Sommet de Saint-Pétersbourg 2023-récit d’une visite surprise: Paul Biya chez Vladimir Poutine – Jeune Afrique

7 min read
70 / 100

 

Saint-Pétersbourg -Le chef de l’État camerounais, accompagné de son épouse et de son fils, a participé au sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg. Plusieurs de ses ministres ont rencontré des hommes d’affaires russes. La venue de Paul Biya au deuxième sommet Russie-Afrique, organisé du 27 au 28 juillet à Saint-Pétersbourg, était inattendue. D’abord parce que le président camerounais, qui se déplace rarement, est considéré comme pro-français, mais aussi parce qu’il ne s’était jamais rendu en Russie.

Sommet de Saint-Pétersbourg 2023-récit d’une visite surprise: Paul Biya chez Vladimir Poutine - Jeune Afrique ledebativoirien.netInterdit, comme d’autres de ses homologues, de survoler l’espace européen, Paul Biya qui devait partir le 26 juillet à 11 heures, a dû se tourner vers la Turquie afin d’obtenir une autorisation spéciale. Il a ainsi pu décoller le 26 à 17 heures, et son avion s’est finalement posé le 2 juillet à 8h50 sur le tarmac de l’aéroport international de Pulkovo, à Saint-Pétersbourg.

L’omniprésent Franck Biya

Le président et la Première dame Chantal Biya ont été accueillis par Mahamat Paba Salé, ambassadeur du Cameroun en Russie, accompagné de représentants du ministère russe des Affaires étrangères. Une délégation de huit ministres était présente, dont Louis Paul Motaze (Finances) et le chef de la diplomatie, Lejeune Mbella Mbella. Madeleine Tchuente (Recherche scientifique et l’Innovation) ne figurait pas sur la liste officielle, mais elle a également fait partie de ce voyage.

Comme souvent, Franck Biya a accompagné son père, dont il est un proche conseiller régulièrement présenté comme le potentiel successeur de Paul Biya ne manque d’ailleurs pas de le présenter à ses homologues, que ce soit Emmanuel Macron au sommet pour un nouveau pacte financier mondial ou Joe Biden, au sommet États-Unis Afrique.

PAUL BIYA RUSSIE biEn marge du dîner organisé le 28 juillet par le Kremlin, Paul Biya a ainsi introduit son fils auprès de Vladimir Poutine, ainsi qu’à des officiels russes. Franck Biya s’est également entretenu avec le Camerounais Justin Tagouh, patron d’Afrique média [une télévision pro-russe, très offensive contre l’Occident] et proche d’Evgueni Prigojine, patron du groupe Wagner.

De son côté, Chantal Biya en a profité pour multiplier les contacts auprès des organisations humanitaires russes. Elle a également visité le musée privé Fabergé situé dans le centre de Saint-Pétersbourg, avant de se rendre au palais de Peterhof, construit en 1705 par le tsar Pierre l Grand. Elle a enfin partagé un repas dans un restaurant en compagnie d’une proche de Poutine.

Entretien avec Poutine

Comme les autres pays, le Cameroun a eu droit à son stand où se sont succédées plusieurs personnalités, à l’instar de Nathalie Yamb, invitée spéciale du président russe ; Serge Espoir Matomba, homme d’affaires et opposant camerounais ; Bonaventure Mvondo Assam, député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), convié au sommet par Alexander Smirnov, patron de l’entreprise Politekhnika, fournisseuse de services pour le ministère de la Défense russe.

PAUL BIYA RUSSIE bLe ministre des Finances Louis Paul Motaze a reçu en audience un responsable d’un puissant groupe russe intéressé par la réhabilitation de l Société nationale de raffinage (Sonara), ainsi que Adeniyi Adebayo, directeur du développement de Yango, le service de VTC et filiale du moteur de recherche russe Yandex. De leur côté, les ministres Alamine Ousmane Mey (Économie) et Luc Magloire Mbarga Atangana (Commerce) ont convenu avec leurs homologues russes d’accentuer leur partenariat dans les domaines énergétique, agricole, infrastructurel et digital.

Un protocole d’accord do d’ailleurs être prochainement signé entre la Chambre de commerce du Cameroun et l’Association pour la coopération économique entre l’Afrique et la Russie, afin de formaliser les relations d’affaires entre les secteurs privés russe et camerounais. Madeleine Tchuente, la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, a présenté les acquis de la recherche camerounaise et sollicité l’expertise russe en matière de nucléaire civil. Le 31 juillet, le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, a quant à lui représenté le chef de l’État à la traditionnelle parade navale marquant la célébration de la Journée de la flotte russe.

Vladimir Poutine s’est entretenu avec Paul Biya le 28 juillet. Les deux présidents, qui ont signé le 27 juillet un accord bilatéral d’exemption de visa pour les détenteurs de passeport diplomatique et de service, ont constaté un ralentissement de leur commerce bilatéral l’an dernier, même si les exportations de la Russie vers le Cameroun ont été multipliées par plus de 17.

Formations et accords militaires

PAUL BIYA agabijaMoscou a affirmé sa volonté de continuer à apporter son aide aux Camerounais qui souhaitent étudier dans les établissements d’enseignement supérieur russes. Actuellement, ils sont 814, dont 47 bénéficient de bourses d’État selon les chiffres du ministère russe de l’Éducation et de la Science. Pour la prochaine année universitaire, le pays a fixé le quota à 100 bourses. Un centre d’enseignement russe, qui compte plus de 150 étudiants scolaires et universitaires, a par ailleurs ouvert ses portes à Douala en avril.

Sur le plan diplomatique, « nous défendons un ordre mondial polycentrique, le principe de l’État de droit et le rejet du diktat et des doubles standards dans les affaires internationales », a affirmé le Vadimir Poutine qui a sollicité le soutien du Cameroun, « à un certain nombre d’initiatives russes à l’ONU ». Enfin, Paul Biya en a profité pour consolider les accords militaires signés le 12 avril 2022, deux mois après le déclenchement de la guerre en Ukraine. Lors de son intervention, le président camerounais n’a pas manqué de saluer l’intervention de la Russie « dans le développement du continent, la lutte contre les crises et le terrorisme ».

(…)

Vers Saint-Pétersbourg

PAUL BIYA RUSSIE bijaLa ville de Pierre le Grand accueille la deuxième édition du sommet Russie-Afrique après celui de Sotchi, en 2019. Un an et demi après la début de la guerre en Ukraine, le 24 février 2022, cette réunion de chefs d’État et de gouvernement – dont la présence, ou non, sera scrutée avec attention – est un test diplomatique majeur pour Vladimir Poutine. Depuis la rébellion avortée du groupe Wagner, le 23 juin, l’avenir de la présence (et de l’influence) russe sur le continent suscite bien des interrogations – et ce malgré la récente annonce de son patron, Evgueni Prigojine, que ses troupes ne combattraient plus en Ukraine pour se concentrer sur l’Afrique.

L’annonce de la non-participation du président russe au sommet des BRICS, organisé fin août en Afrique du Sud, apparaît également comme un revers pour le maître du Kremlin. Mais le sommet de Saint-Pétersbourg comporte aussi des enjeux économiques cruciaux pour le continent. Alors que le non-renouvellement de l’accord sur les exportations de céréales en mer Noire présente un risque majeur pour l’alimentation en Afrique, Vladimir Poutine a assuré, le 24 juillet, que, malgré les sanctions qui la vise, « la Russie poursuivra ses efforts énergiques pour assurer la distribution de céréales, de produits alimentaires, d’engrais et d’autres biens vers l’Afrique ». Test diplomatique réussi pour Vladimir Poutine

Ledebativoirien.net

Avec Jeune Afrique

© 2023, redaction. All rights reserved.


En savoir plus sur LE DEBAT IVOIRIEN

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Du même auteur