Yamoussoukro-PDCI RDA : Tidiane Thiam lance le défi de reconstruire une Côte d’Ivoire nouvelle et prospère

7 min read
61 / 100

« Je m’engage devant vous, si je suis élu, à promouvoir une démocratie interne transparente, inclusive, collégiale, où chaque membre a une voix et participe à la prise des décisions », dixit  Tidiane Thiam

Tidjane Thiam, candidat à l’élection présidentiel du Pdci-Rda, veut relever le défi de remettre la Côte d’Ivoire du 21è siècle, dans les conditions idoines pour l’intérêt général du peuple, où il s’engagera à donner la voix aux sans voix et à être proche de la population.

Une profession de foi, samedi 09 décembre 2023 au cours du tout premier grand meeting du PDCI RDA à la fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, en cette période d’élection  interne au parti. Il cherche  un nouveau président après  le décès de son  président statutaire Henri  Konan Bédié. Ils sont  5 prétendant dont  dus se sont retirés de la course, il ne reste  plus trois en lice, dont l’animateur  du meeting de Yamoussoukro.

THIAM20

Tidiane Thiam, au cours de ce giga meeting à l’auditorium de la Fondation Félix Houphouët-Boigny, qui a réuni les militants et sympathisants du PDCI ainsi que tous les ivoiriens venus des quatre coins du monde pour l’écouter, a livré ses techniques et stratégies de  réussite er de fonctionnement. Il a ensuite mis les militants en ordre de bataille pour sa victoire aux élections présidentielles prochaines.

« Nous renforcerons la politique de reconnaissance et de motivation des militants, notamment en mettant un accent particulier sur ceux de l’intérieur du pays, au-delà du Nord pour les impliquer davantage dans la vie de notre parti » a-t-il souligné, il a fait comprendre qu’Il s’agira d’une part,  « si vous m’accordez votre confiance, si vous m’élisez, d’assurer une transition en douceur, fidèle à nos traditions, en travaillant étroitement avec un certain nombre de responsables existants. Et d’autre part, renforcer la gouvernance et la gestion administrative et financière du Parti. »

Un accent particulier sera accordé à l’amélioration des ressources du Parti «  en encourageant l’initiative locale et en donnant la possibilité aux différents organes d’utiliser une partie des fonds collectés pour leur propre fonctionnement ». Et d’ajouter « J’ai toujours cru dans la décentralisation dans toutes les structures que j’ai gérées. Personne ne connait mieux que vous-même vos besoins. Je veux redonner du pouvoir et de l’autonomie à la base. C’est une condition de notre succès. Je crois passionnément dans les capacités des êtres humains à comprendre, gérer et résoudre leurs propres problèmes ». 

Pour lui, la décentralisation est la meilleure réponse, pas seulement pour le PDCI mais aussi pour la Côte d’Ivoire. Il est donc convaincu d’agir financièrement à tous égards au cours de sa campagne électorale et partout d’ailleurs. « Soyez également assurés que mes compétences de financier me permettront de développer et mettre en œuvre des techniques de levée de fonds efficaces et utilisant toutes les possibilités que nous offre la technologie moderne à l’ère de la digitalisation tant au plan national qu’international », a-t-il affiché.

Il pense que, plus ils sont unis, plus ils sont plus forts et la victoire sera à leur porte. Il a un  défi à relever, celui de répondre aux aspirations des ivoiriens.  « Notre Parti doit faire face à des défis cruciaux qui nécessitent un leadership fort et visionnaire.

Que ce soit sur les plans de la cohésion nationale, de la gouvernance politique, de l’économie ou du social, nous devons avec détermination, créativité et ingéniosité, être prêts à apporter aux ivoiriens des réponses pragmatiques. Nous avons plus que jamais le devoir de demeurer unis afin de consolider les bases du Parti, résister aux épreuves et relever les défis de ce 21e siècle. Je crois fermement en la nécessité de renforcer l’unité au sein du PDCI-RDA. Une unité qui transcende nos différences et qui nous permet de travailler tous ensemble pour le bien de notre communauté…», indique  le candidat Tidjane Thiam.

THIAM20

Le petit fils d’Houphouët a donné les ambitions et les objectifs de son parti pour la Côte d’Ivoire prospère. « Nous pouvons tous ensemble assurer que notre parti soit à la fois dynamique et ambitieux par ses objectifs. Les générations passent, mais l’ambition profonde du PDCI demeure immuable, à savoir, servir le peuple ivoirien, améliorer sans cesse ses conditions de vie » a-t-il indiqué.

Selon lui, le PDCI RDA est le seul parti qui soit légué aux Ivoiriens comme héritage que chacun devrait honorer. « Comme vous le savez, l’histoire de notre Parti, le PDCI-RDA, est indissociable de l’histoire de notre Nation tout entière. Le PDCI n’est pas un parti ordinaire. Combien de partis ont eu le privilège de faire naitre une nation ? Comme me le disait récemment un leader religieux, chaque ivoirien se sent concerné par ce qui se passe au PDCI car chaque ivoirien a un bout de PDCI en lui. C’est cela notre véritable héritage, ce lien presque mystique entre notre parti et la nation ivoirienne et comme tous bons héritiers, c’est ce bien que nous devons faire fructifier, amplifier, développer ».

Le candidat à la présidence  du PDCI croit fermement qu’il vaincra, du fait que son parti reste soutenu par de vaillantes militantes et de vaillants militants ainsi que sympathisants, parlant toujours d’une seule voix. De ce fait, il voudrait dire aux détracteurs que la perte du président Konan Bédié ne pourra en aucun cas ébranler le vieux parti. « Après le décès de feu le Président Aimé Henri Konan BEDIE, les cassandres, les prophètes de malheur ont prédit le pire a notre parti.

Eh bien, nous allons leur prouver qu’ils se trompent. Le PDCI n’implosera pas, le PDCI n’explosera pas mais le PDCI vivra et le PDCI vaincra. Heureusement, nos chers anciens qui sont tous nés du système houphouëtistes et de ses valeurs ne dormaient pas. Avec au premier rang d’entre eux notre Président Cowppli Bony [citer d’autres noms], ils n’ont ménagé aucun effort pour que le PDCI reste debout, 24 ans après avoir perdu le pouvoir. Fait unique en Afrique. La réalité, comme vous pouvez le constater, est sous nos yeux, nous sommes là, résilients, solides, dans un environnement souvent hostile » a-t-il manifesté.

Rappelant le choix de Yamoussoukro pour cet événement, il a fait l’historique du combat d’Houphouët-Boigny. « Le choix de Yamoussoukro pour ce premier meeting n’est pas fortuit. C’est ici que le père-fondateur, le président Felix Houphouët-Boigny, entouré de ses compagnons, a dirigé notre combat finalement victorieux contre les abus du régime colonial. C’est également ici qu’il a pris des décisions importantes, après avoir échangé, en homme de dialogue, avec ses collaborateurs, pour façonner son rêve, sa vision d’une Côte d’Ivoire unie et prospère au bénéfice de tous ses enfants » a-t-il reconnu.

Il s’est fièrement souvenu de son enfance en compagnie de son grand père Félix Houphouët-Boigny, vantant ainsi les valeurs et qualités de celui-ci. Chose qui lui donne le dévouement de prendre les rênes du pouvoir. « Le bonheur que je tirais de le voir humblement et toujours avec respect, échanger avec tous les gens que nous rencontrions. Il m’a transmis par l’exemple sa passion et son amour pour l’être humain. Ces années d’enfance passées près de lui m’ont profondément marqué et ont orienté depuis toujours ma vie et mes décisions ». a-t-il rappelé. Les élections au PDCI  sont attendues, le  16 décembre 2023.

Ledebativoirien.net

Horty Ziga  à Yamoussoukro

© 2023, redaction. All rights reserved.

Du même auteur