Côte d’Ivoire-Jacqueville : Mme Agboton née Bonny Marie Lucie Présidente de la Plateforme des Associations Féminines parle

3 min read
62 / 100

 

Agboton née Bonny Marie Lucie, Présidente de la Plateforme des Associations Féminines du Département de Jacqueville dans un entretien accordé à ledebativoirien situe les enjeux de son association et fixe les priorités.

Agboton née Bonny Marie Lucie ledebativoirien.net

Le Débat Ivoirien : Madame Agboton née Bonny Marie Lucie. Vous êtes là Présidente de la Plateforme des Associations Féminines du Département de Jacqueville. Dites-nous comment est née cette plateforme ?

Lorsque nous sommes arrivés à Jacqueville, nous avons constaté que dans les villages comme à Jacqueville et ses environs, il existait des associations mais elles n’étaient pas légalement constituées. Elles n’avaient ni statuts ni règlement intérieur.

Et donc nous nous sommes attelés à réunir un certain nombres de Présidentes d’associations pour leur faire comprendre la nécessité de s’unir pour former une seule grande association pour bénéficier de beaucoup de choses au niveau du développement local. Voici comment est née la Plateforme des Associations Féminines du Département de Jacqueville.

 

Quelles sont les objectifs de cette plateforme ?

Agboton née Bonny Marie Lucie ledebativoirien.netEn regroupant ces femmes notre ambition est de les d’aider à s’épanouir en leur favorisants l’accès aux structures de financement. Nous sommes aussi un espace de promotion de  concertation, de dialogue et d’échanges. Nous fournissons appuis et conseils nécessaires pour le renforcement des capacités d’action de nos membres.

Faire acquérir les compétences et connaissances requises en matière de développement local, lutter contre toute forme d’exclusion et d’inégalités et de discrimination, favoriser la mise en réseau et des collaborations entre associations…tout ça fait partie de nos objectifs.

 

Alors vous avez certainement des difficultés dans la réalisation de ces objectifs nobles?

Les difficultés résident au niveau de la gestion des revenus leurs activités et les activités elles-mêmes. Elles n’arrivent pas à booster leurs activités et elles veulent toutes être aidées financièrement alors que nous, mois voulons qu’elles se prennent en charge. Beaucoup manquent encore de formation.

 

Est-ce que vous avez initiés des esquisses de solutions ?

Agboton née Bonny Marie Lucie ledebativoirien.net Oui, oui effectivement. Et à cet effet, nous avons créé les A.V.E.C (Associations Villageoises d’ Épargne et de Crédit). C’est une sorte de tontine structurée qui fonctionne comme une caisse d’épargne pouvant leur permettre de s’octroyer des crédits en leur sein.

Nous avons installé les A.V.E.C dans tous les villages du département, nous avons également signé des conventions avec certaines micro finances. Nous avons eu quelques formations et suivis pour faire changer de mentalité à nos membres tout en leur inculquant l’autonomisation pour évoluer sans l’aide des élus comme le font les femmes du marché gouro.

 

Bilan satisfaisant, on peut dire…

Certes, beaucoup a été fait en 5 ans d’existence, mais de nombreux défis nous attendent et donc beaucoup reste encore à faire.

Agboton née Bonny Marie Lucie ledebativoirien.net

Quels sont vos projets ?

Nous avons obtenu un terrain et un siège avec les élus. Nous envisageons y bâtir une école maternelle autour du projet des Centres d’Actions Communautaire pour l’enfance. Pour aider nos mamans et nos enfants.

Votre appel ..

Nous demandons à toutes les associations de Jacqueville qui ne sont pas encore membre de notre plateforme de nous rejoindre. Car l’union fait la force.

 

Ledebativoirien.net

par Jean Léopold Gnabry

© 2023, redaction. All rights reserved.

Du même auteur