Sud Global : une puissance politique et économique que les «pays en développement» et le «Tiers Monde» n’ont jamais eu

7 min read
73 / 100

« Le «Sud Global» le Pouvoir contre l’Occident»- Karderinis Isidoros

Le terme «Sud Global» est apparu pour la première fois en 1969 dans un article du militant politique Carl Oglesby dans le journal libéral catholique «Commonweal», qui affirmait que la guerre du Vietnam était le point culminant d’une histoire de «domination du Nord sur le Sud Global».

« Le «Sud Global» le Pouvoir contre l'Occident»- Karderinis Isidoros
ledebativoirien.net
Sud Global : une puissance politique et économique que les «pays en développement» et le «Tiers Monde» n’ont jamais eu 18

Il a ensuite été utilisé dans un rapport bien connu de 1980, intitulé «Nord-Sud: un programme pour la survie», publié par une commission indépendante dirigée par l’ancien chancelier allemand Willy Brandt, et dans un rapport de 1990 intitulé «Le défi lancé au Sud: Le rapport de la Commission Sud», publié par une commission de l’ONU dirigée par Julius Nyerere, alors président de la Tanzanie. Cependant, elle ne s’est largement répandue qu’après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, qui a également marqué la fin de ce qu’on appelle le «Second Monde».

Dans la seconde moitié du XXe siècle, des groupes tels que le Mouvement des non-alignés fondé en 1961 ainsi que le G-77 fondé aux Nations Unies en 1964 ont cherché à promouvoir les intérêts collectifs des plus pauvres et libéré des lourdes chaînes du colonialisme dans un monde dominé par les anciennes puissances impériales.

Le terme «Sud Global» fait référence à divers pays du monde situés dans l’hémisphère sud et désigne un mélange d’éléments politiques, géopolitiques et économiques partagés entre ces nations. Ces pays sont également décrits par les termes «en développement», «moins développés», «sous-développés» ou «tiers-monde», termes qui tendent cependant désormais à être supplantés par celui-ci, car ces trois derniers contiennent également un sens péjoratif.

En général, ces pays sont plus pauvres, ont un niveau de développement socio-économique et industriel relativement faible, ont des niveaux d’inégalités de revenus plus élevés et souffrent d’une espérance de vie plus faible et de conditions de vie plus dures que les pays du «Nord Global», c’est-à-dire les nations les plus riches situées principalement en Amérique du Nord et en Europe, avec quelques ajouts du Sud géographique, c’est-à-dire en Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande) mais aussi ailleurs (par exemple Japon).

« Le «Sud Global» le Pouvoir contre l'Occident»- Karderinis Isidoros ledebativoirien.net

Les pays du «Sud Global», qui ont pour la plupart été les victimes tragiques de l’impérialisme, de la domination coloniale et de l’influence économique, sociale et politique généralement considérable de la part de puissants pays occidentaux, les pays africains étant par exemple les plus typiques, représentent plus de 85 % de la population mondiale, soit la grande majorité de l’humanité, et près de 40 % du PIB mondial.

Dans le même temps, depuis le début du XXIe siècle, on assiste à un déplacement des richesses de l’Atlantique Nord vers l’Asie et le Pacifique, comme l’a souligné la Banque mondiale. D’ici 2030, on prévoit que trois des quatre plus grandes économies se trouveront dans les pays du Sud, dans cet ordre la Chine, l’Inde, les États-Unis et l’Indonésie. Déjà, le PIB par rapport au pouvoir d’achat des pays du groupe BRICS dominé par le «Sud Global»-Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Égypte, Éthiopie, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis et Iran–dépasse le PIB équivalent du groupe G7 du «Nord Global».

Le terme «Sud Global», qui n’est donc pas strictement géographique (la Chine, l’Inde et le Mexique sont par exemple dans l’hémisphère Nord), a été une fois de plus mis sur le devant de la scène en raison des réticences de nombreux pays leaders d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine se tenir aux côtés de l’OTAN dans la guerre qui se déroule depuis le 24 février 2022 en Ukraine. La guerre a donc mis en lumière le «Sud Global» en tant que facteur géopolitique important.

Il ne fait aucun doute, après tout, que le terme «Sud Global» est une expression unificatrice importante et incarne apparemment un fort sentiment d’insatisfaction à l’égard des institutions internationales établies qui reflètent les intérêts géopolitiques et économiques des pays occidentaux.

L’invasion de la Russie a fait ressortir la colère mondiale accumulée contre l’Occident, soit à cause des années de colonialisme et de pratiques néocoloniales, soit à cause des deux mesures avec lesquelles les pays occidentaux traitent les violations des droits de l’homme dans diverses régions du monde.

Les pays du «Sud Global» n’ont majoritairement pas imposé de sanctions à la Russie, qui est un membre non occidental du «Nord Global». Certains pays ont même accru leurs échanges commerciaux avec Moscou, compromettant ainsi grandement l’efficacité des sanctions occidentales. En 2022, par exemple, les échanges commerciaux de la Russie ont augmenté de 68 % avec les Émirats arabes unis et de 205 % avec l’Inde.

La plupart des pays du «Sud Global» critiquent dans le même temps Israël, considérant la guerre à Gaza comme une conséquence de l’occupation israélienne, de l’oppression des Palestiniens et de l’application sélective des règles du droit international. En raison de leur propre histoire, de nombreuses personnes en Afrique et en Amérique latine envisagent les événements dans une perspective postcoloniale.

L’Afrique du Sud, l’un des États économiquement les plus puissants et les plus modernisés d’Afrique et donc un modèle et un porte-parole pour de nombreux États du continent, a adopté une attitude extrêmement critique à l’égard d’Israël, dénonçant le meurtre d’enfants et de civils innocents. L’Argentine, de l’autre côté de l’Atlantique, a condamné les attaques des forces armées israéliennes contre des infrastructures civiles et a appelé au respect du droit international humanitaire.

Le «Sud Global» se présente donc comme la seule opportunité de résistance des pays qui le composent et qui s’inspirent d’une vision du monde anticoloniale et anti-impérialiste, contre le «nouvel ordre des choses» que les États-Unis et les autres économies puissantes de l’Occident le promeuvent vigoureusement. Le «Sud Global» affiche simultanément une puissance politique et économique que les «pays en développement» et le «Tiers Monde» n’ont jamais eu.

Certains de ces États sont des sources essentielles de ressources minérales, de chaînes d’approvisionnement et parfois d’innovations nécessaires au développement mondial, ce qui leur confère plus d’influence qu’ils n’en avaient au XXe siècle.

« Le «Sud Global» le Pouvoir contre l'Occident»- Karderinis Isidoros ledebativoirien.net

Nous voyons donc les dirigeants adopter ce terme avec passion. Le Premier ministre indien Narendra Modi a précédemment déclaré que son pays était devenu «la voix du Sud», tandis que le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré que son objectif était de faire avancer «l’agenda du Sud».

En conclusion, je voudrais souligner que le camp des pays anti-internationalistes, appelé «Sud Global», qui ne cède pas à la volonté des pays riches de l’Occident internationaliste, se renforce de plus en plus et marque le transition d’un monde unipolaire sous la direction des États-Unis et de leurs alliés vers un monde multipolaire.

 Sur  Isidoros Karderinis

Isidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est journaliste, romancier et poète. Il a étudié l’économie et a terminé des études supérieures en économie du tourisme. Ses articles ont été publiés dans des journaux, des magazines et des sites Web du monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, français, espagnol, italien, portugais, suédois, roumain, bulgare et albanais et publiés dans des anthologies poétiques, des revues littéraires et des colonnes de journaux littéraires. Il a publié huit recueils de poésie et trois romans en Grèce. Ses livres ont été traduits et publiés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne ». Par  Karderinis Isidoros.

Ledebativoirien.net

© 2024, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur