Libye-Saïf Al-Islam solution à la  fin du conflit entre les clans rivaux : candidat à la présidentielle fait revivre le père fils Khadafi dans les cœurs des  libyens la?

4 min read

Le pays se trouve dans un chaos politique depuis la chute du régime de Mouammar Khadafi, tué par la coalition  internationale  menée par la France et les Etats-Unis d’Amérique, en 2011, lors d’une révolte populaire.

sail el islam kadhafi candidat11Saïf Al-Islam , fils du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi, a présenté dimanche sa candidature officielle à l’élection présidentielle prévue en décembre, selon la commission électorale organisatrice d’un double scrutin, crucial pour sortir la Libye du chaos. L’élection présidentielle se déroulera le 24 décembre, un mois avant les législatives, représentant l’aboutissement d’un processus politique laborieux soutenu par l’ONU.

Saïf Al-Islam Kadhafi «a soumis les documents de sa candidature au bureau de la HNEC à Sebha (sud), complétant ainsi toutes les conditions juridiques requises par la loi n° 1 relative à l’élection du chef de l’Etat, adoptée par le Parlement », a ajouté la commission dans un communiqué sur Facebook. Le fils cadet de l’ancien dictateur, âgé de 49 ans, s’est en même temps fait remettre sa carte d’électeur alors que la HNEC a ouvert lundi le dépôt de candidatures.

Fin juillet, il avait déjà annoncé son intention de se présenter dans un entretien au New York Times alors qu’il est recherché depuis 2011 par la Cour pénale internationale pour « crimes contre l’humanité ». Le groupe armé Zenten l’avait d’ailleurs capturé en novembre 2011 au nord-ouest de la Libye, le condamnant à mort dans un procès expéditif, avant de refuser de le livrer puis de le libérer en 2017. Sa trace avait alors été perdue. Dix ans après la chute du régime, l’héritier de Khadafi pourrait-il représenter la solution pour mettre fin au conflit entre les clans rivaux en Libye ?

un revenant à la conquête de la Libye?

sail el islam kadhafi candidat ledebativoirien.netSaïf Al-Islam Kadhafi faisait partie des énigmes les plus troubles de la Libye post-2011. On en parlait d’autant plus qu’on ne le voyait pas, telle une botte secrète à utiliser au tout dernier moment, lorsque l’impasse d’une révolution fourvoyée aurait rendu impératif d’y avoir recours. Cette « carte » Saïf Al-Islam, deuxième fils de l’ancien « Guide » Mouammar Kadhafi, a été abattue dimanche 14 novembre à Sebha, chef-lieu de la région méridionale du Fezzan, sous la forme d’une déclaration de candidature à l’élection présidentielle, en principe prévue le 24 décembre.

Agé de 49 ans, Saïf Al-Islam Kadhafi, emprisonné puis en résidence surveillée depuis 2011 dans un endroit tenu secret de la ville de Zinten, à 160 km au sud-ouest de Tripoli, est un authentique revenant. Il a apparemment recouvré sa liberté de circulation pour avoir pu se déplacer dimanche jusque dans le Sud libyen où, physiquement métamorphosé – long turban moutarde noué au front à la bédouine, barbe grise – il a écrasé son pouce trempé d’encre sur les documents de la Haute Commission électorale nationale (HNEC).

Ce n’est pas la première fois que Saïf Al-Islam Kadhafi s’offre à un regard extérieur. Fin juillet, un journaliste du New York Times Magazine racontait sa rencontre assez surréelle avec le reclus de Zinten dans une villa luxueusement ornée de lustres en cristal. Ce jour-là, rapportait Robert Worth, le fils de l’ex-Guide avait semblé esquiver l’objectif du photographe avec coquetterie, ne consentant que quelques poses, comme s’il ne voulait se dévoiler qu’à gestes comptés.

sail el islam kadhafi candidat1Foin de ce prude clair-obscur, dimanche, à Sebha, où s’est levé dans une lumière crue le rideau de la campagne électorale de Saïf Al-Islam Kadhafi, un petit séisme politique à l’échelle du théâtre libyen. Le désenchantement populaire à l’égard d’une décennie de chaos miliciens et de délabrement de l’économie est si aigu que le candidat peut capitaliser sur une certaine nostalgie de l’ordre prérévolutionnaire. Mais ce socle-là, où peuvent converger kadhafistes inconditionnels et ex-insurgés désillusionnés, suffira-t-il à le propulser au plus haut niveau ? Nul ne peut l’assurer, tant l’inextricable imbroglio libyen est lourd d’incertitudes…

ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur