Activité gouvernementalePolitique

Climat électoral en côte d’ivoire : le Mouvement Ivoirien pour le Droit à la Vie (MIDVI dénonce un silence hypocrite de la communauté internationale

Depuis le 10 Août 2020, des manifestations pacifiques des Ivoiriens sur toute l’étendue du territoire national pour dire non à un 3ème mandat de Monsieur Alassane Ouattara ont fait 26 morts et 180 blessés bilan officiel qui pourrait s’alourdir au regard de la gravité de certains blessés.

 Le Mouvement Ivoirien pour le Droit à la Vie (MIDVI), s’incline devant la mémoire des disparus, présente ses condoléances les plus attristées aux familles endeuillées, souhaite un prompt rétablissement aux blessés,

Condamnons avec la dernière énergie cet acte de barbarie d’une autre époque. Demande, qu’une enquête soit ouverte, menée en toute transparence et que les auteurs soient poursuivis, arrêtés, traduits devant la justice et condamnés  selon la loi.

A l’heure où notre pays la Côte d’Ivoire tend tout droit vers une crise sans précédant avant, pendant et après la présidentielle prochaine au sujet de la légalité ou non du 3ème mandat du Président Alassane Ouattara, sujet qui fait actuellement couler beaucoup d’encre et de salive et qui ne manque pas de diviser nos constitutionnalistes,

et d’une part là, où la situation en matière de droit humains demeure fragile ; selon le rapport de l’ONG Amnesty International publié le 11 février 2019 à 18h 22 dans les colonnes de Jeune Afrique et qui se concrétise malheureusement sur le terrain avec les événements de Bonoua, Daoukro, Divo d’autre part.

Il apparaît logiquement convenable de nous interroger sur la personne qui doit réunir les tenants du pouvoir et les opposants autour d’une table de négociation ? Pour que chacun fasse un sacrifice au nom de la paix et dans l’intérêt de la population qu’ils prétendent aimer tant.

Lire aussi :  Université Alassane Ouattara-promotion de l’Excellence:Les promus du CAMES célébrés ce lundi

Qui ? Quelle institution?  L’Assemblée Nationale ? Le Senat ? On me dira qu’ils sont en majorités proches du pouvoir. Les têtes couronnées ? On me dira peut-être que beaucoup doivent leurs fauteuils grâce au pouvoir en place.

Les ONG ? On me dira qu’elles sont apolitiques. Les sages ? Le grand Médiateur de la République ? Qui ? L’Armée ? On me dira aussi, la grande muette ne se mêle pas de la politique. Qui donc ?! Combien de morts attend- t-on pour nous lever ? Combien de nos mères, d’orphelins, handicapés, d’enfants, de femmes enceintes, de jeunes, de vieillards attend-t-on enterrer dans des fosses communes avant d’agir ?

Nous avons encore en mémoire, le génocide au Rwanda, les massacres au Libéria, le massacre des wês, le viol des danseuses d’Adjanou, le massacre de la population civile d’Anokoua-kouté en Côte d’Ivoire etc….

C’est peut-être ce que nous attendons pour parcourir les capitales Africaines et Européennes à la recherche de la paix que nous avons pourtant sous nos aisselles avec l’argent du contribuable ? N’est-ce pas cette Côte d’Ivoire qui se veut le donneur de leçon de démocratie dans la sous région ?

Cette population dont vous ne cessez de clamer sur tous les toits, votre engagement pour son intérêt, pour son bien-être et qui vous a donc cru, brave le soleil, la pluie, parfois au risque de sa vie pour vous interpeller sur la nécessité d’un dialogue fraternel.

 C’est elle qui vous demande par la voix du Mouvement Ivoirien pour le Droit à la Vie (MIDVI) de reporter les élections ; de créer les conditions d’une élection juste, transparente facteur de la paix, du développement que vous prônés tant. Car, pourriez-vous la sécuriser dans son entièreté en cas de conflit armée ?

Lire aussi :  Côte d'Ivoire-Amnesty International dénonce des dérives autoritaires des forces de l'ordre

Il est acquis dans notre société Africaine que, lorsque les parents perdent le contrôle d’un fils, son maître d’initiation est le dernier recours pour le ramener à l’ordre. C’est pourquoi, nous, Mouvement Ivoirien pour le Droit à la Vie (MIDVI), notre conviction est que : Tous les malentendus et même les conflits les plus sanglants peuvent trouver un début de solution grâce à nos valeurs endogènes ancestrales.

Ces valeurs peuvent servir de creuser pour la promotion de la paix, le rapprochement des peuples, l’éducation de la masse pour la préservation de la vie, le respect de la loi seul moyen pour garantir la paix et un développement durable.

Raison pour laquelle, il est temps de vous interroger, hommes politique : Les jeunes accepteront-ils toujours de blesser ou parfois tuer leurs parents Gendarmes, Militaires, Policiers etc. et se retrouver orphelins sans soutien à la maison ? Les forces de l’ordre accepteront-elles toujours d’emprisonner leurs enfants, parents pour les nourrir eux-mêmes ? Ou parfois les tuer pour faire les funérailles avec leur salaire ?

C’est le moment d’ouvrir grandement les yeux, de bien tendre les oreilles. Le Mouvement Ivoirien pour le Droit à la Vie(MIDVI), demandons à tous ceux qui aiment la Côte d’Ivoire sans hypocrisie, à tous ceux qui aiment sincèrement leurs leaders politique et parents politiciens de peser de tous leurs poids pour les réunir  autour d’une table afin de trouver un consensus avant les consultations électorales pour le bonheur des Ivoiriens et de tous ceux qui vivent en Côte d’Ivoire. Le monde entier nous regarde !

Lire aussi :  Gbagbo à la CPI-intraitable Yahya Jammeh : “Ce n’est pas Bensouda qui voulait Gbagbo, c’est Ouattara qui le lui a envoyé"

Le Président : Roberson Bah

© 2020, redaction. All rights reserved.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com