Le village MODESTE dépiécé réclame ses terres :  Moosou et  acquéreurs dans un « koungoulou-koungoulou » insaisissable

4 min read
67 / 100

Le lundi 15 avril 2024 dès 10h,  la chefferie de Modeste cette petite enclave située entre Grand-Bassam et Assainie était face à la presse. Les autorités coutumières aux travers du secrétaire général de la chefferie M. Kouassi ont livré un poignant témoignage du vécu des populations, très souvent expropriées et spoliées de leurs terres.

Le village MODESTE dépiécé réclame ses terres :  Moosou et  acquéreurs dans un "koungoulou-koungoulou" insaisissable Ledebativoirien.net

Réclamant la restitution  de plus de 4 000 ha appartenant à Modeste et aux mains du village de Moosou et de son roi Nanan Kangah Assoumou, ainsi que de celles des acquéreurs véreux. La chefferie invite  toutes les sociétés qui ont obtenu des faux documents et qui ont les ¾ des terres à partir de leur village.

Une  importante rencontre de la communauté, le temps  pour elle d’une alarme et alerte sur la situation plus que désolante dans laquelle se trouve plongée ce petit coin de paradis touristique en apparence. Car ce mini îlot aux airs de conte de fée par son décor entre-deux mêlant modernisme et paysages locales de lits de noix de coco à déguster avec quelques cases est pris dans  un feu.

Le secrétaire général de la chefferie de Modeste, Moossou Kouamé, par ailleurs porte-parole du chef du village, Nanan Koney Ahoua Simon, explique que la royauté de Moosou (Abouré) tente d’inféoder le village Modeste (N’Zima), pourtant reconnu comme tel depuis 1930. Un peuple Abouré ne peut détenir des droits de propriété sur un autre peuple, en l’occurrence les N’Zima, soutient-il.

« Le peuple de Modeste est persécuté de par le fait que des prédateurs veulent prendre toutes nos terres. Ils ont tout pris, ils ont tout vendu : plus de 4 000 hectares appartenant au chef, à la communauté villageoise et aux familles », révèle le porte-parole.

Le village MODESTE dépiécé réclame ses terres :  Moosou et  acquéreurs dans un "koungoulou-koungoulou" insaisissable Ledebativoirien.net

Une note satisfaisante vient éclairer ce brumeux environnement, ce que depuis 2016 le village est devant les tribunaux, en remportant chaque  procès.

« Aujourd’hui, on a gagné tous nos procès. Du tribunal de première instance jusqu’à la Cour de cassation avec l’arrêt n° 885 qui stipule que désormais tous les actes ou attestations émis par un autre chef sur le territoire de Modeste sont faux et de nul effet et que tout le patrimoine foncier de Modeste revient en son village, à son chef, aux propriétaires terriens et aux familles » et d’ajouter :

 « On nous empêche de récupérer nos terres, de réclamer ce qui nous revient de droit. Quand on va sur le terrain, c’est la gendarmerie qui vient nous ramasser, la police qui nous l’interdit. On ne peut pas se reposer ».

Le porte-parole lance un appel au président de la République, Alassane Ouattara, ainsi qu’aux  ministères  de l’Intérieur, de la Construction, de la Justice, et de la Défense : « Il faut déparasiter Modeste de ses parasites. Au sortir de cette conférence de presse, on souhaite vivre en paix chez nous. Que tous ces acquéreurs véreux qui sont partis prendre des attestations depuis 20 ans, 30 ans ailleurs pour venir s’accaparer les terres de Modeste quittent le territoire. Mieux, comme nous sommes un peuple paisible et un peuple humain, a-t-il appelé, tout ce qu’on demande, c’est que toutes ces personnes qui ont été trompées, qui ont acquis des parcelles de bonnes ou mauvaise foi, se rapprochent de nous pour qu’ensemble, nous puissions trouver une solution durable ».

Le village MODESTE dépiécé réclame ses terres :  Moosou et  acquéreurs dans un "koungoulou-koungoulou" insaisissable Ledebativoirien.net

 Au regard de la loi et des différents recours effectués et selon le délibéré et le jugement rendu MODESTE ne peut aucunement et ne devrait absolument pas être dépossédé de ses terres, et de son patrimoine. Au regard de toutes les preuves juridiques jusqu’à l’arrêté de la cour de cassation il est plus que jamais temps d’arrêter cette hémorragie qui a comme éventré cette population autochtone avec l’appétit féroce de ces voraces des prédateurs, se camouflant derrières des multinationales et autres grands noms. Modeste  veut définitivement sortir de ce « koungoulou-koungoulou », imbroglio, insaisissable

ledebativoirien.net

Céline M’boukou

© 2024, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur