PASCAL NÈGRE, ARA APRIKIAN, BERTRAND MEHEUT…connaissent l’histoire! 

Stéphane Guillon « viré » par Vincent Bolloré n’est pas  le seul à avoir subi le gourou. Voici ses compagnons d’infortune face à l’homme d’affaires

«Caaanaaal ton univers impitoyaaableeeee…», après avoir critiqué cette année publiquement la stratégie de Vincent Bolloré, patron du groupe Canal Plus, Stéphane Guillon vient d’apprendre ce lundi 26 juin 2017 qu’il n’interviendra plus la saison prochaine dans Salut les Terriens ! sur C8.

Une source proche de la production de l’émission ayant indiqué à Puremedias.com que l’humoriste a tout bonnement été « viré ». Une annonce qui intervient au terme de deux années durant lesquelles l’industriel breton a chamboulé la grille mais surtout fait tomber des têtes pourtant présentes depuis longtemps dans le groupe télévisuel. Car Vincent Bolloré est sans pitié quand il s’agit de « remercier » les employés qui coûtent « trop cher ». Découvrez le visage de celles et ceux qui ont déjà subi la loi de l’homme d’affaire

PASCAL NÈGRE

Il a fait partie de la longue liste des cadres dont Vincent Bolloré a eu la tête depuis sa reprise en main du groupe Vivendi et de ses filiales. En février 2016, Pascal Nègre, emblématique patron d’Universal Music France, quittait la maison de disques après dix-huit ans à sa tête. À la demande de Vincent Bolloré, il a été remplacé par Olivier Nusse, jusque-là directeur général des labels Mercury et Decca Records France. Depuis Pascal Nègre courtise avec succès les artistes de son ancienne maison avec son nouveau label Six et Sept qu’il a créé avec M6.

ARA APRIKIAN

Ara Aprikian connu pour avoir recruté Cyril Hanouna, poule aux œufs d’or de C8 et à faire de feu D8 la première chaîne de la TNT a été remercié en juillet 2015. La raison avancée : le patron du pôle gratuit du groupe de télévision (D 8, D17 et i>télé) n’est pas parvenu à faire sensiblement grimper les audiences d’iTELE. Mais l’homme n’est pas resté longtemps sans activité puisque Gilles Pélission, alors récemment élu nouveau boss du groupe TF1, l’a très rapidement récupéré pour le nommer directeur général adjoint en charge des contenus. Son champ d’action concerne à présent aussi bien la première chaîne que TMC, NT1 et HD1 ou la plateforme MyTF1.fr. C’est désormais lui qui décide de la création et de la production des programmes mais aussi des acquisitions. Un retour aux sources puisqu’en 2003, il assurait la fonction de directeur des jeux et divertissements de la première chaîne.

RODOLPHE BELMER

Le 3 juillet 2015, le conseil de surveillance du groupe Canal Plus, a mis fin aux fonctions du directeur général du groupe Rodolphe Belmer, Il lui a été reproché de ne pas avoir fait le grand ménage dans la tranche 19 heures-21 heures et d’avoir maintenu pour la rentrée prochaine Le Grand Journal, son producteur KM et son présentateur Antoine de Caunes alors l’émission phare de la chaîne traversait une passe très difficile et affichait des audiences en baisse constante.

Deux jours plus tard, la Société des réalisateurs de films (SRF, à laquelle appartiennent notamment Laurent Cantet, Pascale Ferran ou Cedric Klapisch) fait part de sa « consternation » à l’annonce de cette nouvelle. Depuis Rodolphe Belmer assure la fonction de directeur général d’Eutelsat Communications, l’un des trois premiers opérateurs mondiaux de satellites en termes de chiffre d’affaires. La flotte des satellites d’Eutelsat assure la diffusion de plus de 6 000 chaînes de télévision dont 600 en haute définition et 1 100 stations de radio.

BERTRAND MEHEUT

En septembre 2015, Bertrand Meheut, alors président du directoire de Canal Plus depuis treize ans, a été remplacé par Jean-Christophe Thiery, un fidèle de Vincent Bolloré. Arrivé en 2002, l’homme avait pourtant mené avec brio le redressement de Canal Plus alors menacé de faillite. Depuis l’ex-patron dispense son savoir-faire au groupe SFR.

RENAUD LE VAN KIM

Tout au long du premier semestre de 2015, Renaud Le Van Kim, l’un des producteurs historiques de Canal Plus, a exprimé haut et fort son refus de voir disparaître les Guignols du Grand Journal, qu’il produisait jusqu’ici: Résultat : Vincent Bolloré l’a sorti sans ménagement au motif surtout qu’il aurait surfacturé ses productions. Débutant comme cameraman à Nulle Part Ailleurs, c’est peu de dire que Le Van Kim a grandi avec la chaîne jusqu’à devenir un poids très lourd du groupe.

Car outre les émissions d’access ( Le Before et Le Grand Journal) il fournissait, jusqu’ici, la cérémonie des César, la couverture du festival de Cannes, des documentaires d’investigation ainsi que Conversation secrète (entretiens menés par Michel Denisot). Soit un total d’environ 40 millions de chiffre d’affaires annuels. Depuis celui que l’on surnomme « le Chinois » a rebondi en collaborant avec France 5 et M6.

MAÏTENA BIRABEN

La présentatrice du Grand Journal, animatrice préférée de Vincent Bolloré en septembre 2015, s’est retrouvée un an plus tard sans emploi et sans indemnités. Avertie de son licenciement le 2 juin 2016, elle a définitivement été mise à pied fin juin. L’animatrice franco-suisse a en effet appris le 29 juin lors d’un entretien préalable à son licenciement qu’elle était congédiée pour «faute grave» et qu’elle devra donc saisir les prud’hommes si elle espère toucher la généreuse enveloppe négociée en début de saison.

Il lui est reproché «d’avoir tout fait pour aboutir à une situation de blocage pour se faire payer sa clause de sortie, alors qu’elle voulait partir». Dans un tweet publié le 9 mars dernier, l’animatrice a annoncé la tenue de son procès aux Prud’hommes le 1er mars 2018. Un message sans équivoque dans lequel elle charge violemment son ancien patron : « Le 1er mars 2018, la justice des Prudhommes statuera sur la loyauté et la valeur des engagements de Vincent Bolloré. MB versus CanalPlus ».

ALI BADDOU

Licencié de Canal Plus en juin 2015, et empêtré dans une affaire de faux permis, Ali Baddou aura mis plus de six mois pour retrouver un poste à la télévision. L’ancien animateur du Supplément a en effet été embauché en janvier 2017 par France 3, pour animer l’émission culturelle Drôle d’endroit pour une rencontre, précédemment présentée par Nicolas Demorand. À partir du 2 septembre prochain, l’ex-compagnon de Mazarine Pingeot et de Charlotte Le Bon présentera C l’hebdo, le samedi à 19 heures sur France 5 en lieu et place Anne-Elisabeth Lemoine, qui elle, va prendre les rênes des émissions quotidiennes C à vous et C à vous, la suite en remplacement d’Anne-Sophie Lapix, qui prendra les commandes du JT de 20 heures sur France 2.

L’EQUIPE DES GUIGNOLS

Le 7 juillet 2016, Yves Le Rolland, producteur historique des Guignols a été démis de ses fonctions. L’homme déjà menacé l’année précédente avait réussi à conserver pour un an encore ce poste qu’il occupait depuis une vingtaine d’années. Son faux départ puisqu’en fait il a été placardise s’est ajouté à la longue liste des représentants de l’ancien «esprit Canal» qui ont quitté le navire, de leur plein gré ou non. À noter qu’en juillet 2015, Canal Plus avait congédié sans ménagement Lionel Dutemple, Julien Hervé, Philippe Mechelen et Benjamin Morgaine, quatre auteurs historiques des Guignols. Parmi les raisons évoquées alors par Le Parisien, le coût de ces auteurs dont la rémunération représentait «35 000 € brut par mois pour les plus anciens», détaille le journal.

PATRICK MENAIS

En septembre 2016, le motif de licenciement pour «faute lourde» de Patrick Menais, ex-patron du Zapping, a été validé par l’inspection du travail. Un motif qui l’a empêché automatiquement de toucher des indemnités signifie ainsi sa sortie du groupe en tant que «salarié protégé». Le comité d’entreprise de Canal Plus s’était opposé à l’unanimité à ce licenciement, sans effet. La raison du contentieux ? Après l’officialisation de l’arrêt du programme en juin 2016, Patrick Menais avait déposé en son nom les marques «Le Zapping» et «l’Année du Zapping». Canal Plus et Vincent Bolloré avaient alors vu rouge et déposé à son encontre une procédure de licenciement pour faute.

STEPHANE GUILLON

C’est désormais officiel: après avoir longtemps joué avec le feu en critiquant ouvertement Vincent Bolloré, Stéphane Guillon ne participera plus à la rentrée à Salut les Terriens ! sur C8. Une décision que la chaîne de la TNT a confirmé ce lundi 26 juin à l’Agence France Presse, tout en démentant que l’humoriste, pourtant très critique à l’encontre du propriétaire de Canal Plus Vincent Bolloré, soit «viré» de l’émission. «Stéphane Guillon n’est pas viré (…). Cette année, l’humoriste était Stéphane Guillon, avant lui, il y a eu Gaspard Proust. Il y aura un autre humoriste à la rentrée», explique la direction de C8, et d’ajouter : «Il n’y a aucun problème avec Stéphane Guillon et la preuve est que la chaîne diffusera son spectacle à la rentrée!»

LES ANCIENS JOURNALISTES D’ITELE

Pendant plus de 31 jours, les anciens d’iTélé ont bataillé ferme contre les décisions de Vincent Bolloré. Au terme de cette grève historique de l’audiovisuel, de nombreux “poids lourds” de la chaîne ont démissionné. iTélé est devenue CNews.

Crédit photo : AFP

© 2017, redaction. All rights reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.