décès et 16 évacuées au Centre hospitalier universitaire de Bouaké.

Le bilan s’est alourdi

Malheureusement, ce sombre bilan s’est alourdi ce vendredi 27 janvier 2023, avec le décès de 3 autres malades, portant le nombre de décès à 9, selon le président des jeunes de Kpo-Kahankro, Paul Kouassi. De retour du CHU de Bouaké, la veille, il s’était prononcé sur les premiers cas apparus, une semaine plus tôt. « L’épidémie a réapparu à partir du vendredi 20 janvier 2023, avec un cas. L’enfant est décédé. Entre le 22 et le 23 janvier, il y a eu une autre victime qui est malheureusement décédée. Le lendemain 24 janvier, un autre enfant est décédé », a confié le président des jeunes de Kpo-Kahankro, Paul Kouassi, le jeudi 26 janvier 2023, de retour du CHU de Bouaké, ajoutant qu’il a eu 3 décès dans la même matinée.

Côte d’Ivoire-alerte Santé : une tueuse à Kpo-Kahankro Bouaké sous contrôle ? Déjà 16 morts dans le village ledebativoirien.net« Jusqu’à présent, on ne connait pas la nature de la maladie qui tue les enfants, même les premiers cas de décembre ». A l’en croire, « Jusqu’à présent, on ne connait pas la nature de la maladie qui tue les enfants, même les premiers cas de décembre ».

Dès les premières heures de l’apparition de cette mystérieuse épidémie à Kpo-Kahankro, les populations avaient vite fait de mettre à l’index une campagne de vaccination avec l’administration de dose de vitamine A. « Oui, actuellement, c’est le problème clé qui est là. Après avoir donné la vitamine A aux enfants de 7 heures à 10 heures, entre 14 heures et 15 heures, ils ont commencé à sentir le mal. Il y a eu des vomissements, des diarrhées et autres. A un moment donné, l’enfant devient raide. On ne vivait pas cela avant. Mais c’est après la vaccination, qu’on a vu cela », avait souligné Paul Kouassi en décembre 2022.

Côte d’Ivoire-alerte Santé : une tueuse à Kpo-Kahankro Bouaké sous contrôle ? Déjà 16 morts dans le villageMais la résurgence de cette épidémie dans le village, alors qu’il n’y a, actuellement, aucune campagne de vaccination en cours, pourrait battre en brèche cette première thèse.

Les autorités en charge de la santé en Côte d’Ivoire sont interpellées, surtout que ce qui se passe à Kpo-Kahankro n’est pas un cas isolé. En effet, une autre épidémie mystérieuse similaire a fait plusieurs victimes, dans le même mois, à Djadoubango, village situé à 12 kilomètres de Tanda, dans la Région du Gontougo. La situation est critique et l’opinion nationale a besoin des informations précises sur cette maladie qui fait de nombreuses victimes chez les enfants.

La course mortelle de cette tueuse à Kpo-kahankro…stoppée ?- étape 3

« La maladie est désormais sous contrôle« , le ministre Pierre Dimba

Rassurant est le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, Pierre Dimba, en affirmant, le lundi 6 février 2023, que la maladie ayant causé des décès à Kpo-kahankro, « est désormais sous contrôle ». Ce sont  les résultats des investigations menées selon  lui, dans le cadre de la curieuse maladie qui a causé des décès à Kpo-kahankro, une localité située non loin de Bouaké. Côte d’Ivoire-alerte Santé : une tueuse à Kpo-Kahankro Bouaké sous contrôle ? Déjà 16 morts dans le village

Le professeur Bénié Bi Vroh, directeur coordonnateur de l’Institut national de l’hygiène publique (INHP) et le Pr Mireille Dosso, directrice de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI), l’ont soutenu dans sa déclaration.

Le ministre de la Santé, Pierre Dimba  a fait savoir qu’un système de prise en charge avancée a été installé dans ledit village, dès le premier signal de cette maladie. Ce dispositif, aux dires du premier responsable du système sanitaire ivoirien, composé d’infectiologues, d’épidémiologues, a permis, grâce à la qualité des soins, et surtout à la promptitude dans la prise en charge, de canaliser cette maladie et réduire considérablement le nombre de décès.

Le  ministre ne manquera pas  d’adresser ses vives félicitations aux agents de la santé qui ont fait preuve de professionnalisme, d’abnégation et de résilience. Il a par la suite ajouté qu’à ce jour, parmi les 34 malades hospitalisés, 24 d’entre-eux ont regagné leur domicile après la prise en charge susmentionnée. Fort donc de cela, il a affirmé sans sourciller que « la maladie est désormais sous contrôle ».

BOUAKE EPIDEMIE 8Le professeur Bénié Bi Vroh, directeur coordonnateur de l’Institut national de l’hygiène publique(INHP), a indiqué que suite aux investigations menées dans cette zone, un germe a été découvert dans un endroit où était logé un fétiche installé dans le village de Kpo-kahankro.

Il a ainsi déclaré que 47% des victimes et 42% des décès liés à cette maladie seraient identifiés dans les environs de ce fétiche. Et, soucieux de faire la lumière sur ce drame, des échantillons, selon le Pr Bénié, ont été prélevés et acheminés à l’INHP, pour des analyses approfondies.

À en croire le Pr Mireille Dosso, directrice de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire ( IPCI), les analyses des échantillons venus de l’INHP ont permis de découvrir un clostridium, c’est-à-dire, une bactérie qui produit des toxines. Cette bactérie, selon elle, est à la base des infections qui ont causé plusieurs décès à Kpo-kanhankro. Cette mystérieuse maladie a occasionné 16 décès dont 13 enfants et 3 adultes. 

La cause mortelle découverte, les responsables aux mains de la justice- étape 3

Un fétiche censé ‘’protéger les populations de Kpo-Kahankro et les amener à être plus prospères’’ a causé la mort de 16 personnes dont 13 enfants et 3 adultes et 53 malades  enregistrés.

BOUAKE EPIDEMIE 567La sérénité semble revenue dans la localité. Même Si des équipes médicales sont installées en position avancée à Kpo-Kahankro, des villageois, attribuent cette ‘’mystérieuse’’ escalade de décès à un fétiche, qui serait propriété d’un allogène hébergé par un certain Kouadio Kouassi, natif de Kpo-kahankro.

«C’est vrai qu’au village, les populations ont évoqué des causes métaphysiques on va regarder cela. Mais nous, ce qui nous intéresse, au niveau de la médecine, c’est ce qui doit être fait pour que les malades que nous avons puissent être guéris mais en même temps identifier la cause pour ne pas que d’autres tombent malades », laisse entendre le  ministre de la Santé, Pierre Dimba, lors de son passage à Kpo-Kahankro.

Au constat des villageois, c’est que la maladie apparait quand le fétiche est adoré. Il a été adoré une première fois le vendredi 2 décembre 2022 et il y a eu 6 morts. Il a été adoré une deuxième fois, le jeudi 19 janvier 2023, et la même maladie a refait surface, avec les mêmes symptômes.

L’eau contenue dans le récipient et qui sert au sacrifice est infectée d’une bactérie dangereuse

Côte d’Ivoire-alerte Santé : une tueuse à Kpo-Kahankro Bouaké sous contrôle ? Déjà 16 morts dans le village ledebativoirien.netEn fait, les poulets tués pour adorer le fétiche sont aspergés d’une eau contenue dans un récipient. Ils sont ensuite confiés aux enfants pour les plumer. L’Institut National de l’Hygiène Publique s’intéresse alors au liquide contenu dans le récipient du fétiche et fait des prélèvements pour analyse. L’eau contenue dans le récipient et qui sert au sacrifice est infectée d’une bactérie dangereuse : le Clostidium-Botulinum. Cette bactérie produit des toxines mortelles. Et sa manipulation par les mômes est à la base de leur décès, concluent les spécialistes.

Interrogé, le ministre Dimba  assure que le ‘’fétiche a été détruit’’ et que les initiateurs ont été mis à la disposition de la justice : «Dès l’instant où on a eu l’information, le féticheur a été mis à la disposition pour que nous puissions poursuivre. Peut-être que ce fétiche n’est pas isolé dans ce village seulement. Peut-être qu’il est un peu partout. »

BOUAKE EPIDEMIE 5Il déplore ce type de pratiques qui a encore pignon sur rue dans des  contrées ivoiriennes. «Il y a des vendeurs d’illusions qui viennent dans les villages et qui promettent monts et ciel. Il faudrait qu’à partir de ce cas, les populations soient vigilantes. Je ne souhaite même pas qu’ils adorent ces choses-là. Mais si ça devait être le cas, il faudrait qu’on s’assure que ce qui est mis à leur disposition est quelque chose qu’on peut manipuler » conseille-t-il  alors. La situation est suivie de  près !

Ledebativoirien.net

© 2023, redaction. All rights reserved.

Du même auteur