Alerte à la Préfecture de  police d’Abidjan: âgée de 70 ans et détenue, une victime des déchets toxiques pique  une crise d’hernie et évacuée d’urgence

4 min read
60 / 100

 

Une grosse frayeur à la Préfecture de  police d’Abidjan dans  la nuit d’hier mercredi 1er Février 2023. Une des quatre victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire détenues actuellement aux cotés de Charles Koffi a été évacuée de la Préfecture de  police  en toute  urgence vers  un hôpital.  Âgée de 70 ans elle a été  interpellée au terme de  la manifestation desdits victimes, dans  la matinée de ce mercredi 1er février devant le siège de la banque Afriland First Bank au Plateau.

Alerte à la Préfecture de  police d’Abidjan: âgée de 70 ans et détenue, une victime des déchets toxiques pique  une crise d’hernie et évacuée d’urgence ledebativoirien.netElle a été victime d’une crise d’hernie étranglée apprend-t-on des sources des victimes. «Elle a été sortie des  locaux de la Préfecture par une ambulance urgemment  vers  un centre soins  lorsqu’elle s’est écroulée…», rapportent à Ledebativoirien, les sources proches des victimes des déchets toxiques en détention avec  leur  président Charles Koffi.

Les dernières  précisions sur  l’interpellation de Charles Koffi indiquent  que le matin du mercredi 1er février, il s’est plutôt rendu aux environs de 11 heures au palais de justice du Plateau, à l’effet de s’enquérir de l’état d’une de leurs procédures. Un responsable d’Afriland nommé Kidjo Éric l’aurait appelé pour l’informer de la présence de certaines victimes se réclamant du Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire.

LIRE:https://www.ledebativoirien.net/2023/02/urgent-abidjan-charles-koffi-aux-arrets-suite-a-la-manifestation-des-victimes-des-dechets-toxiques/

Alerte à la Préfecture de  police d’Abidjan: âgée de 70 ans et détenue, une victime des déchets toxiques pique  une crise d’hernie et évacuée d’urgence ledebativoirien.net« Il lui demande de leur dire de rentrer chez elles afin de lui fixer un Rendez-vous pour échanger sur leur préoccupation», confient les autres responsables de l’association.  Séance tenante, téléphoniquement, Charles Koffi  demande aux victimes de rentrer chez elles. Sur le chemin de leur retour, des victimes sont accostées par les forces de l’ordre qui venaient d’arriver sur le  périmètre de  la manifestation. Ces dernières ont appréhendé des dames victimes des déchets toxiques.

Charles Koffi informé quitte le palais de  justice et se rend sur les lieux pour plaider auprès des forces de l’ordre aux fins de la relaxe desdites victimes. Il est séance tenante lui-même embarqué par les forces de l’ordre du 1er arrondissement et conduit à la Préfecture de police avec 4 autres victimes, elles âgées respectivement de 65, 66, 67 et 70 ans. C’est cette septuagénaire qui a piqué  une crise d’hernie et évacuée du lieu de leur  détention.

Ces  victimes des déchets toxiques ont entamé une grève illimitée de la faim devant le siège d’Afriland First Bank Côte d’Ivoire au Plateau,  pour soutiennent-elles : «Dénoncer la forfaiture judiciaire commise volontairement par la justice pour soustraire Afriland First Bank Côte d’Ivoire ex Access Bank Côte d’ivoire, à l’exécution du jugement définitif, la condamnant solidairement à payer aux victimes, la somme d’un milliard deux cent dix millions cinq cent soixante mille FCFA ».

Alerte à la Préfecture de  police d’Abidjan: âgée de 70 ans et détenue, une victime des déchets toxiques pique  une crise d’hernie et évacuée d’urgence ledebativoirien.netElles dénoncent  la détention injuste de  Charles Koffi et les autres détenues. «Parce qu’il n’est pas concerné par le rassemblement de ce jour et les participants l’aurait confirmé dans l’audition des 4 autres victimes gardés à vue », expliquent  les responsables du Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire. Ce  jeudi 2 février, à l’heure où nous mettons cet élément sous presse, ils sont, toujours  gardés à vue pour ‘‘atteinte à l’ordre public’’

Alors que le préfet d’Abidjan selon les victimes avait été saisi d’un courrier en date du 15 décembre 2022 l’informant de l’observation d’une grève illimitée de la faim à partir du 11 janvier 2023 et ce, jusqu’à nouvel ordre devant le siège d’Afriland et le ministère de la justice pour exiger d’Afriland l’exécution du jugement condamnant solidairement Access Bank à payer à certaines victimes, membres du RENADVIDET-CI, 1 milliard 210 millions 560 mille F CFA..

Ledebativoirien.net

H. Makré

© 2023, redaction. All rights reserved.

Du même auteur