Urgent-Abidjan-3000 docteurs non recrutés en désespoir de cause décident d’affronter le dispositif pour parler directement à Ouattara: «Nous  irons  à  la  Présidence…»

4 min read

Le site  choisi, lundi 20 décembre 2021 pour  l’annonce de  l’ultime  marche-sit-in, suivie de la grève de  la faim, du mercredi 22 décembre prochain serait-il anodin? Que non ! Le choix de  la cathédrale Saint Paul du Plateau-Abidjan, à l’observation est pour le collectif des 3000 docteurs non recrutés de Côte d’Ivoire (CDNR-CI), la traduction d’un esprit pacifique, qui l’anime. Il entend poser l’acte afin d’obtenir du chef de  l’Etat  ivoirien, la prise  d’une  mesure exceptionnelle à l’effet de  mettre fin  à  l’état de chômage qui leur est  imposé.

DOCTEURS COLERE2 Après plusieurs semaines de négociation avec le gouvernement pour leur insertion sans suite, le collectif arrive à cette conclusion décisive : «En dehors de quelques propositions du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique dont nous avons déjà évoqué les limites, le principal point de revendication du collectif reste le décret exceptionnel du Président de la République pour l’intégration de tous.

 

LIRE AUSSI: https://www.youtube.com/watch?v=OWH6i3T1SZo

Depuis près de deux mois de pourparlers et de revendications, ce seul point n’a jamais été abordé pour être traité. Le collectif conclut que le Ministre n’a aucune solution de sortie de crise. Pour ce faire, le collectif décide d’une marche pacifique le mercredi 22 Décembre 2021, pour aller remettre son unique doléance au Président de la République en mains propres. L’organisation d’un sit-in accompagné d’une grève de faim à partir du Mercredi 22 décembre 202, jusqu’à la satisfaction de son unique revendication, à savoir la prise d’un décret exceptionnel par le Président de la République de Côte d’Ivoire ».

Réunis dans l’amphithéâtre de la Cathédrale Saint PAUL de la commune Plateau, c’est très révoltés que les membres du Collectif ont peint la situation qu’ils  traversent, depuis le 20 août 2021, quand le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a engagé un recrutement des assistants des universités et grandes écoles publiques de Côte d’Ivoire.

 256 postes d’assistants seulement  étaient à pourvoir. Le ministère autorise à l’heure du recrutement que  les docteurs candidats fassent des inscriptions multiples avec des certificats de non bégaiement multiples. Comble du mépris, qui en cache des objectifs sournois, l’autorisation de dépôts de dossiers en sciences sociales à l’université Lorougnon Guédé de Daloa, alors qu’il n’y avait aucun recrutement dans cette  université. La proclamation des résultats physiques de ce recrutement, très tardif ne l’aura été qu’avec la forte grogne des victimes du système de l’extorsion de fonds  bien  pensée et planifiée. Dès  lors, s’engage un bras de fer  entre les spoliés regroupés, désormais au sein d’un Collectif et le ministère de l’Enseignement  Supérieur, source des déboires des docteurs  non recrutés de Côte d’Ivoire.

DOCTEURS COLERE22Le mercredi 3 novembre 2021, une  marche pacifique des docteurs annoncée pour  la Présidence de la République a été violemment réprimée. «59 imminents Docteurs ont été arrêtés », explique  le Collectif. Le gouvernement ivoirien instruit le  ministère de l’Enseignement Supérieur d’ouvrir, alors des négociations pour sortir de cette crise. «Ces négociations ont effectivement débuté le 5 novembre 2021. Et depuis cette date, des pourparlers ont eu lieu entre le Ministère de l’Enseignement Supérieur et le collectif. Des rencontres non productives, puisque  le  ministre à des desseins  non connus des docteurs.

Par ailleurs, des audiences nous ont été accordés par madame la Ministre de la Fonction Publique, le Médiateur de la République et la grande Chancelière, les groupes parlementaires PDCI-RDA et EDS. Mais sans résultats», déclare le Collectif. Toutes ces rencontres  n’ont eu pour seul résultat que l’omerta autour du décret attendu du chef de l’Etat Alassane Ouattara par le collectif des 3000 docteurs non encore  recrutés de Côte d’Ivoire.

«Nous réclamons  une  mesure  exceptionnelle au Chef de  l’Etat pour satisfaire, tous  les docteurs non recrutés. Nous  irons  lui remettre en main  propre, notre doléance, ce mercredi 22 décembre 2021, au Palais  de la Présidence ». Le mercredi 22 décembre sera  un jour déterminant pour ces docteurs.

Ledebativoirien.net

H. MAKRE

© 2021, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur