Côte d’Ivoire-justice et déchets toxiques: Charles Koffi déballe tout devant les attaques et supposée plainte contre lui

25 min read
67 / 100

 

  • Dénonciation d’un vaste coup portant sur plus de 4.6 milliards de F CFA impliquant, politiques, banques, Claude Gohourou et autres

    Ce qu’il s’est passé avec les  transferts  irrégulièrement au sein des ban que qui ont changé de dénomination

     Charles Koffi , victime et président du Renadvited-CI en réaction aux accusassions et prétendue  plainte contre lui devant le procureur général dans l’affaire du détournement des fonds de l’indemnisation des victimes des déchets toxiques de Côte d’ivoire planifié par  les hommes politiques des régimes FPI, PDCI, RHDP au profit de GOHOUROU Claude et autres, fait de graves révélations.Charles Koffi, déchets toxiques ledebativoirien.net

    Les raisons dudit détournement et le soutien de ces politiques et de certains juges au profit des bourreaux des victimes que sont les consorts Gohourou Claude. Pourquoi les 4.658 milliards de F CFA transfères irrégulièrement et à dessein par la SGBCI, actuelle SGCI, à Afriland First Bank, ex Access Bank n’ont pas servi à indemniser les 6.624 victimes mais plutôt, à récompenser des tiers dont certains First Bank a retirer directement ces fonds sur le compte de la Cndvt-ci ouvert frauduleusement à Afriland first Bank (ex Access Bank), explique-il. Il abord sa réaction avec  plusieurs question entres autres :

    Pourquoi, leurs bourreaux sont condamnes mais jamais en prison ? Pourquoi tout a été planifié et est planifié par certains juges sous la pression de ces hommes politiques afin qu’aucun d’entre-eux ne rembourse sa part détournée ? Pourquoi, ce sont les victimes qui sont de façon récurrentes jetées en prison ? Enfin, pourquoi il est l’ennemi public national à abattre par tous les moyens (maraboutage, emprisonnements, assassinats…) ?

    Abidjan-procès déchets toxiques-Charles Koffi amer: «Elle est abusive»-vive réaction du président du Renadvidet-ci suite à la condamnation des victimes à 6 mois de prison ledebativoirien.netIl promet incessamment sur les réseaux sociaux, de faire un direct pour éclairer l’opinion nationale et internationale sur ce détournement si d’ici-là, selon ses propres termes, il n’a pas été assassiné. Suivez avec Ledebativoirien.net.

     

    Sa réaction à la supposée plainte contre  lui

    Charles Koffi : «Je voudrais d’abord et avant tout, saluer votre professionnalisme résultant de votre quête de l’équilibre de l’information concernant cette plainte de complaisance dont parle le sieur Gohourou Claude, pour tenter vainement de détourner l’attention de l’opinion sur sa condamnation définitive à 20 ans de prison ferme, pour abus de confiance portant sur 4.658 milliards de F CFA destines a l’indemnisation de 6.624 victimes, membres du Renadvidet-ci dont je suis le président.

    Abidjan-procès déchets toxiques-Charles Koffi amer: «Elle est abusive»-vive réaction du président du Renadvidet-ci suite à la condamnation des victimes à 6 mois de prison ledebativoirien.netEnsuite, faire observer que ses procédures multiples et dilatoires sont suscitées par son mentor politique du RHDP qui a planifie ledit détournement et qui est manifestement implique dans celui-ci. Ce dernier cherche à tout prix, à travers ces différentes procédures dilatoires à noyer le poisson dans l’eau. C’est lui et d’autres acteurs politiques du même parti qui ferait pressions sur certains magistrats, en les obligeant dans ce dossier, à commettre des forfaitures judiciaires. C’est donc grâce à sa protection que le sieur Gohourou Claude continue à jouir de sa liberté en courant dans tous les sens.

    Concernant cette plainte, comme précise plus haut, elle a été portée le 28 mars 2010 devant le procureur général, par le sieur Gohourou Claude avec 4 de ses suiveurs prétendant figurer au rang des 6.624 victimes du Renadvidet-ci dont je suis le président ; et ce, lors de la procédure en appel interjeté par nous, contre le jugement civil n°73 du 28 janvier 2021 du tribunal d’Abidjan l’ayant condamné solidairement à payer à certains de nos membres, la somme d’un milliard deux cent dix millions cinq cent soixante mille FCFA (1. 210. 560. 000) FCFA.

    dechets1Aussi, a-t-elle été portée également par lui, lors de sa comparution devant la Première Chambre Correctionnelle de la Cour d’Appel du Plateau devant laquelle, il répondait  des faits de blanchiment de capitaux portant sur les 4.658 milliards de F CFA. Etant entendu que depuis le 27 juillet 2016, par arrêt correctionnel n°645/16 de la Première Chambre Correctionnelle de la Cour d’Appel du Plateau, il a été définitivement condamné à 20 ans de prison ferme pour abus de confiance portant sur ledit montant. ET cette condamnation a été confirmée par l’arrêt de cassation partielle N°240 rendu le 28 novembre 2019 par la Cour de cassation de Côte d’Ivoire. Lequel a définitivement confirmé à son encontre l’abus de confiance et cassé le blanchiment de capitaux pour un nouveau jugement devant la Première Chambre Correctionnelle de cette même Cour d’Appel composée d’autres Magistrats que les premiers qui l’avaient déjà jugé.

             dechetsMalgré cette plainte portée devant le Procureur Général près la Cour d’Appel du Plateau, celui-ci, dans ses réquisitions orales qui ont fait suite au rendu de l’arrêt correctionnel  n°145 en date du 18 mai 2022 sur la seule infraction relative au blanchiment de capitaux, a sollicité de cette Cour, la condamnation de GOHOUROU Claude également à 20 années d’emprisonnement ferme pour ces faits de blanchiment de capitaux portant sur les 4.658 milliards de F CFA.

    Mais, eu égard à la pression qu’aurait  faite son mentor politique RHDP sur les Juges du siège, ces derniers pour le contenter, l’ont blanchi sur l’infraction relative au blanchiment de capitaux afin de lui permettre de distraire l’opinion sur le fait qu’il a été totalement blanchi dans cette affaire. Alors qu’il est définitivement condamné à 20 ans de prison ferme pour détournement desdits fonds depuis le 27 juillet 2016 mais curieusement toujours en liberté.

    Ainsi,  au regard de sa condamnation définitive à 20 ans de prison ferme pour abus de confiance portant sur les 4.658 milliards de F CFA, et aussi n’ayant pas fait appel du jugement civil n°73 sus visé, la Cour d’Appel civile, en déclarant  mal fondé notre acte d’appel sur le reliquat de cette somme, notamment trois milliards quatre cent quarante-sept mille quatre cent quarante mille (3. 447. 440. 000) F CFA, soit 4.658.000.000 F CFA – 1. 210. 560. 000 F CFA, s’est vue dans l’obligation de confirmer définitivement à son encontre ce jugement le condamnant solidairement à nous payer la somme d’un milliard deux cent dix millions cinq cent soixante mille F CFA.

    Abidjan-procès déchets toxiques-Charles Koffi amer: «Elle est abusive»-vive réaction du président du Renadvidet-ci suite à la condamnation des victimes à 6 mois de prison ledebativoirien.netDans ce dossier, je ne fais pas d’affirmations gratuites comme l’euphorique et comédien de GOHOUROU Claude. Moi, je parle sur la base des documents juridiques.

    Le 03 juillet 2019, dans une action en responsabilité contractuelle initiée par nous, contre le Cabinet d’Avocats anglais dénommé LEIGH DAY & CO,  notre ex mandataire, qui a confié à notre insu,  notre indemnisation à l’association fictive de GOHOUROU Claude, la Société Générale Côte d’Ivoire dite SGCI était volontairement intervenue dans celle-ci, pour s’opposer à l’audit judiciaire que nous sollicité sur notre compte bancaire ouvert par ledit cabinet dans ses livres.

    Cet audit a été ordonné par le Tribunal d’Abidjan le 15 juillet 2021 et a été contradictoire à l’égard de SGCI, d’AFRILAND FIRST BANK CÔTE D’IVOIRE et non ACCESS BANK, du cabinet KLEMET-SAWADOGO-KOUADIO dit KSK, représentant local de LEIGH DAY & CO, Maitre MINTA DAOUDA TRAORE, Avocat de la Coordination Nationale des Victimes des Victimes des Déchets Toxiques de Côte d’Ivoire dite CNDVT-CI dirigée par le sieur GOHOUROU Claude et moi-même, ès qualité de Président du RENADVIDET-CI. Concernant l’Avocat du nommé GOHOUROU Claude, l’Expert Judiciaire a justifié sa participation à cet audit par le fait qu’il était au cœur dudit processus d’indemnisation en ayant reçu indûment pour le compte de GOHOUROU Claude et autres, la somme six cent soixante-dix millions huit cent quatre-vingt-quatorze mille cinq cent vingt-huit (666. 894. 528) F CFA. (Voir page 42 du rapport d’audit judiciaire du 18 janvier 2022).

    Abidjan-procès déchets toxiques-Charles Koffi amer: «Elle est abusive»-vive réaction du président du Renadvidet-ci suite à la condamnation des victimes à 6 mois de prison ledebativoirien.netQuant au nommé GOHOUROU Claude, invité audit débat, il avait brillé volontairement par son absence pour éviter que tous les acteurs de ce processus ne le confondent sur les différents détournements de fonds alloués à notre indemnisation et dont il est le principal auteur. J’avais dit à son cousin GABO Guy de lui demander de participer à cet audit plutôt que d’inviter certaines populations naïves à travers certains organes de presse pour les arnaquer depuis 2010 à ce jour sur la base d’une nouvelle indemnisation imaginaire.

    Aux termes des conclusions finales de cet audit déposées le 18 janvier 2022 par l’Expert Judiciaire devant ledit Tribunal, il ressort à la page 75 de ce rapport ce qui suit : 

    «  4/ Sur le nombre et l’identité des victimes restant à indemniser :

    Le nombre des victimes (membres du RENADVIDET-CI) restant à indemniser est de 17.813. Ce chiffre s’obtient par la différence entre 29.624 et 11.811. Ce qui veut dire que la liste des 17.813 contient la liste des 6.624 victimes pour lesquelles 4. 658. 000. 000 F CFA ont été transférés à AFRILAND FIRST BANK (EX ACCESS BANK). La liste permettant de donner l’identité des victimes restant à indemniser est donnée en Annexe 26. ».

    dechets12Vu ce qui précède,  l’appartenance des 6.624 victimes au RENADVIDET-CI est non seulement prouvée dans ledit rapport, mais aussi et surtout dans l’arrêt correctionnel rendu le 18 mai 2022. Cet arrêt a rejeté la demande de GOHOUROU Claude tendant à me voir dénier leur constitution de partie civile en prenant sur ce point, le contre-pied radical de l’arrêt correctionnel n°645/16 du 27 juillet 2016, pour me reconnaître la constitution de partie civile de ces 6.624 victimes et ce, en dépit de cette plainte de complaisance du nommé GOHOUROU Claude et de ses 4 suiveurs devant cette Cour d’Appel. En d’autres termes, cet arrêt a confirmé ma qualité pour agir pour leur compte et la capacité juridique du RENADVIDET-CI;

    Concernant la présence des doublons sur la liste des victimes, ledit rapport à la page 59déclare que: « .Monsieur KOFFI HANON CHARLES

    Le Président du RENADVIDET-CI a tout simplement pris acte de ce premier résultat issu de nos travaux. Cependant, il nous a fait remarquer, dans son courrier du 10 décembre 2021 concernant les observations à faire sur la liste des 17. 955 victimes (Voir Annexe 22), la présence de 956 doublons.

    Par la suite, il nous a saisi par mail le samedi 01/01/2022, d’une autre liste de doublons au nombre de 611 noms et prénoms. En réponse, nous lui avons fait savoir que les doublons identifiés dans la liste des 17.955 sont à comparer avec la liste des 29.624 victimes.

    En effet, la liste des 29. 624 victimes comportent des doublons liés aux ressemblances de noms et prénoms. Et que si doublons, il doit y avoir, il faudrait retrouver sur la liste des 17.955 victimes un nombre de répétitions de noms supérieurs à celles contenues dans la liste des 29. 624 victimes. Finalement, l’exercice n’a pas donné de résultat satisfaisants ».

    dechets1212 bit2Enfin, le sieur GOHOUROU Claude veut faire croire que nous sommes tous devenus amnésiques concernant ces faits récents, et  que sa condamnation à 20 ans  de prison ferme pour abus de confiance portant sur les 4.658 milliards de F CFA précités un rapport avec la liste des 6.624 victimes versée par nous, devant la Cour d’Appel civile, pour la première fois, dans cette procédure en appel, le 17 août 2021.

    En effet, devant le Tribunal civil saisi par nous, le 06 mars 2018,  sur le fondement de l’arrêt correctionnel définitif n°645/16 du 27 juillet2016, le condamnant avec les autres à 20 ans de prison ferme pour abus de confiance et complicité d’abus de confiance portant sur nos 4.658 milliards de F CFA, pour  les voir condamner à rembourser notre indemnisation, le RENADVIDET-CI aussi,  pour tous les préjudices moraux et financiers subis du fait du détournement des 4.658 milliards de F CFA de ses membres, a sollicité du Tribunal civil, leur condamnation solidaire à lui payer la somme de 2 milliards de F CFA à titre de dommages et intérêts. Cette demande a été rejetée par le Tribunal au motif que le RENADVIDET-CI n’a pas versé audit débat, les preuves des dépenses effectuées par lui.

    Devant la Cour d’Appel, le RENADVIDET-CI a fait valoir les dépenses liées aux conférences de presse, au transport des 6.624 victimes dans le cadre de ces différentes procédures devant le Tribunal de Commerce d’Abidjan, devant le Tribunal Civil du Plateau et ce, depuis 2009 à ce jour, les honoraires des Avocats et autres…

    dechets1212 bit22m3Et c’est sur la base de ces éléments qui n’ont aucun rapport avec sa condamnation définitive à 20ans de prison ferme pour abus de confiance portant sur les 4.658 milliards de F CFA et ce, aux termes de l’arrêt correctionnel n°645/16 rendu le 27 juillet 2016, par la Première Chambre  de la Cour d’Appel du Plateau que GOHOUROU Claude et 4 de ses suiveurs prétendant figurer au nombre 6.624 victimes, membres du RENADVIDET-CI, ont fondé  cette prétendue plainte. Et c’est aussi sur la base de ces éléments qualifiés par lui de nouveaux, qu’il a initié à la demande de son mentor politique du RHDP, un pourvoi en cassation contre l’arrêt correctionnel n°145  du 18 mai 2022 de la Cour de Cassation, lequel l’a pourtant blanchi sur l’infraction relative au blanchiment de capitaux, donc un pourvoi en cassation sans objet.

    En outre,  une demande en révision de l’arrêt n°645/16 précité sur la base desdits éléments qui n’ont aucun rapport avec sa condamnation définitive à 20 ans de prison ferme pour abus de confiance, lesquels sont abusivement qualifiés par lui de nouveaux. Car, dans un tel cas, la loi exige que la découverte du fait nouveau ait un rapport direct avec la condamnation en cause.

    Voici comment GOHOUROU Claude a planifié le détournement des 4.658 milliards de F CFA :

    Abidjan-procès déchets toxiques-Charles Koffi amer: «Elle est abusive»-vive réaction du président du Renadvidet-ci suite à la condamnation des victimes à 6 mois de prison ledebativoirien.netUne fois, l’indemnisation des victimes transférée le 24 septembre 2009 à la SGBCI, actuelle SGCI, GOHOUROU Claude, aidé par monsieur KONE Cheick Oumar a créé une Coordination fictive le 21 septembre 2009 en prévision dudit transfert, et avec l’aide  de certains Juges,  a fait intrusion dans ce processus d’indemnisation afin de l’accaparer. Monsieur Adama BICTOGO à la demande semble-t-il,  de feu Désiré TAGRO, Ministre de l’Intérieur sous le régime FPI dirigé par le Président Laurent GBAGBO avait approché le Cabinet d’Avocats ivoiriens KSK, représentant local du Cabinet d’Avocats anglais LEIGH DAY &CO pour lui proposer sa médiation du règlement de ce conflit factice crée de toutes pièces par GOHOUROU Claude.

    Toute proposition que ce cabinet avait acceptée mais à la condition qu’aucun centime ne devait être amputé, enlevé dans les 22.500 milliards de F CFA destinés aux 29.624 victimes des déchets toxiques dont la liste a été validée par la justice anglaise en août 2009. Un protocole de  règlement amiable et transactionnel a été formé le 11 février 2010 entre LEIGH DAY & CO et la CNDVT-CI fictive dirigée par GOHOUROU Claude devant l’ex Cour Suprême, l’actuelle Cour de Cassation, à l’effet de régir les modalités pratiques de cette indemnisation dans laquelle, GOHOUROU Claude devait émettre tous les chèques de paiement des 29.624 victimes à charge pour la SGCI, après vérification préalable de la régularité desdits documents et de tous les autres documents de payement des victimes, d’indemniser exclusivement celles-ci. Elle avait, à cet effet, reçu des victimes par le biais de LEIGH DAY, leur mandataire, la somme de 150 millions de F CFA à titre d’honoraires.

    Voici comment de faramineuses sommes d’argent ont été transférées irrégulièrement et à dessein par l’ex-SGBCI déchets  toxiques ledebativoirien.netDans la gestion desdits fonds, le cabinet KSK, constatant des malversations faites par GOHOUROU Claude et ses amis de la FESCI à sa solde  avec à leur tête, le nommé KAKOU BROU dit Maréchal KB de la FESCI, actuel Député RHDP de SAHOUNKROMIAN Augustin, au moment des faits, Secrétaire Général National de la FESCI, SORO DOH dit National DOSKY de la FESCI, actuel Commandant de la Douane ivoirienne, à l’époque des faits, chargé des Finances de cette structure, ce cabinet avait saisi courant année 2010, la Cellule Nationale du Traitement des Informations Financières de Côte d’Ivoire dite CENTIF-CI, d’une plainte. Cette plainte portait sur le détournement des 4.658 milliards de F CFA transférés irrégulièrement par la SGCI dans un compte ouvert frauduleusement par la CNDVT-CI dans les livres d’ACCESS BANK CI, le 24 mars 2010.

    Il ressort de la page 2 du rapport final de cette enquête que : « Les payements ayant été suspendus pendant plus d’une année (soit le 19 mars 2010 donc avant la crise postélectorale) alors que plus de 6000 mille victimes n’avaient pas été indemnisées, la SCPA KLEMET-SAWADOGO-KOUADIO, agissant pour le compte du Cabinet LEIGH DAY & CO, a obtenu du Président du Tribunal de Première Instance du Plateau, une ordonnance aux fins de saisie-conservatoire sur les comptes éventuels de la CNDVT-CI pour rendre indisponibles les fonds pouvant s’y trouver et prémunir les clients de LEIGH DAY & CO contre le risque de détournement de leur dédommagement.

    dechets1212 bit2Les recherches effectuées à cet effet, permettaient d’identifier le compte N°000949910501-14, ouvert dans les livres d’ACCESS BANK au nom de la CNDVT-CI sur lequel ladite structure a fait virer  à partir du compte SGBCI la somme quatre milliards six cent cinquante-huit millions (4.658. 000. 000) de Francs CFA.

    L’examen des relevés fait apparaître que le compte de la CNDVT-CI à ACCESS BANK avait été clôturé le 23 mai 2021, après avoir été entièrement vidé de la somme de 4.658.000.000 F CFA… »

    A la page 5, ce même rapport souligne que : « Sur ce compte, ouvert le 22 mars 2010, soit deux jours avant le virement, Monsieur GOHOUROU Ziallo Claude François, Président de la CNDVT-CI et Madame DIGBEU Léocadie, Trésorière de ladite association, ont donné pouvoir de signature seul ou conjointement à Maître MINTA DAOUDA TRAORE, Avocat à la Cour, leur Conseil.Ce dernier avait également procuration pour faire des retraits directement à la trésorerie de l’association. Toutefois, tous les chèques étaient conjointement signés par GOHOUROU Claude et DIGBEU Léocadie… »

    A la page 7, ce rapport indique que : « MLBA CONSULTING. Un chèque de 600 millions de Francs CFA a été émis par la CNDVT-CI à l’ordre de cette société appartenant au sieur BICTOGO Adama..

    Les recherches ont permis de découvrir le compte n°A0106 01001000951910601 37 ouvert dans la même banque (ACCESS BANK) au nom de dame Awa N’DIAYE, Directrice de société…Ce compte entretenait une curieuse relation avec celui de la CNDVT-CI.

    dechets1212En effet, les deux comptes ont été ouverts le même jour, soit le 22 mars 2010.Ensuite, l’adresse postale du premier est le 21 BP 1792 Abidjan 21, tandis que celle du second compte est le 05 BP  1419 Abidjan 05. Mais, curieusement, sur les relevés des deux comptes, il est mentionné l’adresse postale de dame Awa N’DIAYE. En d’autres termes, le compte de la CNDVT-CI a deux adresses différentes sur le relevé et sur le chéquier délivré par ACCESS BANK… » (Page n°8 dudit rapport).

    A la page fin 14 début 15, ce rapport affirme ce qui suit : « On note, par ailleurs, que le nommé GOHOUROU Ziallo Claude François bénéficiait, lors des opérations de vérification et de paiement des victimes, de l’assistance permanente et active de BAGAYOGO Ahmed, travaillant à l’université de Cocody et informaticien de la CNDVT-CI, et surtout de SORO DOH, alias «  DOCSY » chargé des Finances de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI). Les informations recueillies font d’ailleurs état de ce qu’une importante partie des sommes retirées étaient remises à ce représentant de la FESCI, qui était constamment aux côtés de GOHOUROU Claude au moment des retraits répétés dont certains se faisaient dans la soirée après la fermeture de l’établissement.

    Toutes ces opérations, grossièrement suspectes ont été effectuées sans que les responsables d’ACCESS BANK ne s’interrogent sur leur caractère atypique. Ils ont même autorisé le chèque de 350 millions de Francs CFA émis par le sieur GOHOUROU Claude à l’ordre de N’DRAMA Serge (Comptable d’Awa N’DIAYE) sur le compte de la CNDVT-CI confirmé par dame Awa N’DIAYE alors-même que cette dernière n’avait pas droit de signature sur ledit compte. Ils ont permis au compte de dame Awa N’DIAYE de fonctionner jusqu’au solde négatif de 71 millions 149 mille 330 Francs CFA.

    dechets121Après avoir reçu sur le compte ouvert à son nom plus de la moitié (2 milliards 446 millions 808 mille 889) Francs CFA, dame Awa N’DIAYE a fait mettre en places deux dépôts à terme (DAT), l’un d’une durée de 6 mois, et l’autre d’un an avec un montant cumulé de (1.000.000.000) de Francs CFA. Ces fonds ont servi de garanties auprès d’ACCESS BANK qui, à la demande d’Awa N’DIAYE, a consenti une ligne de crédit à 4 sociétés appartenant à KONE Cheick Oumar… » (Voir page 17 dudit rapport).

    Le compte d’Awa N’DIAYE n’était en réalité qu’un compte de passage pour servir de moyen à une insidieuse opération de blanchiment de capitaux au profit du nommé KONE Cheick Oumar… » (Page 19 de ce même rapport). Et enfin, ledit rapport à la page 20 souligne que : « Le compte d’Awa N’DIAYE a servi à couper malicieusement les fonds de leur origine illicite ». Et c’est qu’on appelle le blanchiment de capitaux. « Dame Awa N’DIAYE a également spéculé à son profit avec les fonds déposés sur son compte en octroyant des prêts à court terme à des personnes moyennant commissions..  A cela s’ajoute le transfert d’un montant de 52 millions 476 mille 560 F CFA pour l’achat d’une propriété immobilière en France à son nom…»

    dechets1212 bit22C’est pour toutes ces raisons,  qu’ACCESS BANK, cette banque de « petits voyous », qui retiendrait à ce jour indûment, un DAT d’un million de F CFA dans les 4.658 milliards de F CFA détournés par les consorts GOHOUROU Claude, dans l’espoir d’échapper aux conséquences juridiques de ses agissements délictueux dans la gestion de ces fonds, a changé de dénomination pour devenir AFRILAND FIRST BANK fin décembre 2012 début janvier 2013 ; ce, en pleine information judiciaire ouverte par le Procureur de la République en février 2012 faisant suite aux enquêtes préliminaires de la CENTIF-CI et de la Direction de Police Economique et Financière la mettant en cause dans ledit détournement, se serait vue dans l’obligation de corrompre certains Magistrats, à l’effet de créer une confusion dans sa dénomination par sa mise hors de cause. Alors qu’au terme de cette information judiciaire intervenue le 03 avril 2014, c’est ACCESS BANK devenue AFRILAND FIRST BANK qui a été inculpée et elle n’a pas contesté l’ordonnance de renvoi du Juge d’Instruction en Police Correctionnelle comportant cette dénomination par appel, devant la Chambre d’Accusation de la Cour d’appel du Plateau.

    Les 4.658 milliards de F CFA ont été, pour l’aide apportée par messieurs KONE Cheick Oumar, Adama BICTOGO et autres au profit de GOHOUROU Claude aux fins de la disparition  d’ un peu plus de 9 milliards de F CFA à la SGCI avec la complicité de cette banque à leur profit, transférés irrégulièrement à ACCESS BANK par la SGCI, dans un compte frauduleux ouvert par la CNDVT-CI aux fins de récompenser ceux-ci. C’est aussi pour cette pour cette raison que ces fonds  n’ont pas servi à indemniser les victimes.

    dechets1212 bitAinsi, pour se protéger contre les effets juridiques des actions judiciaires initiées par les  victimes sous le régime FPI, une partie de l’ensemble des 9 milliards de F CFA détournés par GOHOUROU Claude à la SGCI selon le rapport d’audit judiciaire du 18 janvier 2022, aurait servi à financer les activités politiques de la galaxie patriotique ; ce qui  lui valait la première place à la première rangée aux côtés de monsieur BLE GOUDE CHARLES à l’occasion de leurs différentes manifestations visant à soutenir le Président Laurent GBAGBO, ès qualité de Président de la République suite à l’élection présidentielle d’octobre 2010. De sorte qu’après la chute du régime FPI, il s’était vu dans l’obligation de s’exiler au GHANA voisin.

    Courant l’année 2014, à l’initiative de feu HAMED BAYOKO, au moment des faits, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, membre politique du RHDP, GOHOUROU Claude a mis fin à son exil volontaire  et celui-ci a comparu devant la Chambre des Délits Economiques du Tribunal d’Abidjan présidée par Monsieur KONE Bernard. Au terme de son audition, il a été condamné le 13 janvier 2015, par jugement correctionnel n°196/15, à 20 ans de prison ferme pour abus de confiance et blanchiment de capitaux portant sur les 4.658 milliards de F CFA destinés à l’indemnisation de 6.624 victimes, membres du RENADVIDET-CI.

    dechets1212 bit22mDans cette affaire, le Cabinet d’Avocats où travaillait Monsieur AHOUSSOU Kouadio Jeannot, nommé Ministre de la Justice le 05 décembre 2010, puis premier Ministre le 13 mars 2012 en conservant son poste de Ministre de la Justice pour le compte du PDCI était l’Avocat de la SGBCI, actuelle SGCI. Curieusement, au terme de l’information judiciaire intervenue le 03 avril 2014, cette banque qui a indemnisé 11.811 victimes et qui avait déclaré avoir indemnisé 23 mille victimes sur les 29.624 n’a pas été inculpée. Sans compter qu’elle avait violé l’ordonnance de séquestre que 25 mille victimes du RENADVIDET-CI sur les 29.624 sus visées qui lui avait signifiée par elles, le 23 mars 2010 à 11H40 MN sur leurs fonds d’indemnisation d’un montant de 18.750 milliards de F CFA dans le montant global des 22.500 milliards de F CFA en transférant, le 24 mars 2010, l’indemnisation de 6.624 d’entre-elles à ACCESS BANK devenue AFRILAND FIRST BANK d’un montant de 4.658 milliards de F CFA.

    Comme vous pouvez le constater, les pièces déposées par nous, pour la première fois dans cette affaire, devant la Cour d’Appel Civile du Plateau le 17 août 2021, à l’effet de justifier les 2 milliards de F CFA sollicités par le RENADVIDET-CI pour tous les préjudices moraux et financiers soufferts par lui, depuis 2009 à ce jour du fait du détournement des 4.658 milliards de F CFA de ses membres par GOHOUROU Claude et autres, même si par extraordinaire, elles étaient fausses comme le prétend GOHOUROU Claude, n’ont aucun rapport d avec leur différentes condamnations à 20 ans de prison ferme pour abus de confiance et complicité d’abus de confiance portant sur ledit montant.

    Abidjan-procès déchets toxiques-Charles Koffi amer: «Elle est abusive»-vive réaction du président du Renadvidet-ci suite à la condamnation des victimes à 6 mois de prison ledebativoirien.netAu regard de ce qui précède, toutes les procédures dilatoires initiées par GOHOUROU Claude à la demande de ses parrains politiques du RHDP, à l’effet de voir surseoir à sa condamnation à 20 ans de prison, à l’effet de se porter candidat aux élections prochaines pour le compte de l’opposition sont sans objet et doivent être déclarées irrecevables et rejetées comme telles par la Cour de Cassation comme nous l’avons conclu devant cette Cour. La prétendue mise en demeure diligentée par GOHOUROU Claude sur le détournement desdits fonds et qui fait l’objet de publicité par lui, n’est que pure diversion ; à défaut, il aurait déposé une plainte régulière contre messieurs Adama BICTOGO, KONE Cheick Oumar, Awa N’DIAYE épouse M’BAYE et autres employés de KONE Cheick Oumar qui ont effectué suite à sa procuration, des retraits sur le compte de la CNDVT-CI.

    Par ailleurs, GOHOUROU Claude veut aujourd’hui par mauvaise foi congénitale nier les grandes mobilisations faites par le RENADVIDET-CI qui comportent en réalité, 25 mille victimes sur les 29.624 sus visées dans le cadre de cette affaire.

    En conséquence de ce qui précède, la Procureure Générale a l’obligation de décerner à son encontre et à l’encontre de ses autres co-condamnés, des mandats d’arrêt à moins que ses parrains politiques du RHDP continuent à tirer les ficelles.

    Abidjan-procès déchets toxiques-Charles Koffi amer: «Elle est abusive»-vive réaction du président du Renadvidet-ci suite à la condamnation des victimes à 6 mois de prison ledebativoirien.netPour terminer les raisons invoquées par les tenants du pouvoir du régime FPI pour violer les droits élémentaires de ces victimes seraient que  nombre d’entre-elles sont de nationalité étrangère ou auraient des noms à consonance nordique. A notre grande surprise, le vendredi 24 février 2023, ce même motif aurait été de source bien introduite, utilisé par la Chancellerie aux fins d’ordonner la détention arbitraire de 25 d’entre-elles à la MACA. Ces dernières ont été finalement condamnées à 6 mois de prison avec sursis pour de prétendus faits de trouble à l’ordre public. L’objectif de cette condamnation vise à les empêcher de poursuivre l’exécution pacifique du jugement définitif dont elles sont bénéficiaires. Lequel condamne solidairement GOHOUROU Claude, ACCESS BANK et autres à leur payer la somme d’un milliard deux cent dix millions cinq cent soixante mille F CFA

    Vous comprendrez  dès lors aisément, Pourquoi ces victimes sont de façon récurrente jetées en prison, pourquoi leurs bourreaux sont en liberté et protégés pour ne pas payer un seul centime de ces fonds détournés par eux au profit de leurs parrains politiques et pourquoi, je suis l’ennemi public national à abattre par tous les moyens. »   Fait à Abidjan, le 8 mars 2023, Le Président du RENADVIDET-CI   Charles KOFFI.

    Ledebativoirien.net

     

    La gigantesque réaction  de monsieur Charles Koffi, relative à une présumée plainte portée le 28 mars 2022 devant le proc

© 2023, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur