LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

Gagnoa-culture-une Fondation mémorielle: «On ne trouve pas de gens éclairés, ni de sociétés intelligentes, qui ne le soient sans le livre et les mémoires du temps» l’écrivain Sylvain Takoué LEDEBATIVOIRIEN.NET

Gagnoa-culture-une Fondation mémorielle: «On ne trouve pas de gens éclairés, ni de sociétés intelligentes, qui ne le soient sans le livre et les mémoires du temps»  l’écrivain Sylvain Takoué

Faire de la commune de Gagnoa une terre du Livre et du Musée. C’est l’objectif que vise l’écrivain Sylvain Takoué, originaire de cette localité du centre-ouest de la Côte d’Ivoire. Et qui entreprend en ce moment, pour y parvenir, la belle initiative d’un projet dénommé “Fondation Mémorielle Gagnoa Cultures–Ville du Livre et du Musée“.

«Je suis né à Gagnoa, et j’en suis originaire, précisément de Ony-Babré, un village citadin de cette commune. Et je me souviens que quand j’étais écolier fréquentant, dans les années 1977-83, l’école primaire catholique Sainte-Anne, dans cette ville de Gagnoa, l’instituteur nous avait appris un poème charmant, qui s’intitulait “Ajoutons quelque chose à l’humanité”.

Ce poème disait que planter un arbre, c’est ajouter quelque à l’humanité. C’est un crédo qui m’est resté en tête et avec lequel j’ai grandi. Devenu aujourd’hui écrivain et éditeur, j’estime ainsi apporter humblement, dans mon domaine d’activité, ma part à l’édification de l’humanité, en œuvrant à la réalisation de ce projet culturel mémoriel à Gagnoa, ma ville de naissance. Ce sera là mon acte reconnaissante, d’y avoir été instruit aux humanités », explique l’écrivain.

Il s’agit en clair, selon lui, d’employer cette “Fondation mémorielle Gagnoa Cultures” à l’édification d’une “Ville du Livre et du Musée”. « Le savoir et l’instruction sont les seules vraies lumières de l’esprit humain. On les trouve dans les livres et dans les mémoires du temps. C’est ce qui fait les civilisations sociales.

On ne trouve pas de gens éclairés, ni de sociétés intelligentes, qui ne le soient sans le livre et les mémoires du temps. Regardez le Siècle des Lumières, en France. C’était le 17ème siècle, mais voyez comment les écrivains et intellectuels de ce temps-là, ont façonné, jusqu’à aujourd’hui, les consciences humaines.

En menant donc ce projet-pilote  dans la ville de Gagnoa, mon rêve est de faire de cette Commune le phare de la civilisation du livre et de la mémoire du monde. D’où ce projet de création d’un complexe culturel, qui sera principalement composé d’un grand Musée des civilisations, qu’on verra un peu comme un “musée du monde”, d’une Bibliothèque géante, qu’on verra un peu aussi comme celle de la ville d’Alexandrie, en Égypte, et d’une médiathèque conséquente, pour le pôle des infrastructures numériques », précise l’écrivain Sylvain Takoué.

Lire aussi :  SOKO WAZA A SORO : «BIENVENUE DANS L’OPPOSITION, CE N’EST PAS LA MORT PEUPLE IVOIRIEN TE REGARDE »

Sans oublier l’amphithéâtre, la salle des spectacles, la salle des conférences et d’autres unités et espaces ou rooms de services. Une initiative ambitieuse, qu’il dit être le rêve de sa vie d’intellectuel, mais qui est un rêve d’universalité culturelle, et salutaire, parce qu’il sera d’utilité publique.

Un grand pas, en tout cas, pour la Culture en Côte d’Ivoire, si ce projet grandeur-nature est accompagné et est fait dans cette vision. Mais tout commence déjà, dit l’écrivain, par la mise en route de cette “Fondation Mémorielle Gagnoa Cultures–Ville du Livre et du Musée” (FOMEGC-VILIM).

ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com