Élection au PDCI-Marius  Konan (porte-parole de Guikahué) déroutant: « 4 Vice-présidents et 1 membre du BP-Guikahué  à le CV politique le  plus riche, donc c’est autour de  lui le consensus »

17 min read
72 / 100

  • « C’EST LES TEXTES QUI PERMETTENT A  DES GENS PLUS ACTIFS D’ACCEPTER QUE QUELQU’UN D’AUTRE PUISSE ETRE PRESIDENT PAR  INTERIM A LEUR PLACE »

  • « DOIT-ON ETRE MOINS EXIGEANT POUR CELUI QUI VA SIGNER LES PARRAINAGES POUR DES GENS DEVANT QUI NOUS SOMMES TRES EXIGEANTS ? »

  • « LES STICKERS NE DETERMINENT  PAR LE NOMBRE D’ANNEES DE  MILITANTISME SINON UN AINE SERAIT MEMBRE FONDATEUR»

Le Professeur Maurice Kacou Guikahué, Vice-Président du PDCI-RDA, Secrétaire Exécutif en Chef, qui totalisant trente-deux (32) années de présence au Bureau Politique du PDCI-RDA sans discontinuer est candidat à la succession du Président défunt Henri Konan Bédié. Dans cette partie 3, le Député Marius Konan, membre du Bureau Politique du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire-PDCI, Porte-parole du professeur Maurice Kakou Guikahué candidat est à cheval sur la place centrale des Textes du PDCI RDA.

A juste titre peut-il affirmer: « Mais, le doyen d’âge des Vice-présidents, sur la scène politique, l’aviez-vous une fois vu quelque part auparavant ? Le connaissiez-vous ? Mais c’est les textes qui permettent à des gens qui sont plus actifs d’accepter que, quelqu’un d’autre puisse être président par  intérim à leur  place. Donc, n’allons même pas espérer qu’on mette les textes de côté », déclare, Marius KONAN, poings fermes. Suivez-le dans l’acte 3 de la campagne avec Ledebativoirien.net.

Face aux  préoccupations des congressistes  

Ignorer les textes ?

FHB ET MKG 500

« Mais si on décide de mettre les  textes de côté, moi j’ai envie d’être  Président du PDCI RDA. J’ai fait mon parcours de militant PDCI RDA. En 2003, entrée à la JPDCI appelé à être des cadres du parti. Si on décide de supprimer les textes on tomberait dans  l’anarchie.

Le 1er août 2023, quand  il a plu au Seigneur, maître de toute chose de rappeler à lui et d’arracher à  notre affection notre regretté Président Henri Konan Bédié, la première réaction que j’ai eue en tant que militant, c’est d’appeler le Secrétaire Exécutif en Chef pour dire : ‘‘Qu’est-ce qu’on devient, qu’est-ce qu’on fait ? Vous êtes loin du pays, qu’est-ce qu’on fait?’’. Parce que tout le monde  redoutait l’implosion du PDCI RDA. Parce que c’est plusieurs générations qui sont  là en ce moment.

A lui de  nous dire : ‘‘ J’ai activé mon intérimaire’’, qui se trouve être  monsieur  Kouamé Kra, ‘‘pour qu’il aille voir monsieur Cowply, le doyen d’âge des vice-présidents pour qu’il accepte le principe de devenir le président par intérim’’. Mais  le doyen d’âge de vice-présidents, sur la scène politique, l’aviez-vous une fois entendu quelque part, une fois vu quelque part auparavant ? Le connaissiez-vous ? Mais, c’est les textes, qui permettent  à  des gens qui sont plus actifs d’accepter que, quelqu’un d’autre puisse être président par intérim à leur  place.

Donc, n’allons même pas espérer qu’on mette les textes de côté. Moi je suis  pointilleux sur la vie, les marches, les espaces où j’évolue. La vie du PDCI m’intéresse. J’ai été dans la commission de désignation des candidats du Pdci pour  les élections municipales et régionales.  C’est-à-dire, des citoyens, des militants qui sont  venus solliciter des parrainages du PDCI RDA.

Le Parti leur a demandé concernant leur militantisme : le début du militantisme, date précise de  leur venue, le paiement de leur cotisation statutaire, le paiement des cotisations ponctuelles, l’assistance aux  militants, la participation aux réunions et meetings, la participation aux congrès du Parti, rôle joué, ou actions  menées, le rôle  joué dans l’élection de 2020, leur grade, leur ancienneté dans  le Parti leur fonction actuelle…

Autant d’exigences sur leur militantisme, pour un militant qui a envie d’avoir le parrainage du PDCI RDA. Or le parrainage lui-même est signé  par le président  du parti. Si on est si exigeant à celui à qui on doit donner un parrainage qu’en devrait-il être pour le président qui va signer le parrainage ?

Doit-on être moins exigeant pour celui qui va signer les parrainages pour des gens devant qui nous sommes très exigeants ? C’est les conditions qui sont fixés ici qui font qu’aujourd’hui, on a sanctionné certains militants. Donc, nous restons dans le Texte. Nous restons attachés aux Textex. A défaut, on reste dans  notre vécu, dans les usages. Il y a une façon de faire les choses dans le Parti. Il sera difficile de mettre le Texte de côté, sinon moi-même, je vais revendiquer. Je prends  mon petit groupe, on crée  un comité, je suis le président on a notre secrétaire exécutif etc. et puis on administre le Parti à notre façon….Voilà, je pense qu’on s’est bien compris… ».

Candidature de Thiam

« Je préfère laisser le soin au Comité Electoral. Mais ce que je sais, c’est que, quand on va à une compétition électorale, il y a des étapes pour ceux qui participent aux compétitions. Il y a : l’affichage de la liste électorale qui ouvre le contentieux de la liste électorale; ensuite, l’affichage de la liste des candidats, qui ouvre le contentieux relatif aux candidatures, la campagne, la proclamation des résultats qui ouvre le contentieux des résultats…

cf

Donc pour nous, il n’y a aucun problème. Le Comité Electoral doit faire son travail. Le Comité électoral va peut-être même être plus exigent que les gens ne le pensent. La première qualité exigée à ceux qui veulent compétir, c’est d’être d’abord des militants. Et du militant, le Statut dit en article 8: « Chaque militant doit  participer  aux activités du parti  à l’échelon des comités de village et de  quartier ».  On n’a pas dit ‘‘peut’’, mais, ‘‘doit’’ participer.

L’article 9 dit : « Les militants sont tenus de s’acquitter régulièrement de leurs cotisations annuelles ». Petit apprenant, je me suis demandé : ‘‘être tenu’’ veut dire quoi ! On s’est rendu compte que  ça veut dire ‘‘qu’ils sont tenus légalement, moralement obligés de’’ s’acquitter de  leurs cotisations annuelles.

Si tu es militant comme  moi depuis  25 ans, il faut payer chaque année, même si c’est petit, ceux qui sont  au bureau  politique depuis  30 ans, il faut payer jusqu’à maintenant. Et  puis, comme on se connait entre nous,  on ne peut pas venir  fabriquer une  histoire et puis  nous la donner. Les listes du Bureau Politique quand  le  président signe,  on publie dans Le Nouveau Réveil depuis 2002…Que je n’en dise pas  plus».

Le  Président par intérim

« Le  Président par intérim devant se comporter en bon père de famille, il se trouve que pendant qu’il demande à certains candidats de l’aider en se mettant en congé, curieusement, il a nommé un de nos ainés qui s’appelle Gnamien N’ogoran au Comité des finances du 8è Congrès. Mais je me souviens que la presse a mis en  ligne une déclaration de soutien de  mon ainé,  vice-président Gnamien N’goran  au candidat Tidjane Thiam.

Comment se fait-il que Gnamien N’goran qui fait une déclaration de soutien au candidat Tidjane Thiam peut être  nommé au Comité des finances du 8è Congrès et  puis en même temps demander au Secrétaire Exécutif en Chef qui bénéficie de l’alinéa 2 de l’article 43 de se mettre en congé.  Donc, c’est  un parti pris clair. Mais comme je suppose qu’il se comporterait en bon père de famille, je comprends que son environnement doit être composé de personnes qui doivent  l’influencer. C’est le lieu de se ressaisir et de faire en sorte que devant l’histoire, il a aidé le PDCI RDA…

Un président par intérim ne jouit que de la légalité, il n’a pas de légitimité. C’est le Texte qui lui donne le pouvoir et c’est le Texte qui limite son pouvoir. Le Président par intérim ne peut pas avoir les pouvoirs du Président (élu), il gère les affaires courantes, jusqu’à ce qu’on élise un nouveau Président. Il gère le parti pour  l’élection d’un nouveau Président….

Les décisions quand on les prend, elles doivent respecter les principes démocratiques: l’égalité des chances et l’égalité d’obligation. Il ne faut pas prendre des décisions qui pèsent sur un. À supposer un seul instant que le Secrétaire Exécutif à qui le Texte dit : ‘‘ Vous ne bougez pas’’ décide de se  mettre en congé et  puis, il arrive  un incident  ou  un évènement qui rende impossible ou difficile la tenue du congrès. Que se  passera-t-il ?

PDCI RDA KONAN MARIUS

Il est candidat, donc il continue d’être en, congé, c’est cela? Ça ressemble  à  quelque chose qu’on a envie de nous faire. Or nous, on est vigilant. C’est  pourquoi, on dit,  il faut se conformer aux textes. Ce que le texte ne permet pas de faire, ne le fait pas. Le Secrétaire Exécutif ne figure nulle part dans toutes instances qu’il a créées…

Il a fait son dernier secrétariat le 5 novembre dernier.  Chaque deux semaines, il  y a un secrétariat, mais il ne le fait plus, c’est  à peine qu’il met le pied là-bas (au siège). Mais s le parti doit fonctionner. Il y a des gens qu’on a perdus, qui serait allé faire l’oraison funèbre, de Lambert Konan Kouassi si le Secrétaire Exécutif n’était pas là. On a des candidats qui sont en train de compétir à Tiassalé,  à  Oumé ou en d’autres lieux du territoire…Donc, il ne faut pas laisser les gens mélanger tout cela et ça va créer des problèmes inutilement.

Tous ceux qui encouragent  le Président  à  qui le Secrétaire Exécutif a dit NON, en disant que ce que  vous voulez  prendre comme décision ne figure  nulle part dans les textes, ni dans notre  histoire,  cherchent  à  créer des  problèmes. C’est, des intrigants. Ils sont  dans des intrigues et  vous  les découvrirez dans quelques  jours. Ils ont des partis pris. On ne peut pas dire publiquement qu’on soutient tel candidat et accepter d’être dans le jeu. Donc  il y a des gens on ne sait pas quel problème ils ont à régler, mais qui utilisent  des moyens qui ne sont  pas appropriés.

Affaire stickers

Il y a quelqu’un qui dit que son candidat à 27 ans de bureau politique. Moi je sais que les listes deS membres du bureau politique sont publiées par Le Nouveau Réveil qui est un support qui nous accompagne. N’empêche que nous, on a les décisions de nominations donc, on connait les noms de ceux qui sont sur les  liste du Bureau Politique depuis 2002. On a la liste de la Convention de  2005,  on a  une décision après le congrès de  2013 avec  la liste  du  Bureau Politique. On a la liste de 2018,  on a la dernière décision de mai 2023….

Pour repérer les  noms, ce n’est pas compliqué….Mais au-delà, un militant c’est quelqu’un qui est tenu de payer régulièrement ses cotisations annuelles. Si quelqu’un n’a pas payé ses cotisations, il doit être convaincu que  la commission électorale va repérer cela et va attirer son attention sur ce fait…

Quelqu’un a dit qu’on va au Congrès et que le nombre de stickers va déterminer le nombre d’année au Bureau politique. Ce n’est pas vrai. Je ne crois  pas que  le nombre de stickers va justifier le temps passé par un individu au Bureau politique. Pour preuve, je prends mon cas.  J’ai deux cartes avec 5 stickers chacune.

L’une de 2014 à 2018 et l’autre de 2019 à 2023. Si on compte, cela fait 10 stickers et théoriquement ça voudrait dire que j’ai 10 ans de présence au Bureau politique. Mais ce n’est pas vrai. Tous ceux qui, au Bureau  politique ont été élus au même moment que moi en 2016 et nous avons  pris  fonction en  2017, vous prenez leur carte, qu’ils ont les stickers de  2014.  Il n’y a pas de listes de 2014 sur laquelle ils figurent. Ce qui compte ce sont  les décisions qui  ont été prises sur laquelle vous figurez et non le nombre de stickers. 

Si quelqu’un dit ça,  la personne  vous trompe. Moi j’ai 7 années de présence au Bureau politique, alors que  j’ai 10 stickers. Je ne peux pas prétendre être candidat à la présidence du Parti aujourd’hui, ni à la Convention. Qu’on ne nous blague pas, nous sommes des contemporains, on vit dans la même maison depuis longuement.

WhatsApp Image 2023 11 26 at 18.51.53 1

Depuis  199 on a tous suivi et  on suit  minutieusement ce qui se passe dedans. Si on doit tenir compte de ce que quelqu’un vient payer pour déterminer son temps de présence  au Bureau politique, j’ai un de mes ainés, qui lui deviendrait membre fondateur; parce qu’il est rentrée au bureau  politique dans les années 2012, 2013 par-là. Si on compte ce qu’il a donné on va le compter parmi ceux de 1946.

Donc sereinement, regardons  ensemble; nous sommes une famille, on a des règles et des principes de vie qui sont des usages. Faisons en sorte que nous tous  nous travaillons ensemble pour préparer les élections présidentielles de 2025 dans  la sérénité.

Le consensus autour de qui ?

Pour quelqu’un qui connait le Pdci Rda, il doit savoir, qu’il y  a des principes. Il y a des usages. Il y a nos habitudes. Il y a notre philosophie. Quand on décide au PDCI de faire un consensus, on demande au  militant: ‘‘Quel est ton grade actuel ?’’ Mais c’est pour classer ! Un militant, président de comité de base et un militant membre du Bureau Politique, c’est d’abord le membre du Bureau Politique.

Donc dans ce qui est en train de se faire là, il y a 4 Vice-présidents et 1membre du bureau politique. Les Vice-présidents sont au-dessus des membres du Bureau politique. Donc, s’il doit y avoir consensus c’est entre les 4 Vice-présidents.

Maintenant quand on prend les 4 vice-présidents, on prend les CV politiques,  j’avoue que  le comité qui va trancher pour  le consensus tombera amoureux du CV politique de mon candidat Maurice Kakou Guikahué. Donc  il est clair que s’il doit y avoir  le consensus ne peut se faire qu’autour des 4 vice-présidents.

C’est dans nos usages, on a l’habitude de le faire. C’est parce que des gens  veulent  faire entrer d’autres façons de faire qu’il semble qu’il y a des difficultés. Sinon, il n’y a aucune difficulté. Si on est sérieux, on aurait déjà commencé à faire le consensus autour de Guikahué. Parce qu’il est le numéro 2 du Parti. Il a conduit le Parti.

Le président du comité électoral, le  jour où il a reçu la candidature du professeur   Maurice Kakou Guikahué, c’est  un doyen que je respecte nous a dit ceci : « Si le Président Houphouët-Boigny et Henri Konan Bédié  ont incarné le PDCI RDA, Maurice Kakou Guikahué, vous avez porté le PDCI RDA ». Ce n’est pas moi qui l’aie dit, je le cite.

Ça veut dire, tout président de commission qu’il est, il sait la réputation, l’apport qualitatif du  professeur Maurice Kakou Guikahué, dans ces  20 dernières années de notre vie. Il faut reconnaitre  à César ce qui est  à  César.

Donc le consensus ne peut se faire qu’autour de celui qui est  le plus titré et celui qui a  le CV  politique  le plus riche. Et au moment  où on est en train de parler,  le CV politique le plus riche parmi les  4 vice-présidents, c’est le CV politique de Maurice Kakou Guikahué, mon candidat.

Confiance  en Maurice Kakou Guikahué ?

FHB ET MKG 1

Je sais que Maurice Kakou Guikahué est fils Guébié et qu’il y a une histoire qui n’aurait pas été bien réglée. Mais le  président Félix Houphouët-Boigny choisit lui, un fils  Guébié  pour être son médecin. Il a fait confiance  à Maurice Kakou Guikahué pour l’avoir comme médecin….

Je pense que son parcours de militant est suffisamment éloquent pour comprendre que Maurice Kakou Guikahué est  un  homme de conviction. Il s’est battu avec le président Henri Konan Bédié en 2018. Ceux qui sont  partis sont devenus ministres, premier ministre, vice-président de la république. Maurice Kakou Guikahué est resté  à côté du Président Henri Konan Bédié. On a passé tout ce temps ensemble.

Pas plus tard qu’en  2020, on était tous ici, il y en qui étaient chez eux  à  la maison, il y en a qui n’étaient même pas  ici. Le président Henri Konan Bédié a la tête de  l’opposition a lancé  un mouvement ; par la suite,  les gens  sont  venus  les prendre. Ceux qu’on a trouvés à son domicile, Maurice Kakou Guikahué était là-bas. On l’a pris. Il aurait pu être chez lui. Il aurait pu être ailleurs, il a choisi d’être chez le Président Bédié sachant qu’à cette période tout pouvait arriver.

Mais comme il nous  l’a dit, Houphouët lui a dit : ‘‘Ne vous inquiétez pas, je vous confie  le PDCI et Henri Konan Bédié ». Il a l’obligation morale et le devoir d’être aux côtés d’Henri Konan Bédié vaille que vaille. Il l’a fait jusqu’au dernier jour. Moi j’ai confiance en lui. Il m’a dit qu’il n’ira pas à l’élection à la Convention, je m’en tiens à cela.

Présidence du Parti, notre candidat, c’est Maurice Kakou Guikahué. Présidence de  la république, à la Convention on a un autre candidat. Si entre temps, l’autre candidat qui veut aller là-bas comprend qu’en s’appuyant sur quelqu’un qui connait le terrain, qui connait le Parti, qui connait son histoire, qui connait les hommes,  pour qu’on gagne du temps, nous on criera : alléluia…», dixit Marius  Konan…

Ledebativoirien.net

H. MAKRE

© 2023, redaction. All rights reserved.

Du même auteur