Yamoussoukro: voici pourquoi Sansan Kambilé Sansan annonce des innovations au concours d’entrée à l’Institut national de formation judiciaire

2 min read
55 / 100

 

Sansan Kambilé, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’homme,   a annoncé  des innovations et des réformes dans l’organisation des concours d’entrée à l’INFJ, l’institut national de formation judiciaire.

Yamoussoukro : pourquoi Kambilé Sansan annonce des innovations au concours d’entrée  à  l’Institut national de formation judiciaire  ledebativoirien.netIl vise  à mieux outiller les futurs candidats à l’excellence s-t-il indiqué lors de la cérémonie de la rentrée académique 2023-2024 de l’INFJ, lundi 17 avril dernier, à Yamoussoukro.

Sansan Kambile a signifié que ces réformes d’innovation instaurées à l’Institut national de formation judiciaire (Infj) vont s’étendre à l’organisation des concours. Il souhaite reconstituer l’organisation des concours d’entrée à l’Infj dans le sens du renforcement de la sélection. Selon le statut, le concours de magistrature sera soumis à un test de présélection.

Cette nouvelle stratégie permettra de mieux préparer les futurs candidats « à affronter, avec sérénité, les épreuves du concours et s’assurer de la qualité des élèves qui feront leur entrée à l’Institut, il sera procédé à un recrutement objectif des formateurs. Seules les personnes qui ont la science  et celles pétries d’expérience professionnelles avérées et de pédagogies seront privilégiées. » a t insisté.

Yamoussoukro : pourquoi Kambilé Sansan annonce des innovations au concours d’entrée  à  l’Institut national de formation judiciaire  ledebativoirien.net Pour la bonne marche de ces innovations, une nouvelle équipe dirigeante a été mise également en place à l’Infj. Ladite équipe sera animée par des membres dynamiques  dont, Lebry Leonard, magistrat hors hiérarchie, Dg de l’Infj, de Mme Petey Noëlle Angeline, magistrat hors hiérarchie, directrice de l’Ecole de la magistrature, de M. Tano Messan, administrateur des greffes et paquets, directeur de l’Ecole des greffes,

de M. Atsin Koffi Vincent, administrateur des services pénitentiaires, directrice de l’Ecole des personnels pénitentiaires et de Mme Nonvia Ouli Henriette, inspecteur principale d’éducation surveillée, directrice de l’Ecole du personnel de la protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse.  Ainsi, préconiserait-il la mise en place de nouveaux curricula de formation qui répondent véritablement aux exigences et aux changements des fonctions judiciaires concernées

Ledebativoirien.net

Horty Ziga

© 2023, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur